Archives de avril, 2015

Citations Nadine TOUZEAU

Publié: 20 avril 2015 dans Non classé

« La délinquance est appréhendée en analysant des moyens avec des moyens,
alors que c’est d’abord un cerveau qui agit et utilise éventuellement des moyens »©

Nadine TOUZEAU, analyste comportementale, profiler, net-profiler

Nadine TOUZEAU, analyste comportementale, profiler, net-profiler

Nadine TOUZEAU

International news is full of information on a range of aircraft accidents.

The two helicopters with teams from the reality TV « Dropped ».Unlikely accident between these two flying birds whose surprising knowing the same video quality drivers. But until then personally I would not doubt it.

The A320 crash happened near Digne in France was my trigger to understand many shadows or arranged theories as suicide pilot error …But there were other airports, Holland via Moscow, Malaysia to Mali … aircraft outline, helicopters with celebrities …

What it raised immediately questions is: 8 to 12 minutes without anyone knowing what is happening, not related to the control tower and downhill. It’s long 8-12 minutes. The press shows that the speed was increased downhill: this journalist knows he inertia? And if the pilot was trying to go through as it was in dropping out? The fact that it seeks to modify the push by changing the joystick gazen control repeatedly prove two things: first that it is not suicidal, which bounces off the second he tries to get out of a critical situation.

Suicide is a selfish act. It rarely leads people in his death as to throw himself under a truck as a pedestrian or with his car, and in low numbers except collective suicide as practiced sects, the majority of whose members do not validate the suicide of somewhere else.

To commit suicide, first we choose how we will die, and when, or go into details which end his days very quickly and without too much suffering. Often was prepared and sometimes it goes without reaching the act before trying again. The environments are isolated or public. We are looking to move away or otherwise show her distress as a cry for help. We predisposes it has the will to, it does not see the end of the tunnel, we live in a dark environment, stressful, disagree on all or part of oneself. It feels wrong. Those who are going to commit the act speaks little, sometimes they entrust themselves to others evoking to finish. It is a notion of leakage. Reality is sometimes disconnected in the emotional, ie we lose self-esteem, confidence, we feel dis-liked, etc. Suicide then represents a solution to suffer no more, no more fighting, no more suffering.

In fact, Andreas Lubitz did not cause his suicide using the A320.

Considering this, I would add these reflections:
– Suicidal puts everything in place to leave a message explaining why we will commit this act, which does not seem the case for Andreas Lubitz (I read that he wanted his name to be retained by the world : pure speculation!).
– Moreover, the conversations between the pilot and co-pilot are playful: in 10 minutes it would rock in the urge to « kill 150 people with it »? A bipolar person could possibly do it, but would not have been recruited by an airline.
– You need a trigger! Here again I have not read anything that allows an act of suicide.
– Means a breath in the cockpit, is that of Andreas Lubitz. According to experts who have listened to this tape, this breathing is that of a person under oxygen mask! If you are suicide by putting his oxygen mask?
– During the 8 to 12 minutes and the last before the crash, no one responds to the control tower, but if they just could not, neither captain nor his co-driver ?!
– Similarly, the co-pilot refused to open the door to the captain: there too, and if he could not?
– The co-pilot problems of lose sight should escape to drastic medical checks of employees on flights airlines Companie such as Lufthansa, one of the best in the world?
– Finally, trained 150 people including his colleagues that obviously appreciate in a mountain putting 8 to 12 minutes the plane in silence downhill then 1 minute dive on a mountain, it is very long for a suicide seems decidedly disorganized.

I analyzed some pictures of Andreas Lubitz whose profile shows an anxious person, concerned, anxious, disturbed, even a little sad. Person not very communicative about himself isolated, introverted, not necessarily friendly or unfriendly. His sleep was to be troubled and needed to be regulated in particular to do her job I suppose. It’s probably also in this spirit that he has been treated by what I think he loved his work. He must have a need for grandeur, above culmination of his abilities which animated his anxieties. The rest of what I profile is antinomical suicidal:methodical, rigorous, athletic, with projects, bulimic successful, should agree to go for first place, protective, unobtrusive picky, with the notion of service. He must have a passion, something that animated and for which he was holding. It presents a builder profile as family or establish a home etc.

This co-driver Andreas Lubitz is, according to all the elements that I have, not the terrorists who committed the crash, he tried to save the plane and I want his family to know if it can ease their pain, and all grieving families as a result of the crash.

And if I defend my thesis of an act of terrorism it is precisely that kind of crash is too frequent.While notebooks safe loads are becoming more sophisticated, we discover defects in « virtual brain » embedded. Defects that allow infiltrations types cybercriminal. And I can not prevent to think about this fact: an old case of an attack in the United States of a car whose occupants were « precious » for a big legal affair, which was remote controlled remotely to crash .

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

>>>>><

L’actualité internationale est riche en information sur un ensemble d’accidents d’avion.

Les deux hélicoptères avec les équipes de la télé-réalité de « Dropped ». Improbable accident entre ces deux oiseaux volants et dont la vidéo même surprend connaissant la qualité des pilotes. Mais jusque-là personnellement, je n’allais pas douter.

Le crash de l’A320 près de Digne en France a été mon déclencheur afin de comprendre de nombreuses ombres ou théories arrangées tels suicide, erreur de pilotage… Mais il y a eut d’autres aéroports, de la Hollande en passant par Moscou, de la Malaisie au Mali… des avions de grandes lignes, des hélicoptères avec des personnalités…

Ce qui m’a de suite interpellé c’est : 8 à 12 minutes sans qu’on ne sache ce qui ce passe, sans lien avec la tour de contrôle et en descente. C’est long 8 à 12 minutes. La presse affiche que la vitesse a été augmentée en descente : ce journaliste connait-il l’inertie? Et si le pilote cherchait à remonter par ce qu’il était en décrochage? Le fait qu’il cherche à modifier la poussée en modifiant la manette des gaz à plusieurs reprises prouvent deux choses : la première qu’il n’est pas suicidaire, ce qui rebondit sur la seconde qu’il cherche à se sortir d’une situation critique.

Un suicide est un acte égoïste. On entraîne très rarement des personnes dans sa mort tel pour se jeter sous un camion en tant que piéton ou avec sa voiture, et en faible nombre sauf les suicides collectifs comme pratiquent des sectes, dont la majorité des membres ne valideront pas le suicide d’ailleurs.

Pour se suicider, on choisit d’abord comment on va mourir, puis quand, ou, on entre dans un détail qui sera de mettre fin à ses jours très rapidement et sans trop de souffrance. Bien souvent on s’y prépare et parfois passe à l’acte sans aboutir avant de recommencer. Les environnements sont isolés ou publics. On cherche à s’éloigner ou au contraire montrer son désarroi comme un appel au secours.  On se prédispose à, on a la volonté de, on ne voit pas le bout du tunnel, on vit dans un environnement sombre, stressant, en désaccord sur tout ou parti de soi-même. On s’y sent mal. Ceux qui vont commettre l’acte n’en parlent que peu, parfois ils se confient à autrui en évoquant d’en finir. C’est une notion de fuite. La réalité est parfois déconnectée dans l’affectif, c’est à dire qu’on perd une estime de soi, une confiance, on se sent dés-aimé, etc. Le suicide représente alors une solution pour ne plus souffrir, ne plus se battre, ne plus subir.

De fait, Andréas Lubitz n’a pas provoqué son suicide en utilisant l’A320.

Considérant cela, j’ajouterais ces réflexions :
– Le suicidaire met tout en place pour laisser un message d’explication du pourquoi on va commette cet acte, ce qui ne semble pas le cas pour Andréas Lubitz (j’ai lu qu’il voulait que son nom soit retenu par le monde entier : pure spéculation!).
– Qui plus est, les conversations entre le pilote et copilote sont enjouées : en 10 minutes il basculerait dans l’envie de « suicider 150 personnes avec lui » ?! Une personne bipolaire pourrait le faire éventuellement, mais n’aurait pas été recrutée par une compagnie aérienne.
– Il faut un déclencheur ! Là encore, je n’ai rien lu qui permette un acte de suicide.

– On entend une respiration dans le cockpit, soit celle d’Andréas Lubitz. D’après des experts qui ont écouté cette bande, cette respiration est celle d’une personne sous masque à oxygène! Se suicide-t’on en mettant son masque à oxygène?
– Durant les 8 à 12 minutes et la dernière avant le crash, personne ne répond à la tour de controle, mais s’ils ne pouvaient tout simplement pas, ni le commandant de bord, ni son copilote?!

– De même, le copilote refuse d’ouvrir la porte au commandant de bord : là aussi, et s’il ne pouvait pas?
– les problèmes de vue du copilote échapperaient aux contrôles médicaux drastiques des employés sur des vols des compagnies aériennes comme celle de la Lufthansa, une des meilleures au monde?
–  La vitesse a été augmentée en descente. Mais le copilote a donné des poussées de gaz à plusieurs reprises en pilotage automatique. Et si Andréas Lubitz cherchait à modifier la poussée en modifiant la manette des gaz à plusieurs reprises? Ce qui prouverait deux choses : la première qu’il n’est pas suicidaire par ce que la seconde il cherche à se sortir d’une situation critique. Dans tous les cas, on ne se suicide pas par a-coups!
– Enfin , entrainer 150 personnes dont ses collègues qu’on apprécie visiblement dans une montagne en mettant 8 à 12 minutes l’avion dans le silence en descente puis 1 minute en piqué sur une montagne, c’est très long pour un suicide qui semble décidément bien désorganisé.

Crash A320, ce n'est pas un suicidaire ni terroriste

Crash A320, ce n’est pas un suicidaire ni terroriste

J’ai analysé les quelques photos d’Andréas Lubitz dont le profil montre bien une personne inquiète, soucieuse, angoissée, perturbée, un peu triste même. Personne assez peu communicante sur lui-même, isolée, introverti, pas forcément sociable ni désagréable. Son sommeil devait être troublé et nécessitait d’être régulé notamment afin d’exercer son travail je présume. C’est surement aussi dans cet esprit qu’il s’est fait soigner par ce que je pense qu’il aimait son travail. Il devait avoir un besoin de grandeur, d’aboutissement au dessus de ses capacités ce qui animait ses angoisses. Le reste de ce que j’ai profilé est antinomique avec un suicidaire : méthodique, rigoureux, sportif, ayant des projets, boulimique de réussite, ne devait s’accorder qu’à aller chercher la première place, protecteur, pointilleux discret, ayant la notion du service. Il devait avoir une passion, quelque chose qui l’animait et pour laquelle il tenait. Il présente un profil de bâtisseur telle famille ou établir un foyer etc.

Ce copilote, Andréas Lubitz n’est, selon tous les éléments dont je dispose, pas le terroriste qui a commis le crash, il a tenté de sauver l’appareil et j’aimerais que sa famille le sache si cela peut apaiser leur douleur, ainsi que toutes les familles en deuil des suites de ce crash.

Et si je défends ma thèse d’un acte terrorisme c’est justement par ce que ce genre de crash est trop fréquent. Alors que les cahiers des charges sécuritaires sont de plus en plus pointus, on découvre des failles dans des « cerveaux virtuels » embarqués. Des failles qui autorisent des infiltrations de types cybercriminelles. Et je ne peux m’empêcher de penser à ce fait : une vieille affaire d’attentat aux Etats-Unis d’une voiture, dont les occupants étaient « précieux » pour une grosse affaire juridique, qui a été téléguidée à distance vers un crash.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler