Verter Lee Flanagan : tuerie en Virginie

Publié: 28 août 2015 dans Non classé
Tags:, , ,

Après lecture de la presse, cela ressemble fortement à un risque psychosocial non évalué!

Je lis toujours selon la presse que le tueur, Vester Lee Flanagan , était colérique et n’avait pas un travail satisfaisant. Ma première question est : a-t’il été recruté colérique? Je doute personnellement.

On découvre ensuite que Vester Lee Flanagan, chahutait ses collègues. Là-encore, à quelle période a-t’il commencé à chahuter ses collègues? De quelle manière? Comment cela a-t’il commencé? Quel est le déclencheur? A-t’on échangé sur le sujet avec lui et avec ses collègues? Quelles actions correctives ont été apportées y compris vis-à-vis des collègues? Pourquoi ne pas avoir considérer ces éléments comme des indicateurs d’une personne fortement perturbée et non caractérielle? Etc.

Alison Parker et son caméraman

http://www.tdg.ch/monde/ameriques/Le-journaliste-meurtrier-embetait-ses-collegues/story/25400174?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Il n’est pas question d’excuser le geste, mais d’estimer qu’il aurait pu être évité si la situation avait été considérée à sa juste valeur. Il est plus facile de se débarrasser d’une personne « sous tension » que de l’encadrer suivant le contexte, la situation, l’accompagnement etc. afin de solutionner au mieux le conflit. Combien de vengeances ont-elles été faites en entreprise des suites de comportements similaires! Car il s’agit bien d’un conflit devenu larvé à la base qui a abouti à une tuerie.

N’ayant pas été considéré comme satisfait après avoir montré un mécontentement sous forme de « chahutage », colère et mauvais travail, Vester Lee Flanagan voulait sa reconnaissance, sa réparation afin d’être entendu. Il a assassiné de sang-froid et à bout portant deux de ses collègues, tourné en direct et visible par les téléspectateurs et en se filmant lui-même. Un acte préparé, prémédité, accomplit avec froideur, qui devait être reconnu à tout niveau et devant un public de sa zone de confort au plus large, sans prise de conscience réelle de ce qu’il faisait puisqu’il n’était axé que sur sa propre réparation de ce conflit larvé. Il avait dû alimenter cela durant des mois dans son esprit.

Son profil explique le reste ! Sous certains sourires, on constate un regard qui en dit long sur la lourdeur de ce qu’il accumule comme souffrances.  Une profonde tristesse, un manque affectif, une solitude intérieure, une recherche de soi et peu d’envie de, un manque de confiance ponctué de doutes., une envie d’exister et d’être reconnu comme un être humain, un refus du rejet de lui et tout ce qui le touche … Ses colères étaient probablement liées à ce qu’il considérait comme étant un rejet : un bonjour dit de travers et il se sentait blessé alors que son interlocuteur ne voulait pas le blesser, mais pouvait être simplement fatigué!  Vester Lee Flanagan, un écorché vif visiblement incompris et surtout sous-estimé, qui, si on avait tenu compte de ses « alertes », et qu’elles fuent traitées, n’aurait très certainement pas assassiné qui que ce soit. Il considérait qu’il avait sa place dans son travail au même titre ou plus que les autres.

L’un des derniers éléments qui attestent mes propos ci-dessous est son propre suicide : il a réalisé et sa culpabilité l’a fait réagir en se suicidant.

Nadine TOUZEAU
Analyste comportementale, profiler
Risque psychosociaux

>>>>>>>>>

Vester Lee Flanagan : tuerie en Virginie

After reading the medias supports, it strongly resembles psychosocial risk not estimated! I always read according to the press that the killer, Vester Lee Flanagan, was angry and did not have a satisfactory job. My first question is: Has there been recruited him angry? I personally doubt.

Then we discover that Vester Lee Flanagan, heckled their colleagues. Here again, at what period started it him to heckle their colleagues? How has him begin? What is the trigger? Have we exchanged on the subject with him and their colleagues? What corrective actions have been made including towards colleagues? Why not consider these as indicators of a highly disturbed person and not characterial? Etc.

There is no question to excuse the gesture, but estimate it could have been avoided if the situation had been considered at its fair value. It is easier to get rid of a person « under stress » as to frame the context, situation, accompaniment etc. to best solve the conflict. How revenge were they made in business as a result of similar behavior! For there is indeed a conflict become latent at the base which resulted in a massacre.

Was not considered to be satisfied after showing discontent as « heckling » anger and bad job, Vester Lee Flanagan wanted recognition, repair to be heard. He murdered in cold blood at point blank and two of his colleagues, shot live and visible to television viewers and by filming himself. An act prepared, premeditated, complete with coldness, to be recognized at all levels and to an audience of his comfort zone to wider, with no real awareness of what he was doing because he was focused on his own penalty this latent conflict. He had to feed it for months in his mind.

His profile explains the rest! In some smiles, there is a look that says a lot about the weight of what he collects as suffering. Deep sadness, an affective lacka loneliness inner a search for self and little desire, a lack of confidence punctuated by doubts., A desire to exist and to be recognized as a human being, a refusal rejection of him and everything that touches it … His anger was likely related to what he saw as a rejection: a hello through and said he felt hurt when his partner did not want to hurt him, but could just be tired! Vester Lee Flanagan, a tormented soul obviously misunderstood and underestimated especially, which, if we had given its « alerts » and they treated Fuent, would most certainly not murdered anyone. He considered that he had a place in his work just as or more than the others.

One of the last elements that attest my words below is its own suicide: he realized his guilt and has reacted by committing suicide.

Nadine TOUZEAU
Behavioral analyst, profiler
Psychosocial risks

Publicités
commentaires
  1. LinkedIn
    jacques vermeulen : « C’est un métier à risque »

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s