« Le gouvernement (français) lance, mercredi 7 octobre, une série de quatre messages télévisés destinés à prévenir le départ de jeunes Français pour le djihad en Syrie. Ils sont mis en ligne sur le site Stop-djihadisme. », je cite un passage de l’article Le Monde dont le lien est ci-dessous.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/10/07/diffusion-d-une-serie-de-films-pour-prevenir-les-departs-de-candidats-au-djihad_4783902_3224.html

Le fond est louable à plus d’un titre :

  • permettre de montrer que personne n’est à l’abri de voir son enfant enrôlé à la cause djihadiste ou tout extrême (telles les sectes pour ne citer qu’eux).
  • afficher que le parent n’est pas un terroriste
  • mettre en avant des témoignages qui peuvent aider à faire son deuil
  • Prévenir parents et enfants surtout adolescents des risque d’enrôlement au djihad
  • etcTorill, mère d'un enfant enrôlé par le djihad, Norvège

Comment développer ce sujet concernant la souffrance de parents face à l’inacceptable! Un deuil quel qu’il soit, la perte de son enfant, quoi de plus terrible et que dire ! On ne s’habitue jamais à la souffrance que les parents nous montrent sous quelque forme que ce soit et on ne peut trouver suffisamment de mots ou gestes pour tenter de les consoler.

Si je réagis à cette campagne politique afin de surfer sur le « risque social inacceptable » qu’est le terrorisme djihadiste, c’est dans le but de dire que ses parents et tous les autres dans cette situation, vont devenir les victimes de ces terroristes.

Tels les exemples de Torill en Norvège (récit de Julia IOFFRE dans Huffington Post) qui a apprit le décès de son fils par le recruteur qui l’avait envoyé combattre en Syrie. « Elle voulait en avoir la preuve … Le recruteur a nonchalamment fait défiler les photos de son iPad jusqu’à arriver sur l’image qui les intéressait: une photo de Thom Alexander avec une balle dans la tête et un œil sorti de son orbite. »

Ou Karolina DAM au Danemark (je cite même provenance de récit) : “Lukas, je t’aime tant mon fils chéri. Tu me manques et je veux te serrer dans mes bras et sentir ton odeur. Tenir tes douces mains dans les miennes et te sourire.” message ultime envoyé de Viber. Il n’y eut pas de réponse. Un mois plus tard, quelqu’un répondit à son message. Ce n’était pas Lukas.
« Et mes mains à moi héhé »
…“Les tiennes aussi, mon chou, mais surtout celles de Lukas.”
Son correspondant lui demanda: “Vous êtes prête à entendre certaines nouvelles?”
“Oui, mon cœur”, écrivit-elle. Quelques secondes d’attente, et la réponse tomba.
“Votre fils est en miettes.”

Deux affaires avec l’annonce détachée du décès d’un enfant, frère, ami… dans nos cultures c’est brutal, froid, sans coeur d’agir ainsi. Des manières étrangères à notre culture européenne et d’autres aussi, sauf par des profils de type tueur! Ils en tirent une jouissance, une gloire, un détachement affectif, un manque de respect sur l’humain … Le débat sur la nécessité des recrues et type de profil recherché selon l’objectif est à mettre sur la table! Des « chairs à bombe » sont recherchées à des fins personnelles à la cause djihad!

Combien d’autres exemples ainsi qui révèlent dans l’analyse des comportements que les terroristes joueront de notre sensibilité, notre culture familiale, l’amour de nos proches, qui sont opposés à leurs principes, idéaux, culture, objectif…

En France, nous aimons mettre en avant le deuil concernant la perte d’un enfant qui est positionné au-dessus de tout quel qu’en soit le contexte et est privilégié dans les médias. Chaque deuil est unique en soi et ne peut se classifier en souffrance plus qu’un autre. Alors que dans la réalité, un deuil est en soi une souffrance : j’ai vu des gens ne pas se remettre de la mort de leur chien et d’autres moins pleurer celle de leur fils alors que sa veuve était effondrée!

Ces vidéos ne vont-elles pas plutôt servir la propagande du djihad?
Ces vidéos ne vont-elles pas au contraire alimenter leur victimisation et favoriser leurs actions y compris de recrutement? Je m’explique.

Afin de lever un candidat au djihad, le profil sera choisi pour sa vulnérabilité qu’elle soit d’ordre environnemental (dégoût du lieu de vie, de son pays, de valeurs…), d’ordre affectif (déception amoureuse, parents absents ou désintéressés, rejet amical ou social…), d’ordre professionnel (incertitude sur l’avenir, chômage, travail inadapté…),  d’ordre financier (manque d’argent ou envie de plus d’argent), d’ordre religieux (par désir ou contradiction), d’ordres divers telles la drogue, pathologie psychiatrique, marre des études…

Sur ces bases-là , montrer des parents en souffrance ne peut suffisamment décourager toutes les situations ci-dessus d’autant que bien souvent, elles ne sont pas uniques, à savoir que la vulnérabilité n’existe que s’il y a plusieurs « souffrances ». On sait d’autant plus combien les adolescents sont fragilisés par l’inquiétude de leur avenir, le dégoût des études, le rejet de copain de classe et le conflit (parfois générationnel) avec les parents aimants ou pas!

Le témoignage des parents, tel que présenté dans ces vidéos, sera détourné de leur objectif. Un recruteur pourra rebondir dessus en disant par exemple : « tu vois, les parents ne comprennent rien, ne vous comprennent pas, nous si! ». Et appuyer leurs actions pour prouver qu’ils sont leur nouvelle famille.

Il ne faut pas oublier que les djihadistes appuient sur nos faiblesses (c’est valable pour chaque pays ou culture) pour aboutir à leur fin. Ces faiblesses sont : fort taux de chômage, affectif diminuer par manque de présence et éclatement de la famille, reconnaissance sur les réseaux fragilisés par des posts, vidéos, photos qui blessent l’individu, société sans règles, bases et valeurs, peu d’écoute dans une société blessée (parents au chômage, burn-out, endettés ou qui ont trop de travail par exemple)… L’encadrement dans l’éducation de l’enfant est important tout comme les liens avec sa famille, pas uniquement les parents. Il ne s’agit ni de milieu social ni de niveau éducatif. Face à cela, le jeune est perdu et manque de repère, ni de soutien, ni d’écoute, ni de bases.

D’autres faiblesses sont à indiquer tels un armement pour eux douteux, une sécurité à leurs yeux non unis et faibles, une justice discutable, un pays divisé avec une non-adhésion à la politique en général, une économie faible et sans objectif, un retard sur l’approche sécuritaire (non-reconnaissance du darknet par exemple, manque de certaines expertises, tactique pyramidale…), des violences et conflits internes, ETC.

Enfin, les djihadistes aiment à appuyer sur notre culture basées sur les droits de l’Homme qui ne nous fera pas réagir comme eux agissent.

Je doute dans tous les cas que le recrutement au djihad tremble face à cela, je pense même qu’ils vont s’en amuser et le retourner dans leur sens.

Par rebond, pourquoi le sujet des femmes et enfants kidnappés pour la cause djihad n’est-il pas évoqué? Les parents de ces enfants kidnappés ne souffrent-ils pas eux aussi?

Stratégiquement, quel est le réel objectif de ces vidéos?

Le débat est ouvert.

Nadine TOUZEAU
Analyste comportementale, profiler, net-profiler

>>>

CAMPAIGN FRENCH FILMS ANTI-JIHAD

« The (french) government launches, Wednesday, October 7, a series of four television spots to prevent the departure of French youth for jihad in Syria. They are posted on the site Stop-jihadism. » I quote a passage of Le Monde article whose link is below.

The background is laudable in many respects:
° allow to show that nobody is immune to see your child enrolled at the jihadist cause or any extreme (such sects to name a few).
° show that the parent is not a terrorist
° put forward evidence that can help to grieve
° Prevent parents and children, especially adolescent risk enrollment jihad
° etc.

How to develop this subject on the suffering of the parents against the unacceptable! Bereavement whatever it is, the loss of her child, what more terrible and what could we say! You never get used to the pain that the parents show at any form whatsoever and can not find enough words or gestures to try to comfort them.

If I react to this campaign to surf the « unacceptable social risk » that is the jihadist terrorism is in order to tell his parents and all others in this situation, will become the victims of these terrorists.

Such examples as Torill’s one in Norway (Julia IOFFRE narrative in Huffington Post) who learned the death of his son by the recruiter who sent him to fight in Syria. « She wanted to have the proof … The recruiter casually scroll through the pictures of his iPad until arriving on the picture that interested them: a picture of Alexander Thom with a bullet in the head and one eye out of its orbit.  »

Or  Karolina DAM in Denmark (I quote from the same story), « Lukas, I love you as my beloved son. I miss you and I want to hold you in my arms and smell you. Keep your sweet hands in mine and you smile. « Ultimate message sent by Viber. There was no answer. A month later, someone responded to his message. It was not Lukas.
« And my hands for me hey hey »
… « Yours too, sweetie, but especially those of Lukas. »
Its correspondent asked, « Are you ready to hear every news? »
« Yes, my heart, » she wrote. Wait a few seconds, and the answer fell.
« Your son is in bits. »

Two detached business with the announcement of the death of a child, brother, friend … in our culture it’s brutal, cold, heartless to do so. Foreign ways to our European culture and others too, except by profiles as killer! They derive a delight, glory, emotional detachment, a lack of respect on the human … The debate on the need for recruits and type of profile searched by the objective is to put on the table! Flesh – bomb is searched for personal gain for the jihad.

How many other examples that show well in the analysis of behaviors that terrorists will play our sensitivity, our family culture, love of those who are closest to us who are opposed to their principles, culture, goal …

In France, we like stage highlight the Bereavement for the loss of a child that is positioned above all whatever the context and is favored in the media. Every grief is unique in itself and can not be classified in suffering more than another . While in reality, grief is itself a pain, I saw people do not recover from the death of their dog and other less crying that of their son while his widow had collapsed!

These videos will they not rather serve the propaganda of jihad?
These videos do not they will instead feed their victimization and promote their activities including recruitment? Explanations.

Order to lift a candidate to jihad, the  profil will be chosen for their vulnerability environmental (disgust place of life, his country values …), affective (heartbreakparents absent or disinterested, friendly or social rejection …) , professional (uncertainty about the future, unemployment, inadequate work …), , financial (lack of money or want more money) , religious order (by desire or contradiction) ,  various such as drugs, psychiatric pathology …

On these bases ,  show parents suffering can sufficiently discourage all situations above particularly that often, they are not unique, that the vulnerability exists only if there is several sufferings . particularly we know how teenagers are more vulnerable by worry for their future, disgust studies, rejected classmate and conflict with loving parents or not !

The witness of parents, as shown in these videos will be diverted from their objective. A recruiter can rebound above saying: « You see, parents do not understand you, us we do !. And supporting their actions prove they are their new family.
I doubt in all cases that the recruitment for jihad tremble deal with this, I think even they will be amused and return it to their senses.

We must not forget that the jihadists lean our weaknesses (this is valid for each country or culture) on to achieve their purpose: high unemployment, emotional decline through lack of presence and family breakdown, recognition vulnerable by networks through posts, videos, photos that hurt the individual, society without rules, values and bases, no listening to a wounded society (unemployed parents or have too much work for example) … the supervision in the child’s education is important as the links with his family, not just parents. It is neither social background or education level. In response, the young is lost and lack of reference or support, or listening or bases.

Other weaknesses are to indicate such a doubtful weapons for them, their security not united and weak in their eyes, a questionable justice, a country divided with a non-membership in in politics in general, a weak economy and without purposes, behind the security approach (non-recognition of darknet eg, lack of certain expertise, pyramidal tactics …), ETC.

Finally, the jihadists like to build on our culture based on human rights that will not make us react like them do.

I doubt in all cases that the recruitment to jihad tremble deal with this, I think even they will be amused and return it to their senses.

By rebound, why the topic of women and kidnapped children for jihad causes is not mentioned? The parents of these children abducted they do not suffer too?

Strategically, what is the real purpose of these videos?

Is open for debate!

Nadine TOUZEAU
Behavior analyst, profiler, net-profiler

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s