La transposition du crime du monde réel au monde virtuel n’a qu’un pas.

La possibilité de se cacher et d’agir avec liberté et rapidité dans un univers est une manne pour de nombreux délinquants qui ouvraient à ciel ouvert.

su-bin-a-k-a-stephen-su-a-k-a-stephen-subin

Si l’infiltration intranet existe et est très souvent évoquée avec ou sans parler du darknet, l’infiltration à ciel ouvert, soit dans le monde réel, reste elle aussi effleurée dans l’univers économique. « Pas nous! C’est du James Bond ! Nous n’avons rien d’attirant! Nous sommes méga protégés!… » Des propos entendus depuis des années dont certaines des personnes derrière ces propos ont été victimes depuis de malveillances, d’attaques et cyberattaques et le sont toujours.

http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/su-bin-chinese-man-accused-by-fbi-of-hacking-in-custody-in-b-c-1.2705169

Pour autant les hats n’ont pas tous le comportement de réellement se cacher derrière l’écran. Ce qui semble le cas de ce hat, Su Bin dont la mission se rapproche plus, à la lecture des éléments non vérifiés, à une infiltration à la solde d’un état.

Voler des données dans un environnement est plus proche de l’espionnage que d’un hat de type Grey ou black.  L’utilisation  du net voire darknet étant une facilité et une proactivité  afin d’assurer et améliorer la qualité de la mission et sa sécurisation. Su Bin a bien su ou été obligé d’utiliser le réseau avec des hats afin de fournir les données volées.

L’humain est la réelle base à traquer pour endiguer la cybercriminalité! Les cerveaux sont à l’origine des cyberattaques et non des « machines »

Ainsi que je le détaille dans mon livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », le comportement d’une utilisation comme moyen pour améliorer ses actions issues parfois du monde réel dans le monde virtuel n’a pas de comparaison avec le hat qui « vit », a construit son univers et alimente le darknet. Leurs profils,  actes, objectifs, travail, etc sont différents.De fait le comportement dans le monde réel aussi et la zone transverse ( © Nadine Touzeau) sera plus forte pour le hat que le spy usant du virtuel. Les appréhender s’opère de fait de façon différente. Dans tous les cas, le profil de Su Bin pouvait être révéler très tôt.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s