Comment gérer le retour du djihad ?

Publié: 9 mai 2016 dans Non classé
Tags:, , , , , , , , ,

Il est un fait qu’intégrer les retours de l’EI est à prendre en compte. Mais avant cela, ne faut-il pas en comprendre les profils et le contexte!

Les prisons sont un des incubateurs en développement de potentiel terroriste. Le recrutement et l’embrigadement y est fort à cet endroit notamment.

La question doit se traiter différemment selon si c’est un départ volontaire ou un rapt!

Les pratiques de manipulation et enrôlement des « membres de l’EI » sont proches en méthode de ce certains kidnappeurs/ violeurs qui obligent leur « proie » à vivre auprès d’eux et selon leur désir. Ajouter à cela une idéologie religieuse. L’exploitation d’esprits fragiles ou malléables est au cœur de leur enseignement. De fait le syndrome de Stockholm y est plus développé avec les effets que cela peut procurer en termes de conflit psychologique. Sur l’exemple du peuple Yezidi, le plus victime aujourd’hui des terroristes de l’EI, le retour des femmes et des enfants n’est pas sans inquiétude. Ils sont imprégnés de codes, embrigadements, manipulation, doutes, envies, … C’est très complexe à gérer cela. Ces pratiques EI forment d’excellentes bombes à retardement, des infiltrés, des dormants. 

Alors avant de considérer où nous devons mettre les retours suite à des départs volontaires, de certains individus, il faut bien les identifier psychologiquement et avoir des spécialistes de la question ce dont je doute que nous ayions en France ou en tout cas en grand nombre. Déceler le comportement et les incongruences afin de vérifier la véracité des pensées des individus. Et contrôler souvent. Par ce que je suis convaincue que la plupart de ces retours a un autre but que le repentir. Les infiltrations et les dormants ne sont pas pris en compte à moins qu’on ne s’en fiche simplement !

La question que je pose est de savoir qui on protège? L’EI s’est préparé depuis longtemps avant d’attaquer… Ils ont testé, ont mesuré, ont développé leur réseau y compris dans le darweb avant d’agir et cela se savait. Cela a été sous-estimé. Telle une toile d’araignée, ils ont tissé et créé des synergies entre plusieurs réseaux mafieux et d’influences, dans le monde réel et virtuel. Les membres de l’EI sont sous-estimé par ce qu’on refuse de comprendre ces profils et leurs réels desseins tels qu’ils sont afin de mieux les combattre, j’évoque la France sur ce sujet.

Quel risque devons-nous accepter pour protéger notre pays?

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s