Les échanges souvent virulents que je lis sur différents réseaux sociaux affichent pour beaucoup un affectif primant sur la raison et bien plus débordant que dans le monde réel. Rien de nouveau en cela dans l’espace virtuel ! Les leçons, pourtant nombreuses vécues ces dernières années, n’ont pas été tirées de mettre de côté ce qui nous touche sur certains choix, qu’il s’agisse d’acheter, de se marier, d’intégrer un animal dans sa vie, d’employer un collaborateur, de voter, …

Certains en concluront hâtivement que je préconise de ne rien faire avec l’affectif ! Tout au contraire ! Je rappelle juste que notre personne nous dote (en principe !) de capacités et potentiels à utiliser parfois plus que d’autres selon nos choix et décision, telle la raison.

Choisir un collaborateur dans son entreprise ne peut se faire sur l’affectif. Force est de constater, même si beaucoup de recruteurs s’en défendent, que c’est rarement le cas. Il suffit de considérer pour exemple la cooptation, le fait de « sentir » le candidat, des résultats de tests sachant qu’aucun n’est fiable, tout cela provoquera des choix orientés et non neutres. Le résultat peut très bien fonctionner, mais sans neutralité donc le candidat devra vous ressembler quelque part ou fera en sorte que vous sentiez qu’il vous ressemble (un comportement que nous, profiler, pourrions creuser afin de voir s’il y a malveillance ou pas). Dans tous les cas, l’objectivité n’est pas au rendez-vous.

Un des sujets d’actualité est le choix électoral (je ne fais pas de politique pour rappel). Outre l’électeur qui ne votera que la couleur de son parti politique, la première réaction des gens sera de lire et écouter ce qu’il y a dans la presse intégrant le flux d’informations qu’il y a. Ils suivront les avis et échanges sur les réseaux sociaux encore plus riches que la presse en terme de flux et surtout d’aberration . Autant dire que, la base est déjà tronquée puisque la presse n’a plus sa liberté d’expression depuis longtemps et selon certains réseaux sociaux, les ragots vont bon train. De fait, toute personne se fait une opinion souvent figée sur des bases non fiables et encore moins vérifiées. Sachant que les électeurs ont leurs propres problèmes du quotidien qui pèsent lourd dans la balance énergétique, le temps manque afin de se poser et de réfléchir sur ce qui est bien, réel, vrai, possible, parlant, crédible, potentiel afin de faire leur choix! Ce manque de temps peut se traduire par voter pour ce qui semble accessible, c’est-à-dire trouver le candidat sympathique, portant les couleurs de son parti préféré, promettant une chose importante à ses yeux… Un coup de poker rarement gagnant pour l’électeur !

Là où cela devient encore plus éloquent c’est lorsqu’un français fait passer ses opinions sur un électeur étranger en lui suggérant qui choisir ! Donner une leçon à une personne qui vit dans son pays en vivant dans un autre, avec des cultures différentes, des éléments manquants, des méconnaissances terrains. En d’autres termes, c’est se mêler d’un univers méconnu, d’un environnement lointain en n’intégrant pas la culture d’autrui. Émettre une opinion, soit, mais critiquer et orienter un électeur étranger sur ses choix sur des bases principalement venant de la presse française (et non étrangère qui peut très bien publier d’autres versions) et de la critiquer, c’est une forme de manipulation et cyberbuylling !

Je réfléchisChoisir avec objectivité exige de devoir se concentrer sur un sujet qui ne semble pas important, sauf pour celles et ceux qui font de la politique. Et il est prouvé scientifiquement qu’aucune personne ne peut être concentrée à temps complet, que même les meilleurs dans leur domaine peuvent se faire avoir dans leur propre univers et que les informations retenues ne le sont que partiellement, selon l’interprétation qu’on en fait.

Ainsi, face à ces éléments, sans connaitre les personnes, leur motivation, leur culture, leur potentiel et sans être profiler, comment faire pour choisir le bon élément, candidat, partenaire professionnel, fournisseur qui correspond à la mission pré-requise?

Nous revenons à l’affectif, par facilité! Par ce que des propos vous séduiront, des attitudes, des idées, la nouveauté, un sourire, une alchimie que vous ressentez, parfois même vous partagerez le même hobby, vous vivez au même endroit, etc. Nous allons vers ce qui est plus connu même si nous ne considérons pas cela comme bon pour nous ou nos objectifs. Il est, de fait, difficile de s’ouvrir à l’inconnu surtout si notre profil présente des aspects narcissique, hautain, autoritaire, sûre de soi, influençable, désintéressé, etc. voire si l’on ne s’autorise pas à la découverte.

Croire par facilité par ce que nous sommes dans un univers où tout doit être rapide sans réfléchir : je veux, j’aime, je clique. Aucune mesure n’est possible autrement dans de nombreux esprits surtout jeunes. On jugera sans preuve tout en critiquant ceux qui osent vous juger ou juger une cause que vous défendez sans que vous n’estimiez qu’il y ait des preuves ! Contradiction quand tu nous tiens ! Un comportement terriblement amplifié dans le virtuel.

La réflexion permet d’évaluer le bon élément pour le bon poste. L’approche est de discerner, analyser, recouper des informations afin de se faire une idée de ce qui correspond, matche au profil pour la mission dédiée en tenant compte des critères et/ou cahier des charges de ladite-mission. Ils estimeront la mission en en évaluant les risques, avantages, potentiels en adéquation avec le savoir-faire, savoir-être et savoir de la personne et l’environnement de cette personne. Dans le doute, ils creuseront leur recherche, mais ne se laisseront pas orienter. Une sorte d’approche profilage ! Les résultats décevront nettement moins et pourraient même satisfaire grandement.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s