Archives de novembre, 2016

L’émission de profilage en live sur des personnalités politiques qui a eut lieu le 9 novembre dernier 2016, au lendemain des élections présidentielles américaines. De Donald Trump en passant par Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé,  le profilage sous forme de test y est aussi présenté.

Avant l’émission, j’ai tenu à faire 2 tests en Off afin que chacun vérifie mon métier. En fait, j’en ai fait bien plus. J’ai également souhaité ne rien connaître des vidéos et autres demandes relatives à l’émission pour faire des profils afin d’être en vrai live.

Ce live permet de mesurer une partie du potentiel de ce qu’un profiler doit pouvoir faire et ne représente qu’un faible pourcentage au regard du travail au quotidien pour des raisons évidentes :

  • d’abord cela va vite et je n’ai pas loisir d’entendre tout en parlant de ce que je vois
  • je ne puis réécouter la bande et la revisionner
  • je n’ai pas souhaité tout dire pour des raisons de sécurité
  • c’est la première fois que je fais cet « exercice »

C’est le propre même du live ce que l’équipe BTLV et moi-même souhaitions

Merci pour les nombreux messages et retombées que j’ai reçu depuis cette émission

Merci surtout à toute l’équipe de https://www.btlv.fr/

 

Publicités

S’étonner d’une telle mesure, j’oserai dire que nous sommes fichés depuis longtemps. Il y a eu une période assez récente suite à l’affaire des ROMS où ces fiches ont été diminuées par destruction massive. Mais, le recoupement d’éléments informatiques autorise de centraliser en un seul lieu les informations de toute personne allant de son état de santé  aux empreintes digitales même si il ne s’agit que de ce dernier point concernant cet article (quoique !).

L’évolution informatique c’est cela.

Toutefois, plusieurs éléments m’inquiètent :

  • d’abord la plus évidente à mon sens : les risques cybersécuritaires en cas de vol des données. Tout centraliser en un seul endroit en prenant des données sensibles d’un peuple, rien de plus tentant pour un black hat!
  • l’état de notre pays actuel : le chaos que nous traversons permet d’indiquer des éléments orientés sur X ou Y fiches qui, tout comme le casier judiciaire, ne seront pas modifiés ou effacés en cas d’erreur !
  • le besoin de ranger des cases : par extension j’ajouterais que l’on risque d’être jugé sans indication attestant un jugement de valeur du fait que l’on ne soit pas suffisamment comme « il faut ». En d’autres termes, remarquons qu’en France on range les gens dans des cases, ce qui est un jugement de valeur pour un pays des Droits de l’Homme qui du reste nous colle une étiquette qui ne nous correspond pas. Etre fiché intègre vos opinions et acte traduit par une personne qui va vous juger face à un cas sans case surtout.
  • l’envie de tout contrôler : comment ne pas aussi bien surveiller autrui en les fichant ! Un danger qui rappelle des temps obscures ayant supprimé la délation !
  • les fiches seront elles toutes objectivement remplies? Qui s’occupe de bien informer ce fichier?

Autant de question qui remettent en cause la volonté de centraliser purement et simplement des éléments pour ne pas les éparpiller.

La protection des données me semblent ébranlées de par les jugements pouvant être fait pour ranger dans des cases sans possibilités de se défendre et le manque de sécurité cyber, principalement.

 

Photo published for Le fichier des "gens honnêtes" censuré

https://francais.rt.com/france/28314-france-donnees-personnelles-60-millions

 

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels