Comprendre le cyberharcèlement

Kid, Child, Bullying, Pointing

Un sujet sur lequel je travaille depuis 2013 à titre personnel en tant que victime. Internet a transposé le harcèlement des rues en cyberharcèlement sur internet. La différence est notoire car sur internet, rien ne disparait sauf si vous avez un beau carnet d’adresse. Mais surtout, dans la rue, le harcèlement retombera comme un soufflet et s’oubliera très vite dans la majorité des cas, sur internet, il se repend telle une trainée de poudre et se déforme selon l’envie des uns et des autres! La victime d’un harcèlement ne subit pas les mêmes maux (et mots) que celle d’un cyberharcèlement. Les dégâts sont également tout autre.

Le SRAS COV II a mis en avant à quel point le cyberharcèlement (plus connu dans nos métiers sous le nom anglais cyberbullying) sous toutes ses coutures et dans tous environnements. Au nom de prendre obligatoirement position, ou a contrario de sensibiliser voire protéger, les harcèlements ont repris du service avec la force qu’un diktat autorise de faire. A en laisser beaucoup sur le carreau.

J’entends souvent des lanceurs d’alerte ou des personnes moins connues se plaindre de prendre des coups verbaux, des injures sur la toile, plus ou moins violents, par les opposants. Et inversement du reste. En somme, vous découvrez ce que peu de gens ont connu avant vous et depuis la nuit des temps : se faire cyberharceler. Mais qu’est-ce que cela implique?

Tout d’abord, il faut comprendre pourquoi vous êtes harcelés. Quelle est la raison majeure?

Tout le monde ne sera pas harcelé. Seuls ceux qui ont un intérêt pour les harceleurs seront harcelés. Votre physique, vos potentiels, votre richesse financière, votre idée, votre poste professionnel, votre conjoint, ceux que vous dérangez sont autant de prétexte pour être victime de harcèlement. La méchanceté, jalousie, stupidité, ignorance, manque de culture, d’éducation favorisent de se faire harceler.

Egalement la manipulation ( (lire aussi https://nadinetouzeau.com/devons-nous-evoquer-pervers-narcissique-ou-manipulateur/) lorsque vous dérangez (souvent sans le savoir) à haut niveau souvent. Ce qu’on estime de votre profil fera le niveau de harcèlement que vous subirez. Et si je fais le parallèle avec la pseudo pandémie que nous vivons (voir la définition du mot pandémie), c’est parce que cette période révèle le harcèlement de façon totalement outrancière voire ubuesque.

Sans aucun remords, sans réfléchir, sans se poser de questions ou par ce qu’on le leur a demandé, qu’ils suivent une meute, un mouvement, les harceleurs sont rarement des personnes de coeur, altruistes, gentilles, aimantes compréhensives et ouvertes d’esprit. En somme, elles n’ont pas un profil bienveillant (pour rester soft) !

En revanche, les harceleurs ont de la gouaille !Surtout sur internet par ce que c’est plus facile de se cacher derrière un écran. Les harceleurs savent parfaitement dire les mots qui vont faire mal à commencer par mentir. Elles vont en effet raconter leurs histoires, sur une base juste ou pas, mais interprétées de façon à ce qu’elles sensibilisent les personnes qui la liront pour faire passer sa cible pour ce qu’elle n’est pas. Elles s’arrangeront pour que l’histoire circule toujours en activant l’émotion sur autrui. L’histoire peut parfois être énorme, romancée, loufoque. Plus c’est gros, plus ça passera! Tant qu’il y a de l’émotion en faisant pleurer les chaumières. Mais peu de personnes verront l’exagération, la supercherie.

Les cyberharceleurs se font souvent passer ou font passer d’autres personnes pour une victime dont leur cible, soit la personne harcelée est responsable. Ils inversent les rôles. Ils savent faire et en cela, ils ont des points communs avec certains manipulateurs. Notamment celui de détruire sa cible à tout prix. Tout sera mis en place pour se faire. Contrairement au manipulateur (lire aussi https://nadinetouzeau.com/devons-nous-evoquer-pervers-narcissique-ou-manipulateur/), le harceleur n’a pas besoin d’une autre personne pour alimenter ses actes. Seul, il peut faire de terrible dégâts sur une personne qui peut couter la vie à sa cible ou à des proches de la cible.

Les méthodes des harceleurs sont multiples et relatives à la cible qu’ils veulent atteindre. Les moyens mis en œuvre peuvent être colossaux. Depuis l’ère digitale, ces pratiques sont plus efficaces et donc permettent de rendre les résultats prolifiques. Un message sur Facebook, bien étudié, avec beaucoup d’émotions et la toile s’enflamme. A savoir, tous les réseaux sociaux sont noyés sur le sujet en question. A l’infini en cachant parfois l’essentiel. C’est-à-dire que cela ne s’arrêtera jamais sauf si le message est supprimé et que personne ne l’a copié. Combien de cas dénombrons-nous de personnes victimes de harcèlement sur un simple message posté sur la toile, un simple article de presse, une petite vidéo… Des milliers. Impossible de compter d’autant que très peu de gens portent plaintes. A condition que la plainte soit considérée.

Les victimes de cyberharcèlement sont bien plus nombreuses qu’il n’y paraît. On imagine souvent que seuls les enfants en sont victimes. A tort. On pourrait même considérer que les enfants en sont moins victimes que les adultes. Puisque ce sont des cibles fragiles, on focusse plus sur l’enfant que sur l’adulte. Les chiffres montreront que les adultes sont plus nombreux à être également traumatisés de subir des harcèlements en ligne, voire à en perdre la vie. L’adulte, du reste, pense qu’il peut gérer seul, comme un grand et sous-estime ce qu’il subit de son harceleur. S’en sortir seul c’est impossible et tout comme pour le manipulateur, il faut se « nettoyer » de ses bourreaux.

Etre harcelé sur la toile est bien plus grave que dans la rue. Car cela est visible par tous. Pires, les personnes victimes de cyberharcèlement subiront des dommages collatéraux que personne ne pourra défendre et quasiment irréversibles. Perte d’emploi, de contrat, d’argent, du conjoint, des amis, à défaut de la santé, confiance en soi, etc… L’isolement et la fuite sont la seconde étape. Qui ne servira à rien tant que le harcelé n’aura pas travaillé sur lui pour dépasser les frasques du cyberharcèlement.

Inutile de compter sur la justice, les forces de l’ordre, la CNIL, les sociétés de e-réputations… ( A visionner aussi ; https://www.youtube.com/watch?v=csqFdpxuCjQ). Vous avez très peu de chances de faire valoir vos droits et de faire réparer ce que les cyberharceleurs vous ont fait subir. Ce qui est intéressant à notre époque, c’est de se rendre compte du nombre de personnes cyberharcelées, célèbres ou pas. Ce qui engendrent une remise en question des situations qu’elles distinguent de similaires à leur vécu. Vous aurez du reste même très peu de chances d’être crus dans ce qui vous arrive.

Le harcèlement dans la vie réelle est très difficilement reconnaissable dans une cour de justice en France, alors dans le virtuel, c’est quasiment improbable. Les niveaux de connaissances dans les univers juridiques sont limités par manque de temps et moyens. Toutefois, avec le recul, je me pose la question de savoir si il n’y a pas une volonté de mésestimer les victimes de cyberharcèlement. Tant de lois restent à rédiger et valider afin d’éviter une épreuve longue, fastidieuse et incertaine. Quant à la presse, si elle vous harcèle, le parcours du combattant vous fera perdre le combat. Du reste, il n’est pas admis juridiquement que la presse puisse vous harceler. Les médias sont considérés comme étant libres d’écrire et de dire ce qu’ils veulent, tout ce qu’ils veulent. Ils sont donc inattaquables, intouchables, quoiqu’ils fassent (voir une affaire que j’ai étudié concernant Tiziana Cantone, suicidée suite à cyberharcèlement notamment par la presse : https://tendanceclaire.org/breve.php?id=20615). Pourtant, les cyberharcèlements sont très fréquents de leur part. La presse, n’est-elle pas l’inventeur des Fake News! N’attendez ni réparation ni excuse de leur part ! L’exemple étant donné, pourquoi les autres cyberharceleurs se priveraient-ils?

Et c’est exactement ce que de plus en plus de personnes font dans leur comportement et propos sur la toile. Critiquer une tenue, un objet, un écrit, une photo, un message, une entreprise, etc… Suivre un mouvement sans savoir, suivre un groupe sans s’interroger… C’est monnaie courante et peu de gens savent comment faire face à cela. C’est du reste une des offres de service que je vends aux entreprises de gérer ce genre de situation et surtout les stopper. Parce qu’il ne faut pas faire le jeu de ces cyberharceleurs. Analyser le cyberharceleur pour mettre la stratégie en place afin de se défendre. C’est ce que le net-profiling permet comme approche, très différente de ce qui se fait sur le marché de l’e-réputation par exemple.

Chaque situation que vous vivez en tant que victime de cyberharcèlement a sa solution. En aucun cas il ne faut la sous-estimer. La défense à adopter est dédiée à un ensemble de critères et informations collectés. Votre choix de défense pourrait donner le résultat contraire et vous nuire encore plus. A vous détruire pour de bon.

Le cyberharcèlement est illégal mais difficilement reconnaissable voire prouvable juridiquement faute de texte de loi encadré et propre à toute personne physique, morale, organismes, etc. qui harcèlent sur la toile. Aussi face à des confusions d’autorisation de cyberharceler pour certains sans reconnaitre officiellement que c’est du cyberharcèlement. Vous ne pouvez rester inactifs face à cela. Même si peu de solutions s’offrent à vous. Il ne faut surtout pas baisser les bras. Il faut se battre en construisant la bonne stratégie pour se faire.

Et comprendre pourquoi vous êtes la cible. Sans occulter qu’un cyberharceleur est un être humain, qui vit donc dans le réel (lire mon livre Net-Profiling : https://jmgeditions.fr/produit/net-profiling/).

Nadine Touzeau
Analyse Comportementale, Profiler, Net-profiler, Chercheuse en Comportements des Cybercriminels

Toute reproduction partielle ou totale n’est pas autorisée sans accord de l’auteur.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s