Merci Philippe Proix de m’avoir fait parvenir cet article et de partager mon analyse que je publie. En voici les principales raisons :

– La Corée du Nord n’a pas spécifiquement de très grands cybercriminels et n’est pas suffisamment organisée ne serait-ce qu’intellectuellement pour une telle cyberattaque
– Quel intérêt a la Corée du Nord de subtiliser des données de la NSA, si tant est qu’elle en soit capable, et de développer un WannaCry sous différentes versions ! Peu face à ses objectifs plus politiques que vengeurs avec une volonté de Robin des Bois des temps modernes.
– Les cibles d’entreprises et pays impactés par WannaCry et ses petits frères (ne pas les oublier) ne semblent pas avoir d’intérêt pour la Corée du Nord !
– Une IP identique, sachant qu’une IP se modifie, peut très bien être un leurre que plusieurs hats, sans rapport entre eux, utilisent. Rien de plus facile pour eux.
– Des malwares et autres logiciels malveillants qui se ressemblent ne veulent pas dire qu’ils sont conçus par les mêmes hats ! Tout se copie et tout se vend dans le darkweb même et surtout, ainsi que je l’ai vu pour la première fois sur une affaire d’homicide/vol/trafic de drogue il y a quelques années, les modes opératoires! Ce qui crée d’autres signatures et complexifie les investigations tant dans le monde réel que virtuel
– Enfin, la Corée du Nord a , tout comme la Russie, bon dos pour arranger certaines affaires, pour le compte de qui? A force de montrer du doigt certains pays notre regard changera de direction !

Il faut réfléchir aux cibles, pays, intérêts, mobiles, etc et je persiste et signe, ces hats qui ont conçu ce nouvel Pearl Harbor avec WannaCry et sa famille de logiciels malveillRésultat de recherche d'images pour "wannacry"ants, ont un objectif de révéler les failles d’un système corrompu tout en montrant le laxisme en matière de cybersécurité. Pas que dans le secteur sécuritaire , mais aussi et surtout entreprises, bien ciblées et non par hasard du reste. Ils sont en réseau ne ressemblant à rien d’un monde réel. L’objectif les anime. Pour en savoir plus, mes partenaires et moi-même sont à votre disposition pour une mission!

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-wannacry-lien-etabli-avec-les-pirates-lazarus-de-coree-du-nord-68300.html?utm_medium=social&utm

 

Nadine Touzeau
Profiler, net-profiler, researcher in behavior of cybercriminals

A l’ère de WannaCry, ce malware qui a paralysé un nombre incertain de structures diverses et variées au travers le monde, le constat est que les ressources humaines et techniques du monde entier se sont vues piégées par leur incapacité à prédire une attaque d’une telle ampleur. Ou est-ce volontaire ?

La question m’a été posée de savoir comment je considérais cette attaque et quels sont les profils de ces hats (cybercriminels).

Clairement, il s’agit de montrer une prise de pouvoir du monde réel grâce au virtuel par une poignée de génies de différents niveaux, qui ont orchestrés brillamment une nouvelle version d’un Pearl Harbor cybercriminel, montrant que nous n’avons pas la compréhension du pouvoir du cyber espace. Et je n’ai de cesse de le confirmer depuis des années, que tant que nous ne comprendrons pas ce monde et le comportement des personnes y vivant, nous ne les appréhenderons pas. Il est également des questions à soulever autour de l’environnement NSA, entre autres, quel est ce le genre de virus qu’ils sont sensés développer ou encore, comment ces univers réputés ultra protégés et en pointe, se sont-ils fait cyberattaquer  (ce qui prouve bien qu’aucune protection n’est fiable contre les cyberattaques)!

Qui sont ces hats (langage anglosaxon) ou cybercriminels !

Que de profils différents, souvent en lien avec la qualité de leurs délits. Un profil de personne faisant du phishing (white hat) ne sera pas comparable avec un Bogachev, black hat le plus « recherché » du monde (sachant qu’il est connu où il vit). Pour autant il peut exister un lien entre un white hat et un black hat : déléguer des tâches pour mieux atteindre un objectif parfois terroriste !

Souvent considéré comme des mauvaises personnes, des idiots, des ringards, etc, les cybercriminels sont bien plus intelligents et ont développé plusieurs savoirs-êtres, à ne surtout pas sous-estimer.

Les profils d’un white hat ne montrent pas de prouesses techniques, mais davantage de facilités à communiquer et se synchroniser à une personne, sa cible. Il aura l’intelligence de détecter la faille humaine, de s’y engouffrer afin de mieux manipuler la personne sans se considérer comme manipulateur. Certaines cultures, telles africaines, sont plus propices à agir de la sorte.

Alors que le grey hat sera un revanchard, aura un profil malveillant dans le but de faire entendre sa vision des choses, sa version des faits, sa voix. Il peut se révéler un grey hat suite à des heurts, harcèlements, conflits vécus dans le monde de l’entreprise et finaliser son dessein pour se venger. Les ransomware et le cyberbullying sont les armes privilégiées des grey hats.

Enfin le black hat, le génie des cybercriminels, qui entrera partout ou presque, ayant pour mobile de se démarquer et d’être dans le top 10 des hats avant de gagner de l’argent, même si cela le motive aussi. Il aime l’impossible, ce qui est défendu et a un ego plus développé que les autres hats.

es cybercriminels ont développé des intelligences que j’ai regroupées dans une famille en me basant sur les travaux d’Howard Gardner et ses familles d’intelligences, soit l’Intelligence Virtuelle©. En effet, l’espace virtuel reprend des critères de certaines des 8 familles des intelligences d’Howard Gardner en y ajoutant d’autres, tels la création de nouveaux codes, langages et déplacement spatiaux, ne nécessitant pas de bouger et avec une réactivité plus importante que dans le monde réel.

Concernant WannaCry, d’après mes lectures, ce réseau de cybercriminels semble vouloir mettre en évidences les failles d’un système politico-financier, révéler des manipulations, redresser des torts. Ce qui montre à quel point le virtuel autorise des différenciations comportementales. L’humain, dans son essence, demeure et sait utiliser ce virtuel pour aboutir à ses fins dans le monde réel. En effet, les Shadow Brokers, ainsi que se nomment les responsable de Wannacry et de la seconde vague Adylkuzz vendent, sur un réseau visible et accessible par abonnement payant, les données dérobées. Peu s’y aventurent et pour cause, les retombées pourraient être dangereuses.

Les différenciations comportementales dans le virtuel sont nombreuses et en forte croissance, modifiant l’humain, y compris dans son évolution dans l’espace réel. Pour exemple, j’évoquerai l’addiction. Non pas celle de personnes ne pensant qu’à jouer à leur jeu vidéo, mais celles qui ne oeuvrent plus vivre sans avoir un lien avec leur espace virtuel personnel. A un tel point que le téléphone va disparaître au profit des vidéos, tchats et publications en tous genres. Jusqu’à ce que notre hologramme voyage dans l’espace. Ce qui a modifié notre comportement en interagissant en un clic, en manquant de patience devant une réponse attendue, en régissant avec des logos représentant nos émotions, en prenant position sans s’apercevoir qu’on harcèle… L’addiction est telle que maintenant on achète une robe en un clic en traversant la rue, qu’on like un article sans parfois l’avoir lu en entier entre deux mails professionnels, qu’on joue en ligne sur les bancs de la faculté, qu’on vérifie ses comptes bancaires chez le coiffeur, etc. Ces comportements que l’on considère maintenant intuitifs et sans considérer un éventuel danger par ce qu’on vit autour de notre univers connecté.

Le fait d’être connecté n’importe quand, entre dans sa zone de confort niveau 1, c’est-à-dire que l’on considère cet objet connecté tel un confident, un ami, un outil indispensable au même titre que notre cœur, nos poumons, notre cerveau. Il est un élément extérieur faisant parti de nous comme si nous étions nés avec.

théorie Zone Transverse

Théorie comportementale d’un cybercriminel dans l’espace réel. Zone Transverse by Nadine Touzeau

ZONE TRANSVERSE by Nadine TOUZEAU

Ce qui me permet de rebondir sur une des théories que j’ai développées et qui s’appelle la zone transverse©. Cette zone, comme son nom l’indique, consiste à vivre avec aisance comportementale en transversal, pourvu que notre addiction à notre environnement, qui a besoin d’être reliée très rapidement, soit assouvie. Le lieu dans lequel on se trouve importe peu, pourvu que nous restions connectés à satiété. Cette théorie avance aussi des comportements modifiés par rapport à ce que notre univers réel connaissait, surtout pour les cybercriminels. Ces comportements sont nombreux et ont été développés pour parti dans mon livre scientifique sur le sujet (« Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels » : https://www.amazon.fr/NET-PROFILING-comportementale-cybercriminels-Nadine-Touzeau/dp/2955453730/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=). La zone transverse est un additif aux zones de conforts (1, 2 et 3) à la différence que les zones de conforts sont en pyramidal.

J’y avance également la thèse que l’addiction est née depuis la télévision. En effet, cet instrument a autorisé de se projeter sur des envies, rêves, besoins et vécus de nos vies, au travers d’émissions, propos et autres sujets visuels et auditifs. De fait, une référence, un rêve, une frayeur visionnés, deviennent une part de soi, une considération intégrée, qui fait que certains profils vivent même ces histoires télévisées et se les approprient. La part des choses de faire la différence entre le réel et le virtuel oblige à faire travailler un esprit qui se doit d’être analytique et dénué de potentiel manipulatoire. Autant dire que l’apparition d’internet n’a fait qu’envenimer l’addiction, ajouté à cela les supports développant la manipulation, tels les médias orientés, les télé-réalités et les échanges non réfléchis sur les réseaux sociaux. Pour exemple, il fut une époque ou un meurtrière usant d’une arme blanche contre son compagnon aurait été mise au banc des accusés plutôt qu’adulée voire utilisée en exemple auprès des jeunes !

Cette modification comportementale est liée au manque de potentiel intellectuel et à ce « laisser guider » par un élément extérieur qui nous assiste . Tel le mail, qui en son temps, fut considéré comme une transposition de communication par internet. Bientôt l’Intelligence Artificielle deviendra aussi une béquille, sur laquelle les êtres humains s’appuieront, sans en analyser le bien et le mal, ainsi que sa dangerosité. Notre cerveau développe de nouvelles approches, plus près de ce qui nous assiste plutôt de ce qui doit être réfléchi.

 

Nadine Touzeau
Profiler, net-profiler, researcher in behavior of cybercriminals

Force est de constater que si vous n’avez pas la bonne pause sur votre photographie de profil professionnel, vous n’êtes pas à la mode ! Il fût un temps ou croiser les bras étaient mal considérés au regard des travaux de Messieurs J. Grindler et R. Brandley en Programmation Neuro-Linguistique. De fait, en PNL, croiser les bras veut dire qu’on est fermé face à un contexte, une situation parfois non en corrélation avec l’instant que l’on vit. En réalité ce n’est que rarement vrai. Ce qui m’autorise à rebondir qu’il n’est pas possible de définir un comportement, un profil, une interprétation de signes sur une simple position collectée sans vérifier les autres et leur congruence, ou pas. Ne pas analyser la collecte des informations d’une personne dans son intégralité est l’assurance de la juger et donc de se tromper sur elle.

De nos jours, ne pas avoir sa photographie professionnelle avec des bras croisés est considérée comme ne pas avoir une présentation professionnelle. Des jugements de valeurs qui en disent long sur les personnes qui l’imposent et celles qui suivent la mode. Ce qui m’a donné envie d’analyser quelques photographies professionnelles avec les bras croisés ! Elles veulent toutes donner la même image et pourtant, malgré cet effet de mode pour s’identifier comme professionnel, aucune ne révèle un profil identique à l’autre. Je dirais même le contraire : le fait de croiser les bras pour répondre à un effet de mode, soit faire un geste fédérateur, révèle encore plus le profil de la personne.

J’ai la bonne pose sur ma photo professionnelle : je ressemble à qui ?

De la personne totalement à l’aise, limite laxiste à la personne engoncée, la façon de positionner ses bras croisés ne valorisent pas forcément un ou des éléments de votre profil. Par ce que certains ne sentent pas confortables dans cette position pour diverses raisons allant du physique (mal au dos dans cette position par exemple), au culturel (telle que mon éducation ne m’y autorisant pas!). D’autres tenteront de convaincre en montrant une main molle, un bras posé non naturellement, une épaule rentrée, tombante ou au contraire rigide, un sourire crispé, une posture nonchalante, un croisé ferme, un croisé semi gracieux, etc. Tout en pensant être naturel en utilisant bien la bonne posture à la mode pour faire professionnel ! Surtout s’imaginant que leur « défauts » à ne pas montré n’apparaissent pas : quelle erreur !

Toujours est-il que la recrudescence de ces photographies prises de ¾ bien souvent avec des bras croisés montrent une volonté d’afficher qu’on suit un mouvement plutôt qu’une liberté de rester naturel. Un choix ou une obligation de choix ! Les recruteurs pourraient avoir lancé cette mode au nom des ressources humaines, je reprécise « HUMAINES »,

L’humain étant unique, est-il préférable de lui imposer ou de s’imposer une posture plutôt que de le laisser s’exprimer ou se laisser porter tel que nous sommes ? Pour le profiler que je suis, dans les deux cas cela ne changera rien concernant le profil, sauf à ajouter un questionnement sur le degré de caractère et leadership d’une personne qui suit un mouvement incongruent avec son profil, métier et mission ! Sauf à se poser des questions sur certains profils suivant une mode plutôt que d’affirmer ce qu’ils sont et font !

La question qui me semble pertinente à poser est : quel message voulez-vous ou devez-vous faire passer ? Devez-vous suivre une mode ? Souhaitez-vous vous démarquer ? Êtes-vous manipulable, influençable ! A contrario, vous préférez affirmer votre différence, personnalité !

Selon le choix que vous ferez, votre choix réfléchi, il déterminera totalement ce que vous êtes, soit correspondre à votre profil ou au contraire affichera les influences divers et variées subies. Une indication qui ne passe pas inaperçue lorsque l’on veut vous découvrir ou mieux vous connaître. Mais surtout le choix de votre photographie sera une image que les autres auront de vous même, bien souvent décalées de l’image qu’ils se font de vous.

En tant que profiler, je préfère un profil qui se présente naturellement qu’un profil qui pose ou prend une posture qui ne lui sied pas. J’aurais plus de questionnement sur ce genre de profil que sur une personne naturelle et le plus je suis interpellée, le plus le profil sera creusé.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Il n’est pas question de défendre un candidat plus qu’un autre. Cet article à pour objectif de mettre en avant un petit retour d’une de mes analyses sur des lecteurs de droite et de gauche que j’en ai juste pour réfléchir et par ce que cela m’interpelle.

Je cite : « Barrage à l’extrême droite », « Tout sauf la finance qui nous gouverne », « Emmanuel Macron c’est François Hollande bis », « Marine Le Pen c’est le racisme », « Seul Emmanuel Macron défend les valeurs de la république », etc. Déballage classique des dents affûtées pour défendre son camp, j’ai reçu les mêmes lorsque j’ai publié mes profils des candidats politiques !

A ce titre, j’en profite pour remercier les milliers de lecteurs dans le monde entier qui m’ont suivi lors des publications des profils des candidats aux élections présidentielles sachant que cela a permis à certain de faire leur choix. Vous m’en voyez ravie, mon objectif a donc été atteint au delà de mes espérances. Merci à vous.

Certes je vote, en revanche, je ne fais pas de politique. Une dizaine de personnes m’a du reste reproché de mettre en avant un candidat plus qu’un autre sans objectivité puisque presque tous mes profils des candidats aux présidentielles ont reçu ces reproches.  Lisez bien mes introductions avant chaque article publié afin de comprendre que notre approche se doit d’être dénuée d’a priori, envie, affectif, jugement. On se doit d’être factuel sur des signes collectés sur la personne profilée que nos résultats (nous) plaisent ou non et être au plus proche de la neutralité dont dénué de ce que nous aimons. En revanche, ainsi que j’ai l’usage de le dire, si je commets une erreur, je suis prête à l’entendre avec objectivité et des mesures concrètes sachant que concernant mes profils des candidats (entre 30 et 40% de ce que j’ai voulu dévoiler pour des raisons évidentes sachant aussi que j’usais de mots choisis – texte sous forme de rapport tel que transmis à mes clients, les profils doivent être courts, concis et rapides à lire pour mise en pratique de suite. J’ai laissé des fautes d’orthographe et je vous en présente mes excuses : ces profils ont été faits en plus de mon travail -mieux rédigé- sachant que j’ai un handicap visuel et ai une dyslexie, des éléments bien connus en principe qu’il semble que je doive rappeler!)  ont été validés par les concernés ou des proches.

Tout cela afin de rebondir sur ce déballage sur les réseaux sociaux proches du cyberbullying souvent par de reproches, vulgarités envers l’un ou l’autre camp des finalistes aux élections présidentielles françaises. Je dirais même surtout contre Marine Le Pen. Donc une haine contre presque un quart des français, soit presque autant que ceux qui ont voté pour Emmanuel Macron ! Reprenons le contexte ! Il y a eu une mobilisation massive de la population pour choisir un candidat représentant et dirigeant notre pays. 4 gagnants en sorte de 4 univers différents avec 4 programmes différents. Soit environ 25% de la population souhaite un univers « politique » pour diriger notre pays. Il n’en reste que deux qui ne peuvent pas satisfaire environ 50% de la population sachant que 10 à 20% de ces 50 % ne seront pas offusqués de voter pour l’un ou l’autre des candidats.  Des électeurs à considérer ! De fait, les propos haineux que je vois circuler s’intègrent-ils dans un objectif de construire notre pays de demain ! N’est-ce pas l’objectif de ces élections? Ne devons-nous pas nous remettre en question et faire sur soi ce que nous exigeons et attendons de ces candidats?

Petit rappel : la France est (pour moi était) le pays des Droits de l’Homme qui au nom des valeurs de la République (à redéfinir pour la France à mon sens ou changer de mot) exige une liberté d’expression, le respect du peuple au nom de la démocratie. Je pose la question : est-ce démocratique de se moquer des électeurs des candidats critiqués ! Avez-vous analysé les incidences sur ces électeurs! Comment pensez-vous qu’ils vont réagir ? Pensez-vous que c’est la préoccupation d’un français de voir autant de critiques et e-harcèlements sur la toile?

Ensuite, pourquoi Marine Le Pen serait-elle non démocratique et pourquoi Emmanuel Macron représente-t-il les valeurs de la République? En disant cela, je ne prends absolument pas position, simplement n’est-ce pas une discrimination? Volontaire je le concède à des fins politiques, mais est-ce que cette attitude représente notre démocratie qui se veut à défaut se doit d’être un exemple ? De la même manière, bien que, et je l’ai écrit dans son profil, Emmanuel Macron représente la finance qui prend le pouvoir officiellement de la politique française, sera-t-il aussi proche des « valeurs » de François Hollande par ce qu’il a été son ministre ! Le juger est-ce démocratique?

Puisque le français veut du changement, pourquoi dénigrer le peuple, les électeurs, qui ont voté tant d’univers différents dont seulement 24% sur tous les votes cumulés du 1er tour seront satisfaits du résultat (sachant que 49% d’après les sondages ne sont pas certains de ce choix !) !  Que fait-on de ses nombreux autres électeurs : eux aussi on les range dans une case comme on sait si bien faire en France ! Est-ce un comportement républicain ! Est-ce en respect des droits de l’Homme ! Comment pensez-vous que ces électeurs vont se comporter, vont apprécier ces propos haineux souvent étant de la désinformation? Comment les fédérer, gagner leur confiance et le « gouverner » ensuite? Des éléments nécessaires pour reconstruire notre pays.

Ayant des amis en Norvège j’ai découvert que dans ce (très beau) pays, on respecte toutes les opinions des électeurs et on s’accorde à gouverner en ce sens. Regardez comment fonctionne la Norvège, si cela peut permettre d’ouvrir un peu la France sur l’acceptation des idées d’autrui sans jugement.

Élever le débat ne fait pas oublier que les jeux semblent être déjà faits.

Nadine TOUZEAU
Profiler, Net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

Le cybercriminel le plus recherché au monde, Evgeny Bogachev, est décrié négativement dans la presse en mettant en scène des photographies à l’interprétation douteuse. A ces journalistes je pose les questions : étiez-vous présents lors de la prise de ces photos et avez-vous les informations illustrant vos affirmations? Si oui, je serai ravie de les lire.

Il est à Résultat de recherche d'images pour "Bogachev"noter que cela fait des années qu’Evgeny Bogachev est recherché sans avoir été appréhendé sous prétexte, d’après mes lectures, qu’il serait protégé par l’état russe. Toujours est-il qu’il a eut le temps de faire ses délits sans être arrêté ni même inquiété jusqu’à ce que son virus soit détruit.

Le black hat le plus recherché au monde n’est pas aussi vilain que la presse le dépeint.

Ses traits de caractère montrent un homme gentil, généreux, aimant, attachant et attaché. C’est une personne introvertie et secrète, mais qui en effet ne cherche pas à se terrer et n’en a même pas envie. Il n’apprécie pas de faire ce qu’il ne veut pas. C’est un jouisseur, épicurien et amoureux de la vie. Très secret, il parle peu de lui, de ce qu’il fait et de ce qui lui fait mal. Il n’empêche qu’il saurait exploser sa colère à force de l’encaisser, voire être violent physiquement. Est passionné, ne fait pas les choses à moitié, bosseur, vif, dynamique, enjoué, ne se lasse pas sur ce qu’il aime et aime dépasser les limites au delà de l’objectif à atteindre. Ne s’assoie pas sur ses lauriers. Aime la confrontation. Cet homme est en accord avec lui-même. Ses délits peuvent être patriotiques, mais je pense aussi personnels. Il a une revanche ou vengeance à assouvir qui fait que ses cibles ont un point commun autre que leur continent de naissance.

Bon père et époux. Aime sa famille et doit être aimé en retour. Peut être serviable selon la personne pour qui il a envie de l’être. Il pourrait passer pour un homme sans histoire. Il est loyal, fier, engagé. Evgeny Bogachev n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et s’ il peut se montrer impulsif, il saura aussi prendre son temps pour rétablir ce qu’il estime son droit.

Ses intelligences sont très développées : logico-analytique, spaciale, interpersonnelle, verbo-linguistique, intra-personnelle, multiples et virtuelle -celle que j’ai crée-. Autant dire que c’est un esprit bouillonnant et brillant avec des potentiels bien plus importants que vous ne l’imaginez. Il ne les affichera que quand vous les découvrirez et aimera à valoriser et accroître le potentiel de ses logiciels malveillants. Il est très probable qu’il continue ses méfaits sous une autre forme plus ou moins connue mais dont sa signature n’a pas été reconnue encore. C’est un imaginatif qui n’hésitera pas à changer son approche pour faire aboutir ses desseins d’accomplir sa mission envers la patrie et lui-même.

Evgeny Bogachev use de ses talents de cybercriminel pour servir ses envies, causes, vengeances, tout en assouvissant ses souhaits de vivre mieux, ses passions, s’offrir ses plaisirs et surement ceux de sa famille. Ce n’est ni la gloire, ni dépasser toute richesse qu’il souhaite mais la satisfaction que son entourage sera heureux aussi matériellement tout en assouvissant ses désirs de faire sa loi, celle de sa patrie peut-être et tant qu’à faire avoir la liberté d’agir en étant considéré comme l’un des meilleurs.  Je pense qu’il a au fil du temps peaufiner ses cibles plus pour se développer, mais aussi se sentir encore plus détaché par rapport au mal fait aux autres. Il ne travaille pas seul, ne cherche pas à mener une équipe et peut travailler sous les ordres de certaines personnes si cela respecte sa cause et qu’on lui laisse la liberté d’action. Son travail est ce qu’il aime, de fait il ne fera pas ce qui le contrarie. Pour autant ce n’est pas un homme à avoir des états d’âme.

Il peut très bien stopper ses méfaits, un temps. Il a besoin de s’occuper, de s’activer et de faire travailler son cerveau. Il aime gagner, accomplir jusqu’au bout sa tâche et la réussir. Il aime aussi narguer et jouer avec ses « ennemis ». Mais attention à ne pas se frotter à lui. Il est du genre à prendre son temps, bien réfléchir et à avoir beaucoup de mémoire. Il est reconnaissant également.

Evgeny Bogachev n’est pas du genre peureux, mais sans activité ou possibilité d’assouvir ses désirs qui sont l’objectif de ses cyber-délits, il perdra sa sérénité.

Il est très malin, sait louvoyer autant dans l’espace réel que virtuel. Aime à évacuer, se libérer, se vider souvent telle une drogue. Il pourrait avoir une addiction voire une perversion. Il est sur de lui et aime défier. Ne s’avoue pas facilement vaincu. Cherche de la reconnaissance pas forcément publiquement, plutôt dans son univers personnel et professionnel. Adore être surpris et peut apprécier l’excès.

Intellectuellement fin mais pas forcément en terme de goût pour quoique ce soit ni en terme de présentation. A une éducation « standard ». Ne se cultive que sur ce qui l’intéresse et plus particulièrement sur son métier et ses cibles. Aime ce qui est voyant, brillant, excessif pour afficher ses succes stories surtout.

Bien évidemment je ne puis adhérer à ses délits. Toutefois le considérer comme un ringard comme j’ai lu et d’autres mots peu élogieux est sous-estimer ou provoquer l’individu. Le sous-estimer serait perdre du temps sur son délit en cours ou à venir. Le provoquer ne servira qu’à le faire sourire par ce qu’il ne perdra pas son temps avec ce qu’il considère comme médiocre ou petit. Il sait qui il est avec fierté.

Protégé, il est difficile de l’appréhender, c’est évident, sauf à le piéger sur ses failles.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

 

 

 

Quel que soit l’acte commis, c’est un être humain qui l’accomplit. Si un acte malveillant est commis par un robot, le robot ne fait qu’exécuter ce que l’humain a conçu.

Si ce constat est intégré, il n’en demeure pas moins que même juridiquement, on considère peu l’humain. En investigations, on ne s’appuie que sur des preuves techniques à valeurs juridiques, ce qui bien souvent induit en erreur pour des personnes voulant faire inculper un coupable tout désigné ou faire croire à un acte passé pour suicide, accident, par exemple détournant de l’acte tel qu’il a été commis, soit un homicide déguisé.

Avant de considérer une scène avec victime, un délit, si les preuves Forensic techniques sont indéniablement importantes, les Forensic comportements ne sont pas à négliger. Tout élément relevé, une position du corps, la façon dont les objets sont placés, les vêtements rangés dans une pièce, la voiture telle qu’elle est garée, etc, donne des détails sur le profil des personnes impliquées. Rien ne doit être négligé.

L’une des affaires qui a montré de telles différences entre la conclusion de l’enquête (probablement orientée) et le Forensic comportemental relevé est celle d’Agen (2013). Je dispose encore des éléments juridiques de la gendarmerie, donc les croquis que je ne compte pas afficher dans cet article pour des raisons évidentes. Cette affaire avait été conclue en « hypothèse suicide ». Le corps de l’enfant était ventre au sol, droit avec la hanche gauche légèrement relevée, les pieds écartés totalement sur l’extérieur, les bras relevés à l’équerre, les doigts légèrement recroquevillés face à terre et le visage légèrement penché sur la gauche aussi. Le point d’entrée du fusil était à bout touchant sur le téton gauche avec point de sortie milieu du dos (proche colonne vertébrale)  et plus bas que l’axe du téton. Ce qui suppose que l’enfant tenait le fusil en l’air et décalé sur la gauche. Une trajectoire inhabituelle et confirmée par des légistes avec qui j’avais échangé à l’époque. Le balisticien confirmait que la longueur du bras permettait à l’enfant de tenir l’arme dans cette position. Mais il affirmait aussi que se suicider de cette manière soit inconfortable sans avoir aucun exemple de la sorte dans les affaires qu’il avait traitées. Si cette indication donnée par cet expert ne pouvait suffire à faire une preuve, bien d’autres allaient suivre lors des collectes d’informations que nous avons faites en équipe durant 4 mois de mission.

Il n’est pas question d’entrer dans les détails qui seront dans mon livre en cours d’écriture, mais de se poser juste quelques questions de bon sens :

  • comment un corps peut-être ventre à terre, bien droit après avoir eu un impact de coup de fusil au niveau du coeur? Ne devait-il pas au contraire tomber sur le côté ou à l’arrière, version plus évidente?
  • comment le fusil (très lourd) pouvait-il se retrouver à presque 1 mètre du corps de la victime alors que l’arme des suicidés est toujours près d’eux, voir sur eux?
  • comment la victime s’est retrouvée face  à terre en se faisant tirer par devant s’il n’y avait pas a minima une seconde personne pour le pousser en avant?
  • pourquoi les mains de la victime sont faces au sol, doit contre terre, de chaque côté du visage s’il tenait l’arme?
  • les pieds écartés indiquent-ils une position debout en tenant le fusil en l’air décalé sur la gauche pour se suicider ? Ne serait-pas plutôt une position à genoux qui exigent une assise du corps par la position des pieds souvent écartés, qui collerait avec les mains qui devaient être derrière la tête ou en position prière?
  • La suite dans mon livre.

Rien que ces éléments relevés, et cela a été validé par des anglo-saxons habitués à des dossiers plus « sensibles », supposent à remettre en cause les conclusions des gendarmes en « hypothèse suicide ». Je précise que je n’ai rien contre les gendarmes qui ont fait ce travail, ni les personnes qui ont travaillé sur ce dossier. Je confirme que leur conclusion ne peut  être en toute logique recevable. S’ils disposaient d’un Forensic comportemental, leur travail aurait pris une autre tournure et probablement qu’ils auraient constaté que le passif de délinquant du père avec ses malversations avec un lien avec la mort de l’enfant. Il existe d’autres preuves sur ce sujet.

Lorsque l’on investigue sur un quelconque délit, même cyber, l’humain doit non seulement être pris en compte, mais être prioritaire. D’abord par ce qu’on donne des éléments complémentaires parfois presque les seuls (comme nous l’avons vécu en Afrique Noire avec des gendarmes et policiers dénués de Forensic techniques !) afin d’aider à résoudre l’affaire. Ensuite par ce que l’humain informe sans être présent par des objets, traces, type de victime, façon de commettre le délit, lieu, période, mode opératoire, signature, etc. Enfin par ce que ces éléments seront tous analysés même si l’un d’entre eux semble sans importance, souvent celui écarté par les enquêteurs.

La complexité de l’être humain est certes ardue à apprendre, comprendre et analyser, mais riche d’enseignements et de fait, d’information sur les dossiers que nous avons à traiter. Partir du postulat que chaque être humain est unique, que nous ne devons pas considérer que l’affaire ressemble à, que nous ne devons pas juger ou se laisser influencer de quelque manière que ce soit, qu’il nous faut rester humble et neutre, qu’il nous fait faire équipe avec les autres professionnels impliqués dans le dossier, notre travail révélera les personnes impliquées dans chaque acte commis. Les profils en seront plus détaillés à autoriser plus vite l’issue du dossier.

Résultat de recherche d'images pour "robot humain"En cyber, la complexité ne vient pas du manque de preuves ou des orientations commises par le délinquant pour tenter de déjouer les conclusions de l’enquête (rappelons que les délits sont rarement avec homicide!), cela vient du fait que l’espace cyber autorise tout et n’importe quoi que le réel canaliserait ou rendrait ridicule. Si les cyberdélinquants s’y cachent bien plus que dans le réel (pour raisons évidentes !) , certains d’entre-eux ne sont pas assez discrets pour se cacher. Certes les fautes d’orthographe, quelques indications peuvent dire d’où vient le hat, qui il est, mais cela ne suffit pas sur la majorité des affaires qui obligent à analyser bien au delà de ces quelques signes de bases pour révéler un hat. Le clavier va mettre en avant des comportements concernant le délinquant, parfois même des attentions. Certes c’est plus difficile que dans le monde réel. Toutefois, cela reste dans l’ensemble plus rapide que les IP relevés par exemple. Des exemples d’affaires montrant que les orientations n’allaient pas dans le bon sens sont fréquentes, tristement, par ce qu’il n’est pas assez considéré que le virtuel autorise des modifications comportementales parfois très importantes. Mais entrer en contact avec le hat, de quelque manière que ce soit, nous donne des indications et nous permet même d’anticiper certaines choses, de comprendre son réseau et ses objectifs. L’approche est concrètement différente que dans le réel et le travail de collecte d’informations et d’analyse aussi. Ce qui fait que le résultat sera plus long qu’un profilage tel que je le pratique et sera présenté, ainsi que je le nomme, en dents de scie à l’équipe. C’est à dire par morceaux disparates et parfois non synchronisés.

Alors quand je lis qu’un robot pourrait être jugé, je m’inquiète de la tournure que la justice donne et comment de fait, peut-elle intégrer l’humain dans leur justice. Je m’inquiète d’autant plus que plus que ce robot pourrait être considéré incontrôlable par un être humain qui l’a conçu en connaissance de cause, mais en se dissociant des actes commis par le robot. C’est grave ! Car cet humain restera libre de continuer ses méfaits probablement amélioré du retour par expérience juridique !

Au delà de tout cela, quelle place mettons nous au coeur de la délinquance et pour qui, dans quel intérêt finalement?!

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Elle arrive…
Celle que l’on attend systématiquement comme à chaque fois durant cette période.
Elle est là, face à nous s’approchant d’elle inévitablement.
Certains la craignent et veulent à tous prix l’éviter de peur qu’elle n’apporte plus de peine et de souffrance.
Quoiqu’il arrive, il leur faut la passer absolument.
Immanquablement.
De façon intransigeante, non négociable.
Afficher l'image d'origineInévitablement.
D’autres l’attendent, inquiets, songeurs, dubitatifs !
Que va-t-elle leur apporter si tant cela est possible ?
Qu’y a-t’il derrière ?
L’incertitude d’un infime instant qui fait tout basculer.
Que vous le vouliez ou non, la question se pose.
Majoritairement, elle est acceptée avec liesse, joie immense et festive.
Elle est préparée, habillée, maquillée, démarquée.
Une ambiance populaire s’installe et réunit des milliers de personnes au même instant pour elle, rien que pour elle.
Le partage du passage.
Qu’importe ce que cela peut représenter ensuite, rien ne pourrait être pire.
Rien ne doit être pire.
Même si la vie n’allait pas mal pour autant avant, on l’attend, la redoute, la désire…
La seconde…
Cet infime moment qui fera basculer vers une autre époque ou divers souhaits pour certains sincères, pour d’autres puérils, traversent tous les esprits simultanément comme pour effacer le mal passé et n’appuyer que le bien à venir afin d’espérer pour soi et les autres la paix, le bonheur, la santé, la prospérité, la réussite.
La seconde…
Commune et universelle bien suivant des faisceaux horaires.
La seconde…
Si vite oubliée une fois dépassée.
La seconde des promesses que l’on veut tenir et des projets que l’on décide enfin de mettre en place.
Microscopique instant ou tant de sentiments, d’espoirs, d’attentes, de vœux, de bonheurs explosent de toute part.
Infime instant d’illusion que cette seconde qui nous fait basculer d’un calendrier à l’autre.
Embrassade, effusion, cotillons, champagne…
Pour que la seconde soit bonne et se propage sur toutes les autres qui feront les 365 jours qui suivront cet infime instant.
Tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Extrait de « Au fil de … » 2007, Nadine TOUZEAU

Même si la période est difficile en beaucoup de point dont une partie fait les gros titres des médias, c’est avec sincérité que je vous souhaite de passer de très belles fêtes de fin d’année 2016 auprès des gens que vous aimez, enveloppé d’amour et de paix.

Nadine TOUZEAU

 

 

Joyeuses fêtes boule rouge

Petite piqûre de rappel !

Il y a quelques mois, lorsque l’Europe a connu une vague migratoire sans précédent (qui était connue bien avant par les services sécuritaires), des vidéos de ces migrants circulaient et j’avais repéré en tant que profiler, des profils « malveillants ». Je me rappelle en avoir fait part publiquement, mais aussi dans mon entourage professionnel côté sécuritaire.

Vainement !

Afficher l'image d'origineSauf les personnes qui savent comment je travaille et connaissent mes résultats ont pris sérieusement en compte mes propos, ajoutant : « on ne peut rien faire ». La sécurité se doutait qu’il y avait des « mauvais profils » qui entreraient sur les territoires européens, sans imaginer le réel flux, la quantité importante de personnes malveillantes.

Trois signes majeurs que nous avons relevés sur les premières vidéos montrant les premiers migrants mettaient la puce à l’oreille :

  • Il y a une trop forte majorité de jeunes gens, en âge de se battre et défendre leur pays et trop peu de femmes et d’enfants. Pour mieux comprendre mon propos, demandez à vos parents comment ils agiraient si la guerre survenait demain en France : les femmes et les enfants seraient mis à l’abri.
  • Il est noté le port de vêtements de belle qualité voire de marque (probablement des contrefaçons, ce qui est usuel en Afrique) et des téléphones portables dernier cri. Vivez en Afrique pour comprendre combien on gagne surtout en péridoe de guerre…
  • Peu de profils affichaient un amaigrissement ou des traits tirés de véritables souffrances.

Inutile de faire le tour des nombreuses presses qui scandaient la terreur de ces migrants jusqu’au petit Aylan dont le père turc ne fuyait pas la guerre en Syrie : une belle supercherie médiatique à des fins malveillantes pour démontrer que tout, absolument tout, a été fait pour que ces migrants entrent dans nos maisons. Qui osait et ose encore critiquer les migrants devient systématiquement raciste et la cible des défendeurs de ces migrants! Au nom des Droits de l’Homme en France !

En toute logique, un chef d’Etat se doit de protéger son pays et son peuple avant toute chose et, d’analyser toute éventualité d’intégration de migrants, surtout lorsque le pays est sensibilisé par une sécurité très vacillante. La volonté de faire venir ces migrants est réelle puisque je le rappelle, l’Europe et chacun de ses états connaissaient depuis plusieurs mois (comment cacher ces regroupements de personnes sur les satellites par exemple!) ce flux estimé à l’époque à plus de 2.5 millions de personnes venant de plusieurs pays d’Afrique.

D’autres questions peuvent se poser à chacun d’entre-nous :

  • Pourquoi prendre le risque de passer la méditerranée et ne pas aller dans les pays du Golf plus facilement accessibles et aisés avec un fort besoin de main d’oeuvre par exemple?
  • Pourquoi il y a très peu de syrien sachant que des femmes syriennes ont pris les armes contre l’EI sur leur territoire, par exemple?
  • Pourquoi des migrants « choisissaient » des pays précis de destination alors que lorsqu’on fuit un pays, sauf à avoir des attaches dans un autre pays et se rapprocher de ses proches, on ne recherche que la paix ?!
  • etc

De nombreux délits allant de mettre le feu dans leur foyer, cambrioler, voler et/ou violer des femmes et mineurs sont commis dans les pays accueillants ces migrants. Pourquoi agir ainsi dans un pays qui sort les migrants de la « stupeur et la guerre » comme écrivait la presse ? Un comportement inadéquat avec un réfugié politique qui fuit la guerre de son pays ! En revanche, ce genre d’acte développe l’insécurité dans le pays d’accueil en paix et autorise à créer une réelle auprès du peuple. 

Je fais partie des rares personnes qui disaient que ces flux migratoires commandités dans un but de détruire nos pays, notre culture ont permis de faire entrer des quantités impressionnantes :

  • d’infiltrés qui ont pour but de renseigner et appuyer tout acte violent commis par les leurs sans être forcément de leur famille
  • des dormants qui aident et protègent les personnes commettants les actes malveillants
  • des terroristes en moins grand nombre, protégés par les infiltrés et dormant (entre autre)

Sachant que ces trois typologies activent et développent des réseaux sur notre territoire auprès des personnes y vivant déjà, par manipulation ou pression.

Une poignée de migrant mérite que nous les accueillons, mais aucun contrôle réel n’a été fait sur ces migrants. Pire, lorsque le camp de Calais a été démantelé, aucune empreinte digitale n’a été relevée ou identité n’a été réellement vérifiée. La grande majorité des migrants qui ont quitté Calais se sont enfuis de leur lieu de destination sans que nous sachions véritablement où ils sont.

Personnellement je refuse d’afficher « Ich bin ein Berliner »ou de mettre une bougie en mémoire des dernières victimes d’attentats terroristes du 19 décembre 2016, soit à Berlin et l’ambassadeur de Russie à Ankara. Je refuse bien que ma compassion va auprès des familles. Nos cultures et nos pays n’ont pas besoin de bougies pour protéger les leurs, pour sécuriser les nôtres, pour accomplir notre devoir comme nos aïeuls l’ont fait.

Je fais partie des rares personnes qui ont avisé en temps et en heure, preuves à l’appui et qu’on a refusé d’entendre jusqu’à me créer une fausse affaire (sur laquelle je rédige un livre aujourd’hui : « l’affaire d’Agen : mon droit de réponse« ), à me faire une mort sociale, à tenter d’abîmer mon image et ma réputation. Mon potentiel a détecté en quelques secondes des profils suspects n’intéressent pas les hauts responsables de notre sécurité en France. J’ai même entendu certains hauts fonctionnaires dire qu’on ne pouvait appréhender les terroristes aussi facilement : faux ! Je peux faire et ils le savent. Un autre de ces hauts fonctionnaires m’a dit qu’on ne voulait pas intégrer le prédictif pour le moment ! Ayez la franchise de dire cela en regardant droit dans les yeux les membres des familles des victimes et aux blessés !

En France, nous avons les moyens de se passer de compétences comme la mienne. Comme m’ont affirmé depuis quelques années plusieurs personnes dans des services sécuritaires d’états français et américain  : « On fait intervenir en France des profilers américains  qui n’ont pas votre potentiel ! C’est incompréhensible! ».

Nous n’avons plus les moyens de nous passer de TOUTES les compétences et cerveaux nécessaires pour combattre cette guerre qui est autant dans le réel que virtuel.

Nadine Touzeau
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

On n’a de cesse de me poser la question à chaque période pré-électorale de me demander les profils des candidats. L’hésitation, le manque de confiance en l’univers politique, le doute, les influences médias, les envies ou oppositions vis-à-vis d’un proche sont autant sujet à questionnement pour faire le bon choix.

Le bon choix, ne sera que par rapport à ce qu’on est et ce qu’on ressent. Parfois, il ne sera que purement politique c’est à dire lié au parti politique qu’on défend ou affectionne.

Profiling by Nadine TOUZEAU Profilage

Profiling by Nadine TOUZEAU
Profilage

Comme à chaque fois que j’évoque des sujets sur la politique, je précise que je n’en fais pas. Toutefois, je me permets de vous rappeler que, tout comme un recrutement par exemple, le candidat à choisir doit être celui répondant au cahier des charges et non être sélectionné sur l’affectif. En d’autres termes, quel futur candidat à la présidentielle répond, selon vous, aux critères nécessaires pour redresser notre pays et redonner confiance au le peuple, en notre économie, notre sécurité, notre développement, notre innovation, notre image, et à l’international. Le challenge est lourd par ce qu’objectivement, la France n’a jamais été aussi basse en tout point depuis très longtemps, et, à ce sujet, il me semble nécessaire d’en rappeler quelques critères :

  • le taux de chômage record et bien plus important qu’annoncé dans les médias,
  • le taux de faillite d’entreprise en tout genre
  • le taux de pauvreté touchant tous âges et diminuant l’écart entre les personnes aisées et à faibles revenus
  • le taux d’insécurité nous mettant au bord de la guerre civile,
  • la perte totale de confiance en tout le système judiciaire,
  • le taux de fuite de cerveaux et capitaux ayant appauvri notre pays,
  • le niveau de l’éducation qui a chuté considérablement en quatre ans,
  • le taux de corruption qui dans la presse internationale est révélée à sa juste place et, pour une fois nous amène dans le top 20
  • le détachement conséquent entre le terrain soit le peuple et la caste politique avec ses réseaux d’influence
  • la discrimination en tout point avec un favoritisme sectaire et propre à ce qui est proche des réseaux d’influence
  • le taux de découragement du peuple français fatigué de ne pas être entendu, entre autre,
  • l’accroissement des taxes alors que nous étions déjà dans le top des pays les plus taxés au monde,
  • la palme du « copier/coller » propre à des individus malveillants sachant tout faire à en vendre n’importe quoi
  • etc.

Tous les critères d’un pays pauvre aux abois et sous tension sont réunis. Le français est un peuple à tendance pacifiste et encaissant beaucoup de chose. Comme dit un célèbre pack shot publicitaire : « ça c’était avant! ».

Mes analyses relèvent que la division du peuple français s’est accrue entre des opinions divergentes allant des anti-conservateurs au conservateurs pour résumer. Je n’entrerais pas dans le détail, là n’est pas le propos, mais je pense que les élections présidentielles de 2017, surtout du fait du résultat des élections présidentielles aux USA, seront très animées. Si elles répondent aux espoirs des français en conflit larvé, les tensions diminueront de fait. A contrario, le pire est à craindre.

RAPPEL : je ne dévoile qu’un faible pourcentage du profil des candidats et ce qui est nécessaire au cahier des charges, soit la mission de redresser la France. Ce pourquoi certains profils sont plus longs ou détaillés que d’autres.

Avant de présenter les profils, et ainsi que je le conseille à mes clients, lisez-les bien en étant détaché, soit en ne cherchant pas à comparer avec vos propres ressentis. Les résultats seront plus performants surtout dans la compréhension des mots choisis. Voici les profils (succincts comme précisé en entête de chaque profil) des candidats aux élections présidentielles françaises :

J’ai choisi aussi de faire le profil de grands dirigeants de ce monde. Liste non exhaustive :

  • Vladimir Poutine : à venir
  • Donald Trump : à venir
  • Barack Obama
  • etc

C’est aussi la première fois que je divugue publiquement des profils même s’ils ne sont pas complets. D’abord par ce que mes partenaires professionnels m’ont annoncé que le Ministre de l’intérieur ( Aux Assises à Paris, nov 16) exige que la sécurité en France doit utiliser des profilers à partir de maintenant (et je suppose qu’ils prendront des criminologues, des personnes qui travaillent à l’intuition ou des profilers collègues aux USA, comme c’est le cas depuis quelques années), ensuite par ce que c’est une façon de montrer ce qu’un profiler doit faire, même si cela ne représente qu’une faible part de mon potentiel.

Profilement Vôtre 

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

L’émission de profilage en live sur des personnalités politiques qui a eut lieu le 9 novembre dernier 2016, au lendemain des élections présidentielles américaines. De Donald Trump en passant par Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé,  le profilage sous forme de test y est aussi présenté.

Avant l’émission, j’ai tenu à faire 2 tests en Off afin que chacun vérifie mon métier. En fait, j’en ai fait bien plus. J’ai également souhaité ne rien connaître des vidéos et autres demandes relatives à l’émission pour faire des profils afin d’être en vrai live.

Ce live permet de mesurer une partie du potentiel de ce qu’un profiler doit pouvoir faire et ne représente qu’un faible pourcentage au regard du travail au quotidien pour des raisons évidentes :

  • d’abord cela va vite et je n’ai pas loisir d’entendre tout en parlant de ce que je vois
  • je ne puis réécouter la bande et la revisionner
  • je n’ai pas souhaité tout dire pour des raisons de sécurité
  • c’est la première fois que je fais cet « exercice »

C’est le propre même du live ce que l’équipe BTLV et moi-même souhaitions

Merci pour les nombreux messages et retombées que j’ai reçu depuis cette émission

Merci surtout à toute l’équipe de https://www.btlv.fr/

 

S’étonner d’une telle mesure, j’oserai dire que nous sommes fichés depuis longtemps. Il y a eu une période assez récente suite à l’affaire des ROMS où ces fiches ont été diminuées par destruction massive. Mais, le recoupement d’éléments informatiques autorise de centraliser en un seul lieu les informations de toute personne allant de son état de santé  aux empreintes digitales même si il ne s’agit que de ce dernier point concernant cet article (quoique !).

L’évolution informatique c’est cela.

Toutefois, plusieurs éléments m’inquiètent :

  • d’abord la plus évidente à mon sens : les risques cybersécuritaires en cas de vol des données. Tout centraliser en un seul endroit en prenant des données sensibles d’un peuple, rien de plus tentant pour un black hat!
  • l’état de notre pays actuel : le chaos que nous traversons permet d’indiquer des éléments orientés sur X ou Y fiches qui, tout comme le casier judiciaire, ne seront pas modifiés ou effacés en cas d’erreur !
  • le besoin de ranger des cases : par extension j’ajouterais que l’on risque d’être jugé sans indication attestant un jugement de valeur du fait que l’on ne soit pas suffisamment comme « il faut ». En d’autres termes, remarquons qu’en France on range les gens dans des cases, ce qui est un jugement de valeur pour un pays des Droits de l’Homme qui du reste nous colle une étiquette qui ne nous correspond pas. Etre fiché intègre vos opinions et acte traduit par une personne qui va vous juger face à un cas sans case surtout.
  • l’envie de tout contrôler : comment ne pas aussi bien surveiller autrui en les fichant ! Un danger qui rappelle des temps obscures ayant supprimé la délation !
  • les fiches seront elles toutes objectivement remplies? Qui s’occupe de bien informer ce fichier?

Autant de question qui remettent en cause la volonté de centraliser purement et simplement des éléments pour ne pas les éparpiller.

La protection des données me semblent ébranlées de par les jugements pouvant être fait pour ranger dans des cases sans possibilités de se défendre et le manque de sécurité cyber, principalement.

 

Photo published for Le fichier des "gens honnêtes" censuré

https://francais.rt.com/france/28314-france-donnees-personnelles-60-millions

 

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Nadine TOUZEAU, profiler, citation

Nadine TOUZEAU, profiler, citation

En analysant une vidéo amateur faite devant l’hôpital Saint-Louis à Paris des victimes des voitures brûlées à Viry-Châtillon, j’ai entendu les timbres de voix, surtout lors des propos « Aux armes citoyens » de notre chant national « la Marseillaise » indiquant un point de non-retour qui m’en a inspiré la citation jointe.

Pour beaucoup, surtout celles et ceux ne se souciant pas des difficultés que rencontrent les forces de l’ordre depuis des années, ces mouvements de police dans la rue le soir sont des caprices !

D’autres au contraire estiment que leur travail n’est plus de remplir les caisses de l’état ( et augmentant leur prime) en verbalisant les automobilistes ayant dépassé de 3 secondes le temps de stationnement de leur véhicule, ayant dépassé de 1 km/h la limitation de vitesse, ayant marqué un stop 2 secondes et pas 3,  ayant passé son temps à chercher les radars par peur de perdre son permis de conduire qui lui permet d’emmener ses enfants à l’école, d’aller au travail, etc.

Bref une répression contre le citoyen qui sied parfaitement en temps de … PAIX !

Depuis les attaques terroristes subies en  France en novembre 2015 (presque un an!), l’état considère que nous sommes en guerre contre le terrorisme qui n’est pas défini du reste. Ce qui implique que quasiment toutes les forces de l’ordre soient mobilisées pour assurer la sécurité sur le sol français. L’état d’urgence a été décrété, c’est à dire que, je cite Wikipédia : « L’état d’urgence est, en France, une situation spéciale, une forme d’état d’exception permettant aux autorités administratives (préfet, police) de prendre des mesures restreignant les libertés comme l’interdiction de la circulation ou la remise des armes à feu de certaines catégories. Les mesures les plus sévères sont les assignations à résidence, la fermeture de certains lieux, l’interdiction de manifester et les perquisitions de jour et de nuit. Ainsi, il dessaisit la justice de certaines de ses prérogatives. Contrairement à l’état de siège, il n’implique pas les forces armées. »

Sans entrer dans des détails juridiques puisque ce sujet ne fait pas partie de mon expertise, je vous invite à réfléchir sur les propos qui autorisent une liberté d’action de par les autorités administratives pour appliquer la sécurité. L’exemple doit d’abord être donné en haut lieu ! Ce qui sur le terrain se traduit par des mobilisations et dépenses encore plus excessives afin de protéger certaines personnes politiques dont le chef de l’état français. Les réseaux sociaux alimentent assez des détails pour ne pas en être avisés.

Qui plus est, cela oblige à appliquer des sanctions relatives aux faits commis, à donner les moyens aux forces de l’ordre afin de défendre le territoire, de soutenir ces forces de l’ordre en toute situation, de développer les nouvelles technologies, de s’entourer de nouveaux métiers, de créer des synergies entre les services, que la justice suive, etc.

crs-jungle-de-calais-23-10-16

Jungle de Calais CRS 23-10-16

Au lieu de cela, les policiers en colère qui animent nos rues toutes les nuits depuis plusieurs jours, se lâchent et révèlent sur les réseaux sociaux leur manque de moyens en passant par leur véhicule détérioré et qui serait refusé au contrôle technique, à leur lieu de travail qu’un hôtel miteux n’envierait pas ! Sans occulter leur prime de travail de nuit et WE payés une poignée de centimes. Mais les caisses ont été vidées à d’autres fins !

On s’attendait au feu de paille depuis des mois qui allait faire exploser le conflit larvé qui existe en France, une fronde sourde et puissante telle une coulée de lave que certains ont sous-estimé.  C’est un effet Pompéi qui va arriver.

Les policiers représentent avec courage le peuple français qui en a marre de ces injustices qu’un honnête commerçant qui se défend contre des voleurs aille en garde à vue, soit traduit en justice et écope de sursis avec une amende alors que le dit-voleur sera choyé et ressortira avec une peine très légère, pire même sera la victime puisqu’il aura été choqué qu’on lui tire dessus! Le policier tout comme le peuple français en ont marre qu’une fois que le procès verbal est tapé, certains délinquants franchissent la porte en faisant un bras d’honneur alors que la victime n’a pas encore séché ses larmes ! Le policier tout comme le peuple français en ont marre de voir que des élites françaises défendent des migrants ayant des infiltrés terroristes et tapent sur la tête des personnes qui veillent sur notre sécurité. Le policier et le peuple français en ont marre des mensonges alimentant la presse alors que le terrain est loin des propos orientés qu’une presse muselée doit informer ! Le policier comme le peuple français en ont marre de sortir et de se demander si lui ou ses proches vont rentrer chez eux entier ! Le policier tout comme le peuple français en ont marre de servir de cibles vivantes  des « déséquilibrés » qui seront plus protégés que les vraies victimes. Les policiers tout comme le peuple français en ont marre que des pays prennent des mesures draconiennes et efficaces pour ne pas devenir un état qui accueille et épaule n’importe quel profil dangereux.

Le peuple français a pour droit d’être protégé par l’état qui a le devoir de le faire en donnant les moyens nécessaires aux forces de l’ordre, notamment, en appliquant une justice exemplaire, non influençable, honnête.

Les forces de l’ordre sont en ligne de mire et leur choix d’exercer leur beau métier, peu considéré, est avant tout pour défendre les leurs et leur patrie, pour que la justice soit appliquée et que la paix règne ! Aujourd’hui la seule justice est celle de la rue avec de nombreuses zones de non-droits où le moindre français doit se plier ou partir ! On parle de la jungle de Calais, mais la France entière est devenue une jungle. On a ouvert les robinets pour favoriser cette insécurité en laissant entrer des migrants sur notre territoire trop fragilisé en sécurité, en laissant des individus faire leur propagande, leur délit sans qu’ils ne soient concrètement inquiétés, pire, ils sont même protégés en haut lieu. On a fait croire que le terrorisme ne pouvait se combattre alors que des professionnels, dont je suis, peuvent au contraire faire du prédictif et appuyer les forces de l’ordre qui réclament ces métiers d’appuis depuis des années ! Mais au lieu de cela, on crée des morts sociales, on suicide des bons éléments, on invente des histoires pour endormir ou orienter le peuple, on blackliste les professionnels gênants, on les fait démissionner, on les rend dépressif… Ils n’en peuvent plus et pas uniquement en tant que flic, mais aussi en tant que parent, conjoint, ami, collègue de personnes qui sont à bout de vivre ce qui est contre nature.

Des « élites » dans ce pays ont voulu changer la culture française. Appliquer des changements ne veut pas dire détruire les racines d’un peuple. Le chaos s’est développé et a fait exploser le conflit larvé qui va, par vagues incontrôlables, finir par détruire leurs maux avec fermeté. L’effet Pompéi.

Vouloir imposer des éléments, doctrines, idées à un peuple déjà en souffrance en le dénaturant, c’est provoqué à coup sur une rébellion, quelle qu’en soit sa forme. La culture et nature qui fait qui nous sommes, demeurent, ou que vous viviez dans le monde. C’est plus ou moins fort selon les profils, mais destructurée, c’est ce qu’on peut appeler le mal du pays, la nostalgie, le fait de ne pas se sentir dans son élément. Point n’est besoin de vivre à l’étranger pour cela, le corps le ressent en situation. La France terrain vit cela depuis quelque temps et n’en peut plus par ce que l’insécurité existe après avoir vu un taux de chômage plus important que celui affiché, un favoritisme envers des personnes parfois peu recommandables, le manque de finance pour nourrir sa famille, le manque de moyen pour s’occuper de ses enfants et parents, l’absence de vision à long terme, la destruction de nombreuses racines, la valorisation d’éléments contraires à ses valeurs, des guerres incomprises, des discrédits non justifiés… L’insécurité naît obligatoirement de tout cela. Le peu de personnes qui en avaient avisé qui de droit, dont je suis, se sont vus traité d’illuminés, ont été écartés avec pertes et fracas, ont été blacklistés. Pour les intérêts de qui?

Le peuple français se sent en déphasage avec sa nature, sa culture, ses racines transmises déjà dans le ventre de sa mère, ses valeurs, ses convictions, ses idéaux développés tout au long de sa vie. C’est comme casser une clé de voûte, un pilier central. L’Homme devient bancal et a besoin de trouver un soutien pour ne pas tomber.

Quelle que soit la suite que ces manifestations donneront, l’effet Pompéi est enclenché depuis bien longtemps et tant qu’il n’explosera pas, cela grandira. Il y a plusieurs solutions pour stopper cela dont des radicales. La seule efficace que je préconise est de retirer le ver du fruit sans tarder.

Les guerres intra-utérines, destinées à diviser et affaiblir notre sécurité entre métiers et services, doivent cesser. Je soutiens les policiers en colère ainsi que les forces de l’ordre.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Nadine Touzeau net-profiler

Nadine Touzeau net-profiler
« Net-Profiling : l’analyse comportementale des cybercriminels » ©. Le livre de Nadine TOUZEAU

Sans éditeur (considérant qu’il n’y a pas de lecteurs ou que mon livre doit ressembler à Esprits Criminels saison 5)
Sans publicité
Sans lobbying
Sans appartenance à un quelconque réseau
Sans soutien de personne(s) influente(s)
Avec des critiques non constructives, de très nombreux rejets et refus concernant mes travaux, mon métier, ma personne, etc.

Je suis fière de vous annoncer que mon livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », plus de 10 mois après sa sortie, a dépassé les 1000 ventes !
Merci à tous mes lecteurs et les personnes qui m’ont soutenu.

https://www.amazon.fr/NET-PROFILING-comportementale-cybercriminels-Nadine-TOUZEAU-ebook/dp/B018CFSZWO

Nadine TOUZEAU

Il  a 3 ans.
Paul EkmanDiplôme (passé en anglais) International à valeur juridique sur la détection de signes, 7 expressions faciales universelles, micro-expressions et Lie & True (mensonges et vérité).
Diplôme dispensé auprès de collaborateurs à la CIA,  FBI, Scotland Yard notamment, seule à cette date et première en France en sécurité à l’avoir.
A ce jour, aucune reconnaissance ni des sciences du comportement, ni du profiling, ni de ce diplôme en France.
Nos métiers répondent grandement, rapidement, efficacement, en prédictif et en transversal à de nombreux points sécuritaires allant du recrutement au (cyber) terrorisme.
PEG, Manchester promo Nov 1, with Cliff Lansley, Nadine Touzeau....
PEG, Manchester promo Nov 1, with Cliff Lansley, Nadine Touzeau….
Bien que ce diplôme ne fait pas de vous un profiler (mais y contribue grandement), il est le seul mondialement reconnu comme ayant les plus efficaces et meilleurs résultats sur la détection de signes, micro-expressions et mensonges.
Depuis des années, je me bats afin que les consciences s’ouvrent sur l’humain en France et de reconnaître les sciences du comportement. Bien que tous mes résultats soient reconnus, bien que de nombreuses personnes ayant travaillé avec moi qu’ils soient d’un univers économique ou sécuritaire me soutiennent et portent mes travaux, rien n’a avancé en France, RIEN ! Sauf à tout faire pour nous bloquer.
Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Les échanges souvent virulents que je lis sur différents réseaux sociaux affichent pour beaucoup un affectif primant sur la raison et bien plus débordant que dans le monde réel. Rien de nouveau en cela dans l’espace virtuel ! Les leçons, pourtant nombreuses vécues ces dernières années, n’ont pas été tirées de mettre de côté ce qui nous touche sur certains choix, qu’il s’agisse d’acheter, de se marier, d’intégrer un animal dans sa vie, d’employer un collaborateur, de voter, …

Certains en concluront hâtivement que je préconise de ne rien faire avec l’affectif ! Tout au contraire ! Je rappelle juste que notre personne nous dote (en principe !) de capacités et potentiels à utiliser parfois plus que d’autres selon nos choix et décision, telle la raison.

Choisir un collaborateur dans son entreprise ne peut se faire sur l’affectif. Force est de constater, même si beaucoup de recruteurs s’en défendent, que c’est rarement le cas. Il suffit de considérer pour exemple la cooptation, le fait de « sentir » le candidat, des résultats de tests sachant qu’aucun n’est fiable, tout cela provoquera des choix orientés et non neutres. Le résultat peut très bien fonctionner, mais sans neutralité donc le candidat devra vous ressembler quelque part ou fera en sorte que vous sentiez qu’il vous ressemble (un comportement que nous, profiler, pourrions creuser afin de voir s’il y a malveillance ou pas). Dans tous les cas, l’objectivité n’est pas au rendez-vous.

Un des sujets d’actualité est le choix électoral (je ne fais pas de politique pour rappel). Outre l’électeur qui ne votera que la couleur de son parti politique, la première réaction des gens sera de lire et écouter ce qu’il y a dans la presse intégrant le flux d’informations qu’il y a. Ils suivront les avis et échanges sur les réseaux sociaux encore plus riches que la presse en terme de flux et surtout d’aberration . Autant dire que, la base est déjà tronquée puisque la presse n’a plus sa liberté d’expression depuis longtemps et selon certains réseaux sociaux, les ragots vont bon train. De fait, toute personne se fait une opinion souvent figée sur des bases non fiables et encore moins vérifiées. Sachant que les électeurs ont leurs propres problèmes du quotidien qui pèsent lourd dans la balance énergétique, le temps manque afin de se poser et de réfléchir sur ce qui est bien, réel, vrai, possible, parlant, crédible, potentiel afin de faire leur choix! Ce manque de temps peut se traduire par voter pour ce qui semble accessible, c’est-à-dire trouver le candidat sympathique, portant les couleurs de son parti préféré, promettant une chose importante à ses yeux… Un coup de poker rarement gagnant pour l’électeur !

Là où cela devient encore plus éloquent c’est lorsqu’un français fait passer ses opinions sur un électeur étranger en lui suggérant qui choisir ! Donner une leçon à une personne qui vit dans son pays en vivant dans un autre, avec des cultures différentes, des éléments manquants, des méconnaissances terrains. En d’autres termes, c’est se mêler d’un univers méconnu, d’un environnement lointain en n’intégrant pas la culture d’autrui. Émettre une opinion, soit, mais critiquer et orienter un électeur étranger sur ses choix sur des bases principalement venant de la presse française (et non étrangère qui peut très bien publier d’autres versions) et de la critiquer, c’est une forme de manipulation et cyberbuylling !

Je réfléchisChoisir avec objectivité exige de devoir se concentrer sur un sujet qui ne semble pas important, sauf pour celles et ceux qui font de la politique. Et il est prouvé scientifiquement qu’aucune personne ne peut être concentrée à temps complet, que même les meilleurs dans leur domaine peuvent se faire avoir dans leur propre univers et que les informations retenues ne le sont que partiellement, selon l’interprétation qu’on en fait.

Ainsi, face à ces éléments, sans connaitre les personnes, leur motivation, leur culture, leur potentiel et sans être profiler, comment faire pour choisir le bon élément, candidat, partenaire professionnel, fournisseur qui correspond à la mission pré-requise?

Nous revenons à l’affectif, par facilité! Par ce que des propos vous séduiront, des attitudes, des idées, la nouveauté, un sourire, une alchimie que vous ressentez, parfois même vous partagerez le même hobby, vous vivez au même endroit, etc. Nous allons vers ce qui est plus connu même si nous ne considérons pas cela comme bon pour nous ou nos objectifs. Il est, de fait, difficile de s’ouvrir à l’inconnu surtout si notre profil présente des aspects narcissique, hautain, autoritaire, sûre de soi, influençable, désintéressé, etc. voire si l’on ne s’autorise pas à la découverte.

Croire par facilité par ce que nous sommes dans un univers où tout doit être rapide sans réfléchir : je veux, j’aime, je clique. Aucune mesure n’est possible autrement dans de nombreux esprits surtout jeunes. On jugera sans preuve tout en critiquant ceux qui osent vous juger ou juger une cause que vous défendez sans que vous n’estimiez qu’il y ait des preuves ! Contradiction quand tu nous tiens ! Un comportement terriblement amplifié dans le virtuel.

La réflexion permet d’évaluer le bon élément pour le bon poste. L’approche est de discerner, analyser, recouper des informations afin de se faire une idée de ce qui correspond, matche au profil pour la mission dédiée en tenant compte des critères et/ou cahier des charges de ladite-mission. Ils estimeront la mission en en évaluant les risques, avantages, potentiels en adéquation avec le savoir-faire, savoir-être et savoir de la personne et l’environnement de cette personne. Dans le doute, ils creuseront leur recherche, mais ne se laisseront pas orienter. Une sorte d’approche profilage ! Les résultats décevront nettement moins et pourraient même satisfaire grandement.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

 

 

J’ai rédigé cet article le 20 décembre 2013 après analyses des suites de mes interventions dans des entreprises victimes de suicide. Je constate que 3 ans après, rien n’a vraiment changé, tristement.

>>>

Les colonnes des journaux français actuellement ne désemplissent pas d’annonces de suicides dans divers domaines. Pour ma part, je ne m’en tiendrai qu’à mon univers professionnel de personnes songeant au suicide telle une option pour en finir avec leurs problèmes. Elles sont fort heureusement toutes en vie et même heureuses.

La crise, excuse média, a bon dos afin de justifier un acte de désespérance. Il est en effet plus aisé de légitimer de tels actes, non des moindres à mettre en œuvre, que d’en comprendre la réelle et précise cause.

Mais les faits sont là …  certes, l’effet aussi !

Faiblesse, dépression, « pauvreté de vie » sont autant de prétextes ou excuses, selon le sens que l’on veut accorder à ces gestes terribles, afin de s’approprier ou expliquer ce qui ne peut appartenir qu’au disparu.

Il y a forcément une part de responsabilité des proches lorsqu’un tel acte est commis, d’où une culpabilité qui colle très longtemps à la peau de ceux qui ont bien connu le défunt.

Des questions passées en boucle harcèlent l’esprit afin de comprendre ce que l’on n’a pas vu, pas entendu, oublié de faire… Les réponses, tant désirées, ne viendront jamais.

Les déclencheurs interviennent majoritairement bien avant le processus de mettre fin à ses jours. Différents déclencheurs sont possibles. Le cœur avait la primeur autrefois : c’était un acte romantique montrant le vrai amour pour l’autre, ce qui n’a plus autant cours de nos jours. L’honneur exige dans certaines cultures de mettre fin à sa vie par ce qu’on a déshonoré un être, une famille, une valeur même. Aujourd’hui, le manque d’argent est souvent un déclencheur, mais on occulte un univers qui  pousse encore plus à l’acte final : c’est l’environnement.

Qu’il soit d’ordre professionnel ou personnel, l’environnement a pris un pas incontestable dans notre vie.

Un endroit, un lieu peuvent prédisposer au suicide de par son manque de soleil, son isolement … Quelque chose survenue soudainement qui ne pourrait souffrir d’exister plus longtemps aussi.

Évoquons les repères liés à nos racines et nos cultures ébranlées. N’oublions pas nos schémas (notamment sur des profils ayant subi des toxicités) qui font ce que nous sommes, comment nous agissons, etc. Les dénaturer, déstructurer, galvauder, dénigrer cela engendre systématiquement des difficultés à se synchroniser dans son environnement. Plus ces repères sont atteints, plus l’humain est déstabilisé et sur un profil sensible ou fragile psychologiquement (ce qui ne veut pas dire malade psychologiquement), l’ampleur des « dégâts » est plus importante.

Il y a aussi l’évolution de notre société qui s’est faite de façon rapide : aujourd’hui il nous est difficile de se passer d’un confort, pas uniquement matériel, que nos parents et encore plus nos grands-parents ne pouvaient même concevoir ! Ces conforts sont entrés dans nos vies, les bouleversant,  sans décodeur ni lexique d’utilisation : rappelez-vous le signe @ que l’on voyait partout avant d’en connaitre son explication.

Justement, le virtuel. L’aspect fantastique véhiculé par une fibre qui vous informe et transporte en un clic vers tout et n’importe quoi a été accueilli avec liesse… la « gueule de bois » commence à se faire sentir !

Un clic pour envoyer un mail dont le contenu ferait pâlir les premiers télex tant il est succinct (ne parlons pas des sms). Le télex envoyait un message moins rapide et beaucoup plus loin alors que le mail après le clic arrive souvent, avant que le doigt ne quitte la touche du clavier, au collègue juste en face de soi … Le manque de communication « tue » terriblement lorsque l’on transpose le virtuel par de l’humain.

Et les dérives des clics de trop qui semblent anodines dans le fait, voire entrés dans les meurs, aboutissent parfois à des actes vexants, humiliants en publiant sur le web des textes, photos, vidéos plus ou moins compromettantes et intrusives (sans oublier les rumeurs). Selon le profil, il n’est pas évident de pouvoir prendre du recul, relativiser une situation parfois plus ubuesque que grave. Encore plus sur un individu jeune dont la gestion de son image n’a pas la même dimension que chez un adulte.

Notre environnement crée son histoire face à tant de modifications à plusieurs endroits de nos vies et l’accompagnement est rarement prévu !

Ainsi que je l’indiquais en introduction, j’ai eu à travailler sur plusieurs cas de « suicidaires » dont mes premiers clients étaient chez France Telecom (lors de la médiatisation). Le suicide était expliqué comme étant une issue comme une autre, telle une rupture de contrat sauf que c’était avec la vie. Ils ne savaient plus discerner les choses et hiérarchiser,  ce qui est vital ou pas tant ils étaient déstabilisés. La coupe était trop pleine pour eux sachant que chacun à son propre format de coupe !

Si ce n’est leur épuisement intellectuel, leur attitude écartée, leur corps replié et détesté ou délaissé, leur voix sans grande conviction, etc., rien ne présageait qu’ils voulaient en finir avec la vie. Une éventualité était envisagée, mais sans conviction réelle.

On rentre le soir, sans envie, sans avoir personne à qui parler, sans avoir quelqu’un avec qui partager, sans se sentir compris, sans se sentir aimé, sans bruit, sans chaleur, sans tendresse …. Et le tout sans être forcément célibataire !

On ouvre la porte de sa maison, harassé, usé et les épaules sont toujours aussi chargées de soucis, de manque et d’envies de solution.

On pose ses clés dans le vide-poche est c’est des reproches, des questions déplacées, des cris, des pleurs, des doutes et des tensions dans son corps…

On jette son sac de cours sur le sol, blessé par un ami, rejeté par un camarade, incompris par un professeur, agressé par un groupe de jeunes sans pouvoir en parler à ses parents absents, occupés, qui n’y comprennent rien… ou avec le choix de cacher la vérité à ses parents.

On ferme la porte du bureau en se demandant comment on va payer les factures, qu’on risque de tout perdre et se retrouver à la rue, qu’on fera honte à son conjoint, ses enfants, sa famille…

Afficher l'image d'origineEt on va au bureau à reculons …

Il est difficile de combler des silences. Il n’est pas sûr d’avoir quelqu’un à qui parler, même entouré de monde. Il n’est pas évident d’envisager une issue qui pourrait paraitre évidente à d’autre. Il est plus facile et rapide de quitter son employeur que de quitter son conjoint. Sauf en période de crise économique…

On fait avec par ce qu’on pense ne pas savoir faire sans.

Par ce que cela exige un effort. On va vers ce que l’on connait car c’est rassurant du fait qu’on le connaisse, même si on n’en veut plus. Seuls les plus courageux acceptent d’évoluer et avancer vers ce qui leur correspond, parfois au prix d’étapes difficiles, mais toutes riches et constructives qui mèneront à l’objectif voulu.

Le schéma et/ou l’environnement qui ne sont pas réellement sains favorisent une personne à se suicider selon la capacité à ingurgiter ce que l’on vit et subit. Chacun a sa propre faculté d’encaisser et d’évacuer : cela se travaille et évolue dans la vie. Pour autant, tous ne peuvent y arriver. Ce pourquoi il parait incompréhensible à certains d’avoir quitté cette terre pour « si peu ».

Le déclencheur se fera au moment où la personne commencera à perdre confiance en elle, croyance de sa personne et à encaisser ce qui n’est pas inscrit dans sa nature.  L’isolement deviendra sa carapace et défensive. Le silence s’installera souvent ponctué de résignation et/ou colère. Il ne parlera pas de suicide et s’il évoque le sujet, il sera effleuré donc pour ainsi dire pas pris au sérieux. En revanche, l’acte pourrait tout à fait se faire : il sera réfléchi, calculé, préparé et appliqué rapidement. Parfois des étapes seront nécessaires pour faire aboutir à l’acte. Un « au secours », pas forcément détectable facilement et sous diverses formes, aura été lancé au moins une fois avant.

J’ai souvent dit aux DRH qu’ils ne sont pas à même de pouvoir détecter ce genre de profil. Les risques psychosociaux sont devenus une priorité pour beaucoup de société et c’est tant mieux. Toutefois, si la volonté doit être saluée, j’ai vu peu de mesures concrètes et opérationnelles incitant les gens à même simplement se sentir épaulés. Ce qui décuple le sentiment d’incompréhension des salariés. Un fait est aussi qu’on ne peut dissocier la vie personnelle de la vie professionnelle même si il ne doit pas y avoir amalgame : un discours pas encore entré dans l’entreprise française.

L’humain n’est pas simple, la vie trop difficile pour certain, mais il est une chose essentielle qu’il faut écarter de nos vies : l’individualisme.
Encore une fois communiquer n’est pas aisé, mais même si c’est maladroit, il est toujours mieux de le faire que fuir, de parler que de se taire et sans attendre.

Combien d’incompréhensions naissent de ne pas avoir dit ! Combien d’isolements aboutissent de ne pas avoir pris le temps de ! Combien de je n’avais pas compris oubli d’écouter plutôt que d’entendre !

Pour conclure, l’acte de se suicider est jugé souvent comme lâche. Je trouve au contraire que c’est un acte très courageux.

 

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, researcher in behavior of cybercriminals

ACFE USA member | ASIS Member | ICTTF member | CEFCYS member and delegate Bretagne country

A la demande de Laurent Barreau, BS Protection Rapprochée – Parole d’expert

De nombreux agents de protections, gardes rapprochées et autres protections de biens et personnes, sont sujets à de nombreuses situations qu’ils ne peuvent anticiper, limitées dans les retombées ou prédire. Les moyens et possibilités nécessaires afin de mieux sécuriser un secteur entravent parfois cela. Cela  me rappelle lorsque j’étais en Afrique travaillant avec des gendarmes et policiers en manquent de moyens.
Nous avons résolu une partie de ces manques en formant des officiers et sous-officiers à certaines techniques de l’analyse comportementale et profilage. Suivant les profils, les résultats se sont fait savoir sur des affaires d’homicides, des vols à main armée aggravés avec violence et protections rapprochées de VIP.

…  la suite : https://www.bs-formation.com/accueil/parole-d-expert/

Pour ton mémoire en droit intégrant le profilage et net-profilage.

Jean-Michel poursuit ses études en droit.

http://www.memoireonline.com/01/16/9333/m_Le-mobile-dans-la-classification-des-cybercriminels0.html

UNIVERSITE CLAUDE BERNARD-LYON I

FACULTE DE MEDECINE LYON EST

D.U CRIMINOLOGIE CLINIQUE

Année 2015-2016

LE MOBILE DANS LA CLASSIFICATION DES CYBERCRIMINELS 

Mémoire présenté par

HAZIZA Jean-Michel

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels
Dîplomée Paul Ekman International
Membre : ACFE USA, ASIS France
Déléguée CEFCYS Bretagne

A la lecture de la presse, seul élément dont je dispose, ce cas est intéressant pour une raison évidente : on utilise le mot de cybercriminalité pour des délits commis à l’aide de connexions internet (ou intra réseau) sachant qu’il n’y a que très rarement des crimes physiques. Si le terrorisme provoque des tueries de masse ou individuelles, il est rare de constater une personne non affiliée au terrorisme mettre en oeuvre une telle opération telle que celle de Munich. Au regard du taux de la cybercriminalité, les décès sont très faibles.
Le constat est que la plupart des délinquants dans le monde réel ont transporté leur activité dans l’espace virtuel. Les chiffres de la délinquance dans le monde réel ont du reste diminué au profit de la cybercriminalité qui connait une croissance impressionnante de par les potentiels, interactivité, manque de sécurité, etc qu’offre l’espace virtuel. Surtout, on s’y sent caché !
Ainsi, tuer à l’aide de l’espace virtuel peut se comprendre avec l’achat d’une arme sur le darkweb, comme ce jeune David Ali Sonboli. Là où cela devient plus ingénieux, c’est le piège tendu pour attirer ses victimes, via Facebook, l’un des plus célèbres réseaux sociaux qui existent! L’utilisation de Facebook pour un jeune est presque innée, et, de fait, il attirera plus facilement des gens de son âge. Donc ce choix d’environnement n’est pas surprenant. L’approche avec ces jeunes, encore une fois à la lecture des éléments dont je dispose, semble liée à des déclencheurs que David Ali Sonboli a du vivre. Il est plutôt certain que le tueur aurait fini par se venger envers les personnes qui l’ont harcelé : Munich n’aurait été qu’un test s’il ne s’était pas suicidé.
Cette fascination de deux tueurs de masse avec analyse d’un dossier de celui qui a mis fin à ses jours, donne des similitudes profils du tueur de Munich avec ces tueurs. Mais n’ont-elles pas été créées au fil des éléments  relevés par le tueur de Munich !
Le fait de ne pas être identifié auprès des siens, une enfance marquée par des rejets, une recherche de se faire comprendre au travers d’un repère extrême et proche de ses aspirations. La préparation de son acte alimente d’autant ses rejets voire peurs surtout si d’autres se sont greffées depuis. Quant à l’acte suicidaire, que représente-t-il si ce n’est l’achèvement de se sentir rejeté sans considérer une moindre issue ! Ses repères familiaux ne semblent pas avoir de poids afin d’éviter un tel acte.
Est ce qu’en tant que net-profiler, j’aurai pu déceler le profil de David Ali Sonboli ?
Sur photo, son profil c’est certain sans forcément prédire d’un tel acte. En analysant son faux profil Facebook, je pense en effet que plusieurs indicateurs auraient montré son instabilité. J’imagine qu’il a dû tenir des propos et poster des posts incongruents qui auraient révélé sa nature et peut-être ses intentions.  Mais pouvait-il être le centre de tout face au terrorisme qui est une priorité? Tout est une question de volonté, moyens et de formation.
Un harcèlement non résolu, non pardonné peut provoquer de terribles maux qui touchent directement la victime. Selon son état avant harcèlement, selon son profil et la puissance du harcèlement subit, la victime cherchera à évacuer et retrouver son image, son honneur. L’acte est selon moi en ce sens même le suicide puisqu’ainsi que je l’écrivais, David Ali Sonboli ne voyait pas d’issue. Sa vie s’était tournée vers l’acte de vengeance. Les profils des suspects ont des liens avec ce que le tueur a subi, soit relayant des informations contre le tueur, soit connaissant des harceleurs, soit ayant l’intention ou commis des actes proches des personnes ayant harcelé le tueur.
Pourquoi un lieu public?
Pour que la réparation se fasse à grande échelle et montrer qu’il n’est pas celui que les harceleurs disaient.
L’analyse de l’environnement physique a t-elle était faite par le tueur? Je n’en suis pas certaine. Le choix du Mac Donald’s est aussi en lien avec ses propres habitudes tout comme Facebook (ou rejet si les parents refusaient de l’y emmener). Un tueur dans le monde réel repère majoritairement les lieux même brièvement avant de commettre son acte. Il se met en danger physiquement en se montrant. Le tueur de Munich l’a-t-il fait ? Je pense qu’il connaissait les lieux et s’est plus servi plus d’un google earth que d’y aller physiquement pour préparer cela.
Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Ce cas est très intéressant puisque le profil de ce cybercriminel ne montre pas e signe suicidaire, mais en revanche beaucoup de signes relatifs à mes travaux de recherches comportementaux sur les cybercriminels.

Autre élément non négligeable est que le syndrome d’Asperger présente des similitudes avec mes théories du comportement des cybercriminels. Sachant que cet individu est aussi dyslexique (sans connaître sa forme de Dys mais nécessairement proche du surdoué), le fait de se suicider sous peine d’être extradé est un leurre.

3500https://www.theguardian.com/uk-news/2016/jun/28/lauri-love-hacking-trial-extradition-united-states-nasa?CMP=Share_AndroidApp_

Il n’a rien de suicidaire dans son profil (base photo support média en lien). En revanche, des signes montrent en effet une fragilité psychologique ( mais cela a été identifié). Toutefois, je ne crois pas Laurie Love sur son envie de se suicider. Ce hat a un potentiel important, est haut de sa personne, ne se considère pas comme ayant fait des choses mauvaises, recommencera ses méfaits, ne supportera pas d’être isolé des ses connexions internet, est plutôt négociateur, ne supporte pas de quitter sa bulle.

Quitter son environnement déjà avec son syndrome Asperger, c’est compliqué, mais en plus être déconnecté de ce qu’il aime et le valorise lui est insurmontable. La menace suicide est à mon avis là.

Nadine TOUZEAU
Net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Quelques indicateurs que j’ai observés depuis quelques années en analysant au travers des réactions d’autrui, le comportement sur les réseaux sociaux.

J’ai constaté plusieurs indicateurs de profils génériques avec des comportements en réseaux que j’ai regroupé en quelques familles nominatives comme suit :

Par Nadine TOUZEAU

Quels profils virtuels peuvent influencer notre comportement ?

  • Le « suiveur » : il suit des personnes accompagnant d’autres personnes souvent plus brillantes ou ayant une forte présence sur la toile sans forcément avoir une opinion tranchée, juste se sentant à l’aise avec les écrits ou un leader et sans réaction excessive. Il suit plus une ou des personnes, groupe qu’une pensée. L’influence comportementale est globalement une perte d’identité et le risque d’un dérapage en dommage collatéral suivant des comportements des personnes qu’il suit, sans obligatoirement le faire changer d’opinion. Il se reposera sur les écrits sans vraiment réfléchir ou avoir lu les propos. Dans le monde réel cela s’apparenterait à une accolade amicale avec un « je te suis » sans résistance. Dans le virtuel le suiveur se repose totalement derrière son écran « il l’a dit donc c’est bien » et sans mesurer les incidences. Il apparaîtra comme une bon petit soldat, alors qu’il pourrait juste avoir envie de survoler pour soutenir et combattre autre chose par ailleurs. Dans le réel il pourrait ne rien combattre du tout. Ce type de profil n’est pas dangereux une fois décelé et peut remettre en question son opinion face à des éléments concrets.
  • L' »influenceur » : il se démarque et propose une opinion, idée, nouveauté qui interpelle, dérange ou répond à des attentes. Comme son nom l’indique, il reste sur son chemin sans se préoccuper de ce que les autres peuvent dire. Linéaire, solitaire et indépendant, il attirera de nombreux type de profils adhérents ou pas à ses idées, expertises, etc. Il « maîtrise » son sujet, se démarque et est considéré en tant que tel sans jugement, sans toujours partager ses points de vue, mais avec respect. Son comportement sera plus de faire passer ses idées, connaissances sans influence ni intérêt réel pour le reste. Ces profils sont des leaders probablement plus dans le monde réel que virtuel, ils sont congruents, non influençables et alimenteront des personnes et structures en manque de souffle . Ils seront de faits très copiés et suivis, critiqués et admirés. Le danger de ses profils est la peur que les autres peuvent en avoir face à la nouveauté ou à la popularité de ces « influenceurs ». Ce type de profil est donc plutôt en danger et est une cible parfaite.
  • Le « radical » : profil qui est orienté ou leader pour défendre des opinions coûte que coûte. Il réagira au moindre appel de ses « troupes » ou sur un moindre mot ou post qui, majoritairement, sera mal interprété et sorti de son contexte. Adulé par ses acolytes, il perdra crédibilité par les autres. Les « radicaux » pourraient passer pour des « sauveurs et redresseurs de torts », ils resteront en vase clos à s’auto-alimenter de leurs soit-disantes success stories. Ceci peut essouffler la personne et le mouvement à faire avorter les projets ou mener au burn-out. Leur comportement est spontané, irréfléchi, fermé, orienté et vif, parfois agressif. Ils sont très influençables par les informations diffusées sur les réseaux sociaux à partir du moment que cela ente dans leur combat. Ils fonctionnent en bande sans obligatoirement se connaître et communiquent beaucoup entre eux avec pour moteur leur sujet de prédilection. Ils seront utilisés par des personnes malveillantes sans qu’ils ne s’en rendent compte, se sentant même valorisés. Dans le jugement de l’autre, ces profils sont les plus dangereux sur la toile et ont un potentiel de cyberbuyller.
  • Le « silencieux » : peut correspondre à plusieurs types de profils. Recherche d’informations, souhaitant s’informer, ne pouvant s’exprimer, refusant de se montrer sur la toile… tout est possible et ces profils ne sont pas à négliger. Il faut en décrypter les codes. Son comportement sur le web ne sera pas aussi caché qu’il le voudrait. Bien souvent ils se cachent par obligation propres à leur profession, propre à leur phobie ou propre à leur devoir. C’est donc une contrainte qui ne cachera pas d’autres comportements qui les feront sortir du bois. Ils ont souvent un ou plusieurs autres comptes, parfois sous leur vrai nom. Il faut se méfier des profils silencieux tant qu’on ne connaît pas leur « mobile ». Les cybercriminels de tout type sont des chercheurs silencieux.

Nonobstant, ses quatre grandes familles réseaux comportementales sont liées. Elles ne peuvent exister l’une sans l’autre. Et ce qu’il y a de plus surprenant, c’est que si majoritairement on se situe à un niveau, nous pouvons parfois avoir un comportement d’une ou plusieurs autres de ses familles que je cite.

L’interactivité des réseaux sociaux modifie en cas de forte utilisation le potentiel de discernement, soit par fatigue, soit par oubli d’analyser majoritairement sur des profils « influenceurs » et silencieux surtout. De fait, notre comportement sur le web s’est adapté et modifié en conséquence (et d’autres sujets non évoqués dans cet article). Il est intéressant de constater que dans la vie réelle, les incidences existent.

Notre baseline restera ce qu’elle est dans son origine, mais elle pourra être modifiée par un déclencheur, une faiblesse, une mauvaise interprétation… qui fera que l’on reproduira nos actes virtuels dans le monde réel. Pour exemple : nous lisons dans la presse qu’il y a de nombreuses grèves et avons peut être échangé sur la toile sur le sujet. Prenant un verre en terrasse de café, un mouvement de foule se fait entendre et inconsciemment la notion de grève sera prédominante dans la majorité des esprits… alors qu’il s’agit d’un mariage ! Ce comportement est plus actif chez  « les radicaux » qui agiront instantanément sur un mot, un post, un appel afin de faire passer leurs opinions en contrant le message sans se rendre compte que le sujet n’a rien à voir. Dans le monde réel aussi ! Ils ne décrochent pour ainsi dire pas.

Ce type de déclencheur avec une opinion précise et connue chez les victimes de traumatismes. Mais nous évoquons le monde réel. La transposition de notre vécu virtuel se fait ressentir et une des questions que je compte développer c’est : quand, à quel moment, de quelle manière et combien de temps selon quel type de profil ! La frontière comportementale entre le réel et le virtuel n’est pas si fine que cela.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Le harcèlement est enfin reconnu dans notre pays à en être intégré dans les RPS. Il reste très probablement du chemin à faire afin d’en peaufiner son encadrement et sa résolution. L’essentiel est que cette reconnaissance soit enclenchée.

Il est évident que la cybercriminalité doit faire étendre cette reconnaissance sur le e-harcèlement ou le harcèlement en utilisant internet, sous quelque forme que ce soit.

Dans mon livre, « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », j’évoque ce sujet.

N’oublions pas qu’une personne fragile pour diverses raisons est la cible idéale. Commettre des (e-)harcèlements sur un profil « bien dans sa tête » ne prendra pas aussi facilement ! Un harcèlement subit a un impact violent qu’il soit fait dans le monde réel ou dans le monde virtuel. Toutefois, il est souvent relevé à juste titre que la différence est notoire entre les deux univers. En voici quelques raisons.

Harcèlement

Il est nécessaire tout d’abord intégrer que le cyberharcelement ou cyber harcèlement est effectué par un être humain malveillant ou maladroit (ce qui est plus rare), soit une personne qui vit dans le monde réel. Le ressenti n’est pas évident sur une victime de e-harcelement surtout si elle ne peut l’identifier.

Dans le monde réel, être victime de harcèlement se fait sur un univers clos et visible : on connaît l’endroit et on voit les personnes tout en s’en imaginant parfois de façon exagérée l’étendue. L’identification est plus simple à faire dans notre cerveau et sur notre affectif. Le fait de savoir où cela se passe aide à évaluer du harcèlement à la douleur qu’elle procure. On mesure sa zone spatiale bien plus facilement que dans le virtuel.

Mais ce que le virtuel autorise et toutes personnes malveillantes l’ont bien compris, c’est que les coups bas sont faciles. Pour une raison trop souvent occultée, l’avatar est activé pour se venger dans un univers sans frontières, limite et transversal. Je m’explique. Si une personne souhaite se venger de vous, dans le monde réel elle devra soit vous affronter seule et si vous avez du répondant ça sera plus difficile, soit devoir appuyer sa vengeance en s’entourant d’autres personnes pensant comme elle ou lui, ce qui sera plus contraignant pour la victime de se défendre. Alors que dans le monde virtuel, il suffit juste de se lâcher et sortir tout ce qu’on n’oserait pas dans le monde réel jusqu’à parfois se cacher sous une identité quelconque.

Ne pas mesurez qui est derrière cela et pourquoi on n’ose vous faire ceci est terriblement frustrant pour la victime. Comment répondre objectivement? Qui nous prend au dépourvus? Pourquoi moi? Est-ce que je connais la personne? Est ce vrai ! …

Les mesures dont nous disposons dans le monde réel n’ont plus court d’autant que la victime a rarement les moyens de répondre face à l’avatar du contexte ! C’est même l’un des objectifs ; faire en sorte que la victime soit sonnée brutalement sur un court terme sans pouvoir se débattre, tel un K-O sans s’imaginer devoir monter sur un ring !

Il est à noter aussi que le fait de répandre les propos et actes de harcèlement sur la toile envenime la chose sur les profils publics qui seront témoins involontaires de la situation… Internet à favorisé cette option dont les auteurs en mesure rarement la portée à le regretter bien souvent. Toutefois, chaque témoin de ce e-harcelement sera rarement silencieux puisque le jeu sera mené par le harceleur de façon à impliquer d’autres personnes dans ses actes manipulateurs. Les témoins se verront dans l’obligation de s’engager afin d’aider le harceleur qui sera positionné en victime, le rôle du manipulateur!  Ce qui entraînera d’autres rebonds de violences verbales difficiles à accepter par la vraie victime venant de gens qui ne la connaissent même pas et pourtant la juge!

La violence verbale est sur les 5 toxicités « parentales » de Susan Forward, la pire de toute. Les mots ont de lourds maux qu’ils faut soigner sans en négliger les impacts à long terme.

Enfin, la presse aime à monter en épingle les victimes de ces e-harcèlements dont certaines ont mis fins à leur jour. S’est-elle elle-même posé la question si elle ne faisait pas aussi du e-harcelement en ligne en proférant des propos sans preuve sur des personnes à qui on refuse une écoute? Le propre même de l’investigation qui exige aussi d’être au plus près de la neutralité !

Nadine TOUZEAU
Profiler, Net-profiler, Chercheur en comportement des cybercriminels

Un postulat ! Quantité d’articles évoquent le sujet sur le fait qu’aucune entreprise n’est à l’abri et que les employés doivent avoir un comportement adapté afin d‘éviter toute intrusion via un fichier ou lien envoyé par mail principalement.

Même si d’après certains sondages un nombre trop important de salariés ne se sentent pas concernés par le sujet, il n’en demeure pas moins que toute personne qu’elle soit salariée, intérimaire, fournisseur, ou proche du salarié dont la famille sans oublier les dirigeants d’entreprise est une cible potentielle pour les hats !

Mais pas qu’en subissant une arnaque au président, en cliquant sur un lien intrusif, en se faisant introduire discrètement par un grey ou black hat (à parfois ne le découvrir que plusieurs années après !) !

Comment ? Personne n’en parle, par ce que l’humain est une fois de plus effleuré !

Par bouche-à-oreille, je suis très souvent contacté pour dépêtrer des situations d’intrusion par arnaque aux sentiments, vidéos ou photos compromettantes publier  même si la victime n’a jamais fait d’image ou vidéo compromettante, rumeurs lancées et animées,  inscription à son insu sur des sites en inadéquation avec la personne, etc… Tout cela est une atteinte à l’e-réputation le plus souvent. La grande majorité de ces dossiers font l’objet de colère face à l’attitude des forces de l’ordre qui ne peuvent ou n’ont tout simplement pas les moyens voire formations dédiés à la cybercriminalité.

La lenteur juridique n’aidera pas plus ce genre de dossier qui nécessite une action rapide afin d’être efficace. Il faut d’ailleurs prendre cela à sa source et non des menaces, messages négatifs plus tard !

Notre travail de net-profiler permet de stopper très vite ces menaces et rumeurs en analysant le dossier, même par téléphone, afin de trouver la ou les failles et de mettre en œuvre de suite la plupart du temps les actions correctives qui seront pérennes. Le plus amusant dans le dossier c’est quand les victimes vous disent « et c’est tout ? et c’est fini ? ». Oui sauf nouvel élément ou manque.

Toutefois, là où il faut mettre l’accent c’est de vérifier qui est la victime véritablement et beaucoup d’entre-elles ont des liens plus ou moins proches avec des entreprises ou postes plutôt intéressants pour un hat !

Je me rappelle d’un jeune ayant fait à son insu une vidéo compromettante divulguée sur le net si il ne payait pas une rançon qui a fait de suite appel à mes services. En 10 minutes c’était réglé et sans payer la rançon bien évidemment sachant que j’ai préféré attendre une heure avant de rassurer ce jeune pour garantie. Ce jeune travaille dans une entreprise de type Seveso ! Refusant de payer que lui aurait-on demandé à ce jeune à votre avis! De faire quelques choses d’illicite dans l’entreprise qui l’emploie pour payer la rançon…

Cet exemple reflète une réalité terrain bien plus importante qu’il n’y parait et … non évoquée !

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profilfer, chercheur en comportement des cybercriminels

Il est un fait qu’intégrer les retours de l’EI est à prendre en compte. Mais avant cela, ne faut-il pas en comprendre les profils et le contexte!

Les prisons sont un des incubateurs en développement de potentiel terroriste. Le recrutement et l’embrigadement y est fort à cet endroit notamment.

La question doit se traiter différemment selon si c’est un départ volontaire ou un rapt!

Les pratiques de manipulation et enrôlement des « membres de l’EI » sont proches en méthode de ce certains kidnappeurs/ violeurs qui obligent leur « proie » à vivre auprès d’eux et selon leur désir. Ajouter à cela une idéologie religieuse. L’exploitation d’esprits fragiles ou malléables est au cœur de leur enseignement. De fait le syndrome de Stockholm y est plus développé avec les effets que cela peut procurer en termes de conflit psychologique. Sur l’exemple du peuple Yezidi, le plus victime aujourd’hui des terroristes de l’EI, le retour des femmes et des enfants n’est pas sans inquiétude. Ils sont imprégnés de codes, embrigadements, manipulation, doutes, envies, … C’est très complexe à gérer cela. Ces pratiques EI forment d’excellentes bombes à retardement, des infiltrés, des dormants. 

Alors avant de considérer où nous devons mettre les retours suite à des départs volontaires, de certains individus, il faut bien les identifier psychologiquement et avoir des spécialistes de la question ce dont je doute que nous ayions en France ou en tout cas en grand nombre. Déceler le comportement et les incongruences afin de vérifier la véracité des pensées des individus. Et contrôler souvent. Par ce que je suis convaincue que la plupart de ces retours a un autre but que le repentir. Les infiltrations et les dormants ne sont pas pris en compte à moins qu’on ne s’en fiche simplement !

La question que je pose est de savoir qui on protège? L’EI s’est préparé depuis longtemps avant d’attaquer… Ils ont testé, ont mesuré, ont développé leur réseau y compris dans le darweb avant d’agir et cela se savait. Cela a été sous-estimé. Telle une toile d’araignée, ils ont tissé et créé des synergies entre plusieurs réseaux mafieux et d’influences, dans le monde réel et virtuel. Les membres de l’EI sont sous-estimé par ce qu’on refuse de comprendre ces profils et leurs réels desseins tels qu’ils sont afin de mieux les combattre, j’évoque la France sur ce sujet.

Quel risque devons-nous accepter pour protéger notre pays?

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

C’est culturel en France, nous aimons nous reposer sur la simplicité en appuyant sur un bouton. Un art de vivre pas du goût de tous puisque notre pays sait aussi créer des cerveaux qui affectionnent peu la facilité.

De fait, en investigation, on remarque que les enquêtes sont appréhendées avec des « mallettes » remplies de tout ce qui permettra de retrouver l’assassin, le voleur, le violeur, le terroriste même. Et c’est sur les résultats de cette boite à outil que l’enquête s’orientera et se soldera trop souvent.

C’est ainsi que nous avons créé de nombreux « Cold Case » (à savoir des affaires mal ou trop vites classées) , nous donnant leader au monde sur le sujet, dont l’un des plus célèbres est « L’affaire Omar ».

Bien évidemment que ces mallettes et tous les outils qui permettent d’étayer l’enquête pour la faire avancer et obtenir des preuves sont nécessaires, mais les cerveaux analytiques n’en sont-ils pas laissé pour compte?

Combien d’enquêteurs se sont vus non entendus sur des suspicions, suggestions, ressentis sur des affaires?

Ne se reposer que sur des logiciels, moyens, matériels est une source d’erreurs manifestes. Il faut analyser véritablement et tout en remettant le compteur à zéro sur chaque affaire, même si elle en rappelle une autre. Cela paraît simple et beaucoup pensent le faire, les résultats indiquent trop souvent le contraire. Manque de connaissances, manque d’effectifs ou pressions font le jeu des délinquants s’appuyant sur nos faiblesses afin d’oeuvrer plus sereinement.

Les sciences du comportement sont considérées comme parties prenantes du Forensic et sont nettement mises en avant dans des structures d’investigations anglo-saxonnes. Ces équipes sont constituées davantage de profilers (et non criminologues) que de « mallettes »!

Des cerveaux agissent. La machine la plus performante au monde est notre cerveau à condition de bien vouloir en développer son potentiel. Ces cerveaux bien préparés sauront réagir plus vite qu’une machine et intégrer les données en les analysant rapidement afin d’être dans le prédictif instantané. En ce qui concerne mon métier de profiler en tout cas.

Le monde interactif oblige à travailler en ce sens et les paramètres n’incluront jamais la réflexion qui trouvera la faille afin de déjouer les moyens mis en place. La cybercriminalité en est une parfaite illustration.

Si on se targue d’avoir acheté tel logiciel onéreux et peu accessible à tous, on ne peut considérer que notre sécurité est capable de prédictif. Former des bons analystes comportementaux et futurs profilers assurera de bien meilleur résultat et plus rapidement.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

 

 

 

L’article est intéressant, si les propos sont vrais, sur plusieurs aspects :

  • une petite entreprise : personne n’est en effet à l’abri
  • un réseau qui oeuvre et semble localiser sur site ce qui ne veut pas dire qu’ils le sont physiquement
  • le mobile pourrait être également une vengeance du fait que c’est local
  • l’entreprise n’a pas payée, mais les données sont tout de même volée.
  • la rançon pour alimenter des fonds pourquoi pas en effet terroristes

Puisqu’il y a des actions localisées sur un même environnement, plusieurs « pistes sont plausibles :

  • un réseau local d’importance petit et avisé sur le moyen de trouver de l’argent
  • une ramification de réseau rattaché à une organisation plus importante, soit éclectique en terme de malveillances, soit faisant le même type d’action. Ce point me semble crucial pour comprendre le coeur du dossier et remonter la source
  • un electron libre plus ou moins seul qui joue en solo

Le mobile n’est pas forcément d’alimenter des fonds mafieux, le Bitcoin est utilisé de plus en plus couramment en terme d’échange commercial.

N’oublions pas que c’est un ou plusieurs humains derrière ces actes.

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2016/03/23/l-entreprise-piratee-et-ranconnee

La transposition du crime du monde réel au monde virtuel n’a qu’un pas.

La possibilité de se cacher et d’agir avec liberté et rapidité dans un univers est une manne pour de nombreux délinquants qui ouvraient à ciel ouvert.

su-bin-a-k-a-stephen-su-a-k-a-stephen-subin

Si l’infiltration intranet existe et est très souvent évoquée avec ou sans parler du darknet, l’infiltration à ciel ouvert, soit dans le monde réel, reste elle aussi effleurée dans l’univers économique. « Pas nous! C’est du James Bond ! Nous n’avons rien d’attirant! Nous sommes méga protégés!… » Des propos entendus depuis des années dont certaines des personnes derrière ces propos ont été victimes depuis de malveillances, d’attaques et cyberattaques et le sont toujours.

http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/su-bin-chinese-man-accused-by-fbi-of-hacking-in-custody-in-b-c-1.2705169

Pour autant les hats n’ont pas tous le comportement de réellement se cacher derrière l’écran. Ce qui semble le cas de ce hat, Su Bin dont la mission se rapproche plus, à la lecture des éléments non vérifiés, à une infiltration à la solde d’un état.

Voler des données dans un environnement est plus proche de l’espionnage que d’un hat de type Grey ou black.  L’utilisation  du net voire darknet étant une facilité et une proactivité  afin d’assurer et améliorer la qualité de la mission et sa sécurisation. Su Bin a bien su ou été obligé d’utiliser le réseau avec des hats afin de fournir les données volées.

L’humain est la réelle base à traquer pour endiguer la cybercriminalité! Les cerveaux sont à l’origine des cyberattaques et non des « machines »

Ainsi que je le détaille dans mon livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », le comportement d’une utilisation comme moyen pour améliorer ses actions issues parfois du monde réel dans le monde virtuel n’a pas de comparaison avec le hat qui « vit », a construit son univers et alimente le darknet. Leurs profils,  actes, objectifs, travail, etc sont différents.De fait le comportement dans le monde réel aussi et la zone transverse ( © Nadine Touzeau) sera plus forte pour le hat que le spy usant du virtuel. Les appréhender s’opère de fait de façon différente. Dans tous les cas, le profil de Su Bin pouvait être révéler très tôt.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Comment peut-on douter que des représailles aient lieu après l’arrestation de Salah Abdeslam ! Les représailles sont un des éléments qui animent ces terroristes afin de faire valoir leur idéologie et asseoir leur pouvoir.

Les lectures transversales que j’en fais de ces nouvelles attaques m’intriguent sur plusieurs points dont :

  • Pourquoi a-t-on laissé la presse aviser que Salah Abdelslam a été arrêté et à Bruxelles ! Les enquêteurs devaient savoir que cette révélation aurait un impact avec des représailles donc cet élément a-t-il été pris en compte même avant d’arrêter Salah Abdelsham ! N’y avait-il pas un autre moyen de l’interpeller en considérant les autres terroristes afin d’éviter au mieux des représailles ? N’était-il pas possible de fait d’appréhender le « groupe » en quasi simultané !
  • On a trop souvent déconsidéré ces terroristes notamment dans la presse en les prenant pour des amateurs, désorganisés et isolés. Je n’ai eu de cesse de dire le contraire. Que des preuves depuis les attentats médiatisés par ce qu’on devrait remonter encore plus en amont dans le passé et j’ai dans la tête l’usine AZF pour exemple. Ces terroristes ont eu le temps de se préparer de s’organiser de se développer et telle une toile araignée de s’insérer dans nos sociétés à en être parfaitement infiltrés. Des profils intelligents, vifs, analytiques, dévoués, soudés … Mais par ce qu’ils sont comparés à NOS cultures, on ne voit pas cela ! Alors qu’appréhender une cible est d’abord la comprendre  sans se baser sur SES propres références. Faire des profils exige également d’adopter le bon comportement pour mieux les appréhender afin de limiter les dégâts.
  • Pourquoi il n’y a toujours pas d’analystes comportements ou agents formés à l’analyse comportementale et profilage aux aéroports derrière les vidéos ? La photo qui circule avec les trois supposés terroristes et leur chariot à bagages, même floue, donne déjà des indications d’un comportement inadapté à l’environnement. Des spécialistes auraient décrypté qu’il y ait des signes nécessitant une surveillance plus appropriée a minima. Au-delà de cela, à quand des profilers pour visionner les entrées sur le territoire pouvant être considérées comme sensibles comme cela se pratique ailleurs !
  • Pour quelle raison les frères El Bakraoui ne pourraient devenir des terroristes après avoir été dans le grand banditisme ? Nous ne pouvons appréhender les terroristes de la même manière que nous avons fait les enquêtes autrefois ! La notion de réseau est puissante en y intégrant le darknet. Et cette notion réseau comprend : des infiltrés, des dormants et des terrains avec synergie entre eux. Ce qui oblige un mode opératoire dupliqué avec des signatures ! Beaucoup plus complexe qu’autrefois ! En y incluant le darknet.
    Autre élément non négligeable, la fusion d’intérêt entre réseaux : avant afin de prendre le pouvoir, on allait chasser sur le territoire des autres avec une guerre des gangs assurée. Depuis quelques années, on privilégie le travail en synergie entre réseaux déjà implantés : armes, trafic d’enfants, drogues et leur laboratoire de drogue chimique, etc… Enfin, le financement de ces actions oblige à aller chercher les fonds : passer du grand banditisme au terrorisme n’est qu’un pas.
  • Comment se comportaient le Botnet en Belgique depuis, disons, environ deux semaines ?

Combien de victimes faudra-t’il avant que l’on ne se remette sérieusement en question pour appréhender ces profils et cette guerre tel qu’il se doit, soit en modifiant de façon importante notre façon d’agir…  sachant que le terrain valide cela !

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

Quand je disais qu’il est usuel d’utiliser un analyste comportemental ou profiler pour vérifier les propos, documents d’autrui sur des sujets sensibles!

Le diplôme permettant la détection de signes (lie & true) avec reconnaissance juridique que le diplôme Paul Ekman International propose est indispensable.

http://m.lesechos.fr/redirect_article.php?id=021788007892&fw=1#

Travail confidentiel, discret et rapide

À votre disposition

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler
nt(dot)profiler(at)gmail(dot)com

Le harcèlement est enfin reconnu dans notre pays à en être intégré dans les RPS. Il reste très probablement du chemin à faire afin d’en peaufiner son encadrement et sa résolution. L’essentiel est que cette reconnaissance soit enclenchée.

Il est évident que la cybercriminalité doit faire étendre cette reconnaissance sur le e-harcèlement ou le harcèlement en utilisant internet, sous quelque forme que ce soit.

Dans mon livre, « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », j’évoque ce sujet.

N’oublions pas qu’une personne fragile pour diverses raisons est la cible idéale. Commettre des (e-)harcèlements sur un profil « bien dans sa tête » ne prendra pas aussi facilement ! Un harcèlement subit a un impact violent qu’il soit fait dans le monde réel ou dans le monde virtuel. Toutefois, il est souvent relevé à juste titre que la différence est notoire entre les deux univers. En voici quelques raisons.

Il est nécessaire tout d’abord intégrer que le e-harcelement est effectué par un être humain malveillant ou maladroit (ce qui est plus rare), soit une personne qui vit dans le monde réel. Le ressenti n’est pas évident sur une victime de e-harcelement surtout si elle ne peut l’identifier.

Dans le monde réel, être victime de harcèlement se fait sur un univers clos et visible : on connaît l’endroit et on voit les personnes tout en s’en imaginant parfois de façon exagérée l’étendue. L’identification est plus simple à faire dans notre cerveau et sur notre affectif. Le fait de savoir où cela se passe aide à évaluer du harcèlement à la douleur qu’elle procure. On mesure sa zone spatiale bien plus facilement que dans le virtuel.

Mais ce que le virtuel autorise et toutes personnes malveillantes l’ont bien compris, c’est que les coups bas sont faciles. Pour une raison trop souvent occultée, l’avatar est activé pour se venger dans un univers sans frontières, limite et transversal. Je m’explique. Si une personne souhaite se venger de vous, dans le monde réel elle devra soit vous affronter seule et si vous avez du répondant ça sera plus difficile, soit devoir appuyer sa vengeance en s’entourant d’autres personnes pensant comme elle ou lui, ce qui sera plus contraignant pour la victime de se défendre. Alors que dans le monde virtuel, il suffit juste de se lâcher et sortir tout ce qu’on n’oserait pas dans le monde réel jusqu’à parfois se cacher sous une identité quelconque.

Ne pas mesurez qui est derrière cela et pourquoi on n’ose vous faire ceci est terriblement frustrant pour la victime. Comment répondre objectivement? Qui nous prend au dépourvus? Pourquoi moi? Est-ce que je connais la personne? Est ce vrai ! …

Les mesures dont nous disposons dans le monde réel n’ont plus court d’autant que la victime a rarement les moyens de répondre face à l’avatar du contexte ! C’est même l’un des objectifs ; faire en sorte que la victime soit sonnée brutalement sur un court terme sans pouvoir se débattre, tel un K-O sans s’imaginer devoir monter sur un ring !

Il est à noter aussi que le fait de répandre les propos et actes de harcèlement sur la toile envenime la chose sur les profils publics qui seront témoins involontaires de la situation… Internet à favorisé cette option dont les auteurs en mesure rarement la portée à le regretter bien souvent. Toutefois, chaque témoin de ce e-harcelement sera rarement silencieux puisque le jeu sera mené par le harceleur de façon à impliquer d’autres personnes dans ses actes manipulateurs. Les témoins se verront dans l’obligation de s’engager afin d’aider le harceleur qui sera positionné en victime, le rôle du manipulateur!  Ce qui entraînera d’autres rebonds de violences verbales difficiles à accepter par la vraie victime venant de gens qui ne la connaissent même pas et pourtant la juge!

La violence verbale est sur les 5 toxicités « parentales » de Susan Forward, la pire de toute. Les mots ont de lourds maux qu’ils faut soigner sans en négliger les impacts à long terme.

Enfin, la presse aime à monter en épingle les victimes de ces e-harcèlements dont certaines ont mis fins à leur jour. S’est-elle elle-même posé la question si elle ne faisait pas aussi du e-harcelement en ligne en proférant des propos sans preuve sur des personnes à qui on refuse une écoute? Le propre même de l’investigation qui exige aussi d’être au plus près de la neutralité !

Nadine TOUZEAU
Profiler, Net-profiler

Le fait n’a rien de nouveau : utiliser une foule pour se masquer est vieux comme le monde !

Évoquer que plus de terroristes ont profité du flux migratoire de plus de 2, 5 millions de personnes afin d’envahir l’Europe fait son chemin dans les esprits. Mais il est trop tard du fait que les marques ont été prises, qu’ils sont implantés sur le continent en nombre très important et probablement bien plus que les 5.000 évoqués dernièrement dans un article de VSD. 

Si de nombreux migrants sont de vrais réfugiés voulant fuir leur pays pour X ou Y raisons, ces flux ont été très probablement incités par des personnes malveillantes dans un but également de favoriser les infiltrations de terroristes et sympathisants ou dormants.

Au tout début des flux de migrants, j’ai visionné des vidéos ayant été faites par des amateurs ou journalistes afin de montrer le flux migratoire. De nombreux éléments sont facilement relevables et n’ont certainement pas échappé à mes « collègues » en sûreté et sécurité. Toutefois, j’ai décelé des profils qui pourraient fortement correspondre à des terroristes. Il ne faut que quelques secondes pour se faire.

L’image physique ou statique donne un ensemble de signes dont certains avec des incongruences afin de créer un préprofil qui nécessitera ou pas un focus. Il n’est pas besoin de détailler le potentiel de cette expertise sur plusieurs situations dans plusieurs contextes. Une fois ces profils décelés, l’intérêt est d’analyser la synergie entre eux puisqu’il s’agit d’un réseau très complexe avec des ramifications, étendu et rodé à la fois… Très vivant dans le darkweb! Ces résultats nous permettront de faire du prédictif de masse et donc de diminuer considérablement les risques d’attentats, rapts, vols de données ou patrimoine, etc…

Ainsi que je l’écrivais notamment dans mon livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels » : « les délinquants de nos jours usent de toutes nos faiblesses afin de décupler leur réseau, ressources et actes. »

Aurons-nous enfin la volonté de les surprendre aussi et faire du prédictif!

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

DEDICACE

Publié: 21 janvier 2016 dans Non classé
Nadine Touzeau net-profiler Couverture format clé USB "Net-Profiling : l'analyse comportementale des cybercriminels" ©. Le livre de Nadine TOUZEAU

Nadine Touzeau net-profiler
Couverture format clé USB « Net-Profiling : l’analyse comportementale des cybercriminels » ©. Le livre de Nadine TOUZEAU

 

 

Lundi 25 et mardi 26 janvier 2016 au FIC SHOW, à Lille

 

 

 

 

 

 

https://www.forum-fic.com/site/FR/Prix_du_livre,C58881,I59618.htm?KM_Session=e08d3680aeaef007393fb291d24b8a36

Je vous attends sur le stand « Les furets du Nord »

Profilement Vôtre
Nadine TOUZEAU

Les bouchés doubles ont été mises afin d’appréhender les délinquants dans l’espace virtuel. Formations, enseignements, recrutements en tous genres et surtout…. La technologie et les moyens priment toujours.

Comme dans chaque situation, il est productif de bien analyser le contexte. Je vous propose de vous mettre à la place du cybercriminel. Prenons un exemple. Que feriez-vous pour faire une arnaque au président ?

Si nous étions dans un de mes cours, je vous laisserais par petit groupe réfléchir sur le sujet. A défaut, je vais vous faire réfléchir sur :

  • 1 – Pourquoi, selon vous, un hat a réussi à faire une arnaque au Président ?
  • 2 – Quelles sont les faiblesses de votre entreprise favorisant ces intrusions ?
  • 3 – Quels pourraient être les individus potentiellement impliqués dans cette arnaque ?
  • 4 – Pourquoi votre entreprise non considérée comme un potentiel pour les hats est-elle attaquée ?

Les réponses que j’entends bien souvent sont :

  • 1 – Par ce que ma comptable a cru que c’était moi et a manqué de vigilance
  • 2 – Mon personnel n’est pas assez formé aux cyberattaques possibles et n’optent pas le bon comportement
  • 3 – La personne qui s’est fait avoir et qui m’a fait perdre une grosse somme, qui d’autre!
  • 4 – Qui s’intéresserait à ma petite entreprise, ou, je suis renseigné par un copain des forces de l’ordre , ou, une association m’a formé sur la protection de mon entreprise, ou, j’ai recruté l’informaticien du siècle, ou, j’ai un bureau intelligence économique, ou, la DGSI me rend souvent visite…
    Autre réponse : le taux de perte concernant ces arnaques représentent un trop faible coût à notre entreprise pour s’y intéresser.

Ces réponses sont du vécu sans remettre en cause le bien-fondé des propos et du fonctionnement des entreprises.

La remise en question afin de comprendre comment les hats ont des facilités de s’introduire n’importe où n’a jamais été évoquée. Une de nos faiblesses culturelles est là : nous avons du mal à nous remettre en question avec pour incidence de reproduire des schémas économiques dont on connaît les résultats aujourd’hui.

Nos autres faiblesses sont nombreuses et je n’en évoquerai qu’une : notre fonctionnement pyramidal. Le cyber espace est transversal, sans frontières, sans autre graduation que les résultats, donc sans appartenance, diplôme, ordre, règle, loi, couleur de peau, genre, religion, origine… Tout ce que la France range dans des cases est autant de faiblesses pour les hats de toutes natures et horizons. Le cyber espace est plus humain à ce niveau-là que notre mode de fonctionnement dans le réel.

Chaque pays a ses faiblesses qui sont utilisées par les hats afin d’aboutir à leur objectif. Et ils ont analysé cela depuis longtemps sachant que ça mouline vite dans leur tête. Par ce que les hats sont avant tout des êtres humains dotés de cerveaux souvent très développés (black hat) qui mettent les moyens en place selon nécessité. Nous faisons l’inverse en occultant l’humain. De fait, ils ont au moins deux longueurs d’avance.

Je vous invite à réfléchir sur quels sont vos propres faiblesses et points d’entrée autres que techniques. vous concernant vous, vos proches, vos collaborateurs, votre comportement, l’environnement de votre entreprise, votre métier, etc… Pour se faire, il faut accepter ce qui a été écarté depuis des années. Soit une remise à plat qui sera difficile à faire seul.

Nous sommes conscients qu’on n’arrêtera pas le Titanic juste en appuyant sur le frein ! Concernant ce célèbre « destin », des hommes se sont reposés uniquement sur la technologie. Une leçon a remettre au goût du jour. Si nous sommes dotés d’un cerveau, c’est pour qu’il fonctionne et se développe non pour être assisté. La technologie n’est qu’un moyen dédié à nos besoins pour nous faciliter la vie.

Plus de détails et précisions dans mon livre : « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels ». (https://nadinetouzeau.com/net-profiling-le-livre/)

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler, chercheur en comportement des cybercriminels

NADINE TOUZEAU, profiler, net-profiler

Voeux 2016 – NADINE TOUZEAU, profiler, net-profiler

Je formule mes vœux pour 2016 dans un réel espoir de faire activer les esprits et coeurs.

Serait-il possible qu’enfin on prenne conscience des trésors qui nous entourent : la terre, l’amour, les êtres vivants, les savoirs, les mémoires, la vie…

L’argent n’aura jamais la possibilité d’acheter quoi que ce soit de tout cela … ces richesses-là se sustentent entre elles sans finance ni dévalorisation.

J’aimerai que l’on se rappelle pourquoi nous sommes nés,  d’où nous venons, quel objectif nous fixons-nous durant notre passage sur terre, quelle trace laisserons-nous aux enfants qu’ils puissent perpétrer et développer.

Notre conquête de posséder toujours plus de pouvoir à allumer tous les voyants au rouge s’inscrit-elle dans ce schéma ! L’homme est-il né pour faire le mal et se détruire ainsi que son environnement qui lui permette de vivre !

Est-il important de laisser mourir des gens de faim, polluer notre planète, discriminer par peur, juger par bêtise, remplir son coffre-fort bedonnant …

Vous penserez que non, bien évidemment que non ! Et pourtant,  n’est-ce pas ce que montre chaque jour l’actualité internationale !

Certains penseront que mes propos sont utopiques… A ceux-là je réponds : nos ancêtres auraient-ils pu imaginer que nous aurions autant brisé notre humanité, la terre et l’essence même de la vie? Etait-ce leur dessein!

Que 2016 soit plus qu’une étape dans ce domaine sans se souhaiter d’obtenir son objet tant attendu en conservant sa santé parfois sans faille dans une joie purement égoïste et un bonheur égocentré. ..

Je formule le vœu qu’on donne à manger à ceux qui ont faim sans entraver notre écosystème,  que ceux qui veulent travailler soit exhausser sans discrimination, que ceux qui s’aiment ne soient pas séparés, que chacun puisse vivre sans que cela ne détruise quelqu’un, que la valeur de l’être humain soit prise en compte au détriment de la manipulation, que la dignité soit reconsidérée, que nos racines soient replantées, que notre patrie arbore fièrement nos trois couleurs, que donner sorte des calculs et que la justice soit juste.

Ce ne sont pas des mots vains, ils doivent raisonner en chacun de nous comme une réalité quotidienne non une futilité d’un passage de deux secondes qui change le chiffre d’une année. ..

Ne rien tenter, ne pas imaginer, ne pas considérer, ne pas croire en soi, laisser les faibles d’esprit et de coeur vous salir, sont autant d’ennemis qui trouveront toutes excuses pour ne pas aboutir à nos projets, nos rêves, notre devoir. Y croire et se battre nous devons faire!

Très belle année à tous.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

 

2016 Greetings

I express my best wishes for 2016 in a real hope to turn spirits and hearts.

Could we finally become aware of the treasures that surround us: earth, love, living beings, knowledge, memories, life …

The money will never have the opportunity to purchase anything of it … then this wealth sustenance them without finance or devaluation.
I wish we remember why we were born, where we come from, what objective we set ourselves during our passage over the earth, what traces we leave the children that they can carry and grow.

Our conquest always have more power to turn all red lights will it fit in this scheme! Is the man born to do evil and destroy its environment and which permits a life!

Is it important to let people die of hunger, pollute our planet, discriminate from fear judging by stupidity, fulfill its safe paunchy …

You think no, of course not! Yet is it not what shows daily international news!

Some will think that my words are utopian … To them I say, our ancestors could they have imagined that we would have so much broken humanity, the earth and the essence of life?

Let 2016 be a step in this area without wishing to obtain its long-awaited object, in keeping his health sometimes flawless in a purely selfish egocentric joy and happiness. ..

It is my hope we gives food to those who hunger without hindering our ecosystem, that those who want to work are raised without discrimination, those who are in love are not separated, that everyone can live without thereby destroys someone, that the value of the human being is taken into account at the expense of handling, that dignity be reconsidered, our roots are replanted, that our country proudly our three colors, that giving are done without calculations and justice is fair.

These are not empty words, they must think in each of us as an everyday reality not an futility of passing two seconds changes the digit of a year.

Not to try anything, do not imagine, do not consider, do not believe in yourself, let the weak of mind and heart get dirty, are many enemies who will find any excuse not to achieve our plans, our dreams, Our duty. To believe and to fight we need to do!

Very good year for all.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

« …Quand mes travaux de recherches sur le comportement des cybercriminels rencontrent un étudiant en droit en rédigeant son mémoire… Un des objectifs de mon livre. Merci Jean-Michel. »

Nadine TOUZEAU, net-profiler

NET-PROFILING, Nadine TOUZEAU

—-

Bonsoir Nadine,

Je souhaite vous féliciter pour vos recherches depuis tant d’années mises en lumières dans votre nouveau livre « Net-profiling: analyse comportementale des cybercriminels ».
Il est intéressant car il permet de comprendre en profondeur ce qu’est un cyberdélinquant, quels sont ses vices, quels sont ses envies. Votre livre sera sans nul doute un outil déterminant dans mes recherches concernant les mobiles des cybercriminels. En effet, l’addiction et l’avatarisation des cybercriminels peuvent être considérés comme des motivations qui sont spécifiques au cyberespace.

Dans mes recherches, je pars d’une définition juridique du mobile, qui est si peu mis en valeur en droit pénal général mais qui trouve une place certaine en matière de profilage, c’est ce que je ressens à travers vos travaux. Le facteur humain doit être plus pris en compte dans le domaine juridique, il doit être la base de la compréhension de l’acte cybercriminel et doit permettre aussi de faciliter la détection des cyberattaques, si nombreuses aujourd’hui.

Je pense que je ne vous remercierai jamais assez car grâce à vos travaux sur les cyberdélinquants, j’ai compris qu’il existerait un lien certain entre les profileurs et les criminologues, je pense que ces deux professions sont complémentaires et peuvent aboutir à des recherches très intéressantes dans le domaine de la cybercriminalité.

Cet article ne dit pas tout, mais il aura le mérite de démontrer que vos travaux m’ont permis d’avancer mes recherches en matière de criminologie clinique. Je vous souhaite encore le meilleur dans vos prochaines recherches.

Au plaisir

Jean-Michel HAZIZA

>><

LAW STUDENT meets THE (NET) PROFILING

« … When the research work on the behavior of cyber criminals meet a law student by writing his thesis … One of the objectives of my book. Thank you Jean-Michel. »

Good evening Nadine,

I want to congratulate you on your research for so many years put in lights in your new book « Net-Profiling: behavioral analysis of cyber criminals. »
It is interesting because it allows to deeply understand what a cyber offender, what its vices, what its desires. Your book will undoubtedly be a key tool in my research about mobile cybercriminals. Indeed, addiction and avatarisation cybercriminals can be considered as motivations that are specific to cyberspace.

In my research, I start from a legal definition of the mobile, which is so emphasized in general criminal law but found a certain place for profiling, that is what I feel through your work. The human factor must be considered in the legal field, it must be based on understanding the cyber criminal act and is also designed to facilitate detection of cyber attacks, so numerous today.

I think I can not thank you enough because thanks to your work on cybercriminals, I understood that there would be some relationship between profilers and criminologists, I think both professions are complementary and can lead to researches very interesting in the field of cybercrime.

This article does not say everything, but he will have the merit to show that your work has enabled me to advance my research in clinical criminology. I wish you the best in your future research.

With pleasure

Jean-Michel HAZIZA

La SNCF se dote de caméras portatives avec logiciel d’analyse comportementale.

http://www.liberation.fr/france/2015/12/16/la-sncf-teste-des-logiciels-pour-detecter-les-comportements-suspects_1421331?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Dans l’article ci-dessus, concernant le dit-logiciel, je cite : « Il est fondé «sur le changement de température corporelle, le haussement de la voix ou le caractère saccadé de gestes qui peuvent montrer une certaine anxiété».

caméra portative

Ces logiciels ont déjà été installé dans d’autres lieux logistiques tels les aéroports anglosaxons et ont révélé leurs limites, failles même qu’ils ne sont pas fiables et ne pourront détecter un profil de type terroriste.

Je me rappelle de discussion, il y a quelques années, avec mes collègues anglais sur ce sujet qui validaient nos conclusions que les agents aux aéroports notamment avaient un taux d’erreurs très forts. Une personne subissant un stress se verra plus tendue musculairement avec une voix sèche par exemple et donc détectable par ces logiciels qu’une personne entraînée à s’infiltrer. Et c’était trop souvent le cas. Je cite « on suspectait plus de divorcé, licencié, burn-out, que de grand délinquant!  » …Du temps passé sur un innocent…

Pour optimiser ces logiciels, il faut avoir une formation dédié et dispensée par des experts, aux techniques de détections de signes à défaut de se doter d’un profiler (comme dans certains pays) qui obligent à la reconnaissance de nos métiers et à celles de diplômes étrangers, dont les USA leaders au monde sur les sciences du comportement.

On avance sur la reconnaissance des sciences du comportement en France, enfin, et cet aspect est positif. Afin de rentabiliser ses outils, sachons s’entourer d’experts, rares certes, mais eux, bien présents depuis longtemps sur le territoire.

Profilement Vôtre

Nadine TOUZEAU
Analyste comportementale, profiler, net-profiler

>>>

SNCF adopts portable cameras with behavioral analysis software.

In the above article concerning the said software, I quote: « It is based » on the change in body temperature, the shrug of voice or the staccato nature of gestures that can show some anxiety. « 

These software have already been installed in other places such logistical Anglo-Saxon airports and revealed their limits, even vulnerabilities they are unreliable and can not detect a terrorist-type profile.

I remember my discussion few years ago with British colleagues on this subject that validate our findings that officers at airports in particular had a very strong rate of errors. A person under stress will be more tense muscularly with a dry voice, for example, and therefore detectable in these software a person trained to infiltrate. And that was too often the case. I quote « was suspected more divorced, licensed, burn-out, as big offender » Time spent on the innocent …

To optimize the software, you need a dedicated training delivered by experts, fault detections signs of techniques to employ a profiler (as in some countries) that require the recognition of our profession and those of foreign diplomas, including the US leading the world in the behavioral sciences.

We advance on the recognition of behavioral sciences in France, finally, and this aspect is positive. In order to profitable its tools, let us surround himself with experts, rare indeed, but these, although present for a long time in France.

Profily Yours

Nadine TOUZEAU
Analyste comportementale, profiler, net-profiler

 

extrait livre "Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels"

extrait livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels »

 

citation Nadine TOUZEAU extraite livre Net-profiling analyse comportementale des cybercriminels

About me, in France, it is considered that from around 35 years, is too old, and unable to innovate inadaptable, that profiling has no future in France, is useless, it takes practice a trade if it holds a diploma recognized in France, a woman must not exercise some professions that innovation can not come from a woman … if she would be only a quarter of that, everything will be done to destroy her.

Me concernant, en France, on considère qu’à partir d’environ 35 ans, on est trop vieux, inadaptable et incapable d’innover, que le profilage n’a aucun avenir en France, est inutile, qu’il faut exercer un métier si on détient un diplôme reconnu en France, qu’une femme ne doit pas exercer certaines professions, que l’innovation ne peut venir d’une femme… si elle a ne serait ce que le quart de cela, tout sera fait pour la détruire.

CVGADfeWoAA6i20

Cet article révèle plusieurs éléments que nous n’avons de cesse de mettre en avant depuis des années. La perte de plusieurs piliers qui font notre pays provoquent de tels incidences.

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/13001-attaquesparis-daech-fille-voulait-partir-faire-djihad.html

« Une mère est obligée de dénoncer sa fille embrigadée par le djihad. »

Si on analyse la situation de son enfant (selon cet article) :

  • Elle a subi des souffrances qui n’ont visiblement pas trouvé d’écoute, soit faute d’experts compétents, soit faute de moyens financiers, soit par manque de volonté
  • Elle a accumulé les « échecs » qui, de fait, arrivent bien souvent lorsqu’on est défaillant à un niveau sans être accompagné.
  • Elle a trouvé le réconfort dans une addiction qui semblait ne pas lui convenir puisqu’elle cherchait à en sortir
  • Elle trouve des réponses grâce à des propos manipulateurs promettant des solutions de se sortir de cette situation en endormant le cerveau.
  • Elle se réfugie vers ce qu’elle pense meilleur pour elle et comme elle n’a visiblement pas une estime d’elle (une des résultantes du viol), elle peut aller jusqu’à servir de bombe humaine !

Concrètement, le chemin psychologique que traverse cette jeune femme montre quoi :

  • Une incompréhension de ce qu’elle a subi et un non-aboutissement de la réparation. Il faut savoir que le viol est rarement révélé. Lorsqu’il l’est, il arrive souvent que cela se retourne contre la femme qui se sent coupable et fautive. Il faut accompagner ces victimes en thérapie individuelle et de groupe avec une surveillance longue et discrète des proches.
  • Il est possible que la justice n’ait pas reconnu l’acte voire ai donné une peine insuffisante qui stresse la victime. Elle pourrait même activer un compte à rebours de la sortie de prison du violeur.
  • Une crainte envers autrui oblige la victime à se refermer sur elle-même y compris ne pas évacuer. Ce qui alimente la victimisation avec parfois l’envie de vengeance
  • Faible en capacité d’objectivité et discernement, mais ayant la volonté de s’en sortir, voire de se venger, cette jeune fille se retourne vers ce qu’elle croit être l’échappatoire.

Cette mère révèle bien les limites de la détection de l’endoctrinement, manipulation etc. dans notre pays, qui, si la France reconnaissait les sciences humaines, limiteraient de telles situations.

DESSIN BR

Qui plus est, un pays sans règle, sans valeur, sans repères, sans meneur, sans cohésion est propice à ce genre de dérive. Le corps ne mentant jamais et en intégrant les schémas et références de chacun, les gens perdus, de tout âge, se positionnent là où ils peuvent avec ce qui reste. Ils font aussi avec ce qu’ils ont. Du fait que la France a considérablement perdu tant en valeur, qu’en leadership, on constate un réel déclin à plusieurs niveaux :

  • Fuite de capitaux et cerveaux (nivellement vers le bas)
  • Démission d’envie de donner et faire pour se cloisonner (se renfermer sur son cocon, ne plus s’investir…)
  • Décrochage avec les univers qui ne sont pas en accord avec la nature de l’individu (politique, règles contraignantes, taxes imposantes, …)
  • Sentiment d’injustice (abandon, manque d’écoute, donner des faveurs à d’autres…)
  • Recherche de ce qui reste en accord avec l’individu (patrie, histoire, famille…)
  • Envie de se faire entendre (grève, incivilité, manifestation, acte isolé de contestation…)
  • Besoin de reconstruire et d’avoir un référent qui représente sa personne (se rapprocher d’un meneur, d’un Dieu, d’une secte, d’un autre état répondant à ses attentes…)

Notre pays occulte l’éducation et l’accompagnement pour aider des individus à passer des étapes. Nous jugeons, critiquons, prenons pour crédit n’importe quelle rumeur, et aimons à détruire ce qui gêne. Ne serait-il pas préférable d’accompagner, éduquer, aider, accepter la différence, apprécier la qualité, encourager le leadership… !

Notre culture du « ça fait 30 ans que cela dure » est le fruit de notre société actuelle. Quel héritage laissons-nous à nos enfants à vouloir ainsi tout détruire pour satisfaire à son porte-feuille et celui de ses amis ! Quel regard ont nos aïeux morts pour notre liberté !

Combien de mères devront dénoncer le propre enfant ! Combien de pères pleureront la perte de leur enfant ! Combien d’enfants se tourneront vers ce qu’ils croient de meilleurs pour se sortir de ce qu’un pays refuse de faire aux siens !

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

>>>

Parents deal with their child enrolled through jihad!

This article reveals several items that we have constantly put forward for years. The loss of several pillars that make our country cause such effects.

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/13001-attaquesparis-daech-fille-voulait-partir-faire-djihad.html

« A mother is forced to denounce his daughter brigaded through jihad. « 
If we analyze the situation of her child (in this article):

  • She underwent suffering that obviously did not find listeningeither lack qualified experts either lack of funds or lack desire
  • She accumulated the « failures » which, in fact, often fails to arrive when a level without being accompanied.
  • She found solace in an addiction that seemed to suit her as it was trying to get out
  • She finds answers through manipulators words promising solutions to get out of this situation by asleep the brain.
  • She takes refuge to what she thinks best for her and as she obviously did not believe her (one of the results of the rape), she can be up to serve as a human bomb!

Specifically, the psychological way which crosses over this young woman shows:

  • A misunderstanding of what she suffered and a non-completion of the repair. You should know that rape is rarely revealed and often turned against the woman who feels guilty and culpable. We must support these victims in individual and group therapy with a long and discreet surveillance relatives.
  • It is possible that the court did not recognize the act or gave insufficient punishment which stresses the victim. It could even activate a countdown to the release from prison of the rapist.
  • A fear towards others require the victim to close in on itself, including not to evacuate. Fueling victimization sometimes the desire for revenge
  • Low capacity for objectivity and discernment, but having the will to get by, even for revenge, the girl turns to what she believes is the loophole.

This mother well reveals the limits of detection of indoctrination, manipulation etc. in our country, which, if France recognized the human sciences would limit such situations.

Moreover, a country without rule, worthless, disoriented, no leader, no cohesion is conducive to this kind of drift. The body never lying and integrating patterns and references of each, the lost people of any age, are positioned where they can with what remains. They also do with what they have. Because France has dramatically lost so much in value than in leadership, there is a real decline at several levels:

  • Outflow of capital and brain (leveling down)
  • Resignation of desire to give and do to compartmentalize (withdraw into a cocoon, no longer invest …)
  • Dropping out with the universe that are not consistent with the nature of the individual (political, binding rules, imposing taxes, …)
  • Feelings of injustice (abandonment, lack of listening, give favors to others …)
  • Research that remains in line with the individual (homeland, history, family …)
  • Want to be heard (strike, incivility, demonstration, isolated act of protest …)
  • Need to rebuild and to have a referent representing his person (to approach a leader, of a God, a sect of another state meet its expectations …)

Our country hidden education and support to help individuals pass steps. We judge, criticize, take credit for any rumor and love to destroy what disturbs. Would it not be better to support, educate, help, accept differences, appreciate the quality, encourage leadership …!
Our culture of « it’s been 30 years that it lasts » is the fruit of our present society. What legacy are we leaving to our children so to want to destroy everything to satisfy his wallet and that of his friends! What look are our dead ancestors for our freedom!

How many mothers will have to denounce own child! How many fathers will mourn the loss of their child! How many children will turn to what they believe is best to get out of what a country refuses to do to his people!

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

téléchargement

Mon livre « Net – Profiling : analyse comportementale des cybercriminels » est reçu en concours au FIC 2016 (Forum international de la Cybersécurité).

https://www.forum-fic.com/site/FR/Prix_du_livre,C58881,I59618.htm?KM_Session=44e5f6f20886b5742afcfdd7a6acf697

J’y serai pour dédicacer sur le stand de la librairie Le Furet du Nord, les 25 et 26 janvier 2016. Au plaisir de vous y rencontrer

Bonne chance à tous les auteurs.

Profilement Vôtre
Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

 

>>>

My book « Net – Profiling: behavioral analysis of cybercriminals » is received in competition to the FIC SHOW, 2016 (International Forum of Cybersecurity).

https://www.forum-fic.com/site/FR/Prix_du_livre,C58881,I59618.htm?KM_Session=44e5f6f20886b5742afcfdd7a6acf697

I’ll be there for book signing the 25th and 26th January on stand « Le Furet du Nord » 

Good luck to all authors.

Profilement Vôtre
Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

« NET-PROFILING : analyse comportementale des cybercriminels », livre de Nadine Touzeau, préfacé par Christophe NAUDIN

en vente en #book sur Amazon
http://www.amazon.com/dp/B018CFSZWO

Et pour avoir une dédicace, demandez votre clé USB dédicacée par mail : gacp.contact@gmail.com

Bonne lecture

Nadine TOUZEAU
Net-profiler

Je découvre un article très intéressant puisqu’il met en avant la notion d’infiltration en entreprise. L’article brosse des possibilités d’infiltration en entreprise par le biais du propos de  Chems Akrouf . Je ne mets nullement en doute les propos de cet éminent professionnel.

L’importance vitale du sujet m’oblige à en faire un article.

Le portrait-robot du parfait candidat-espion ne ressemble pas réellement à ce qui est indiqué dans cet article. J’en reprends quelques points.

http://exclusiverh.com/articles/recruter-reseaux-sociaux/recrutement-comment-reperer-un-espion-industriel.htm

  • Il a un CV plus-que-parfait : Oui et non. Il ne sera pas forcément surdiplômé, mais davantage ayant de quoi convaincre de suite le recruteur avec des diplômes, missions et recommandations adaptées.
  • Il parle plusieurs langues : … Et l’arabe. Toutefois, là encore je ne partage pas ce point non crucial d’autant qu’il aurait tendance à ne pas le mentionner pour ne pas attirer l’attention sur lui.
  • Il a un passif difficilement vérifiable : J’en doute surtout que les entreprises vérifient et c’est facile de nos jours. Je pense au contraire qu’il a des références et plus que d’autres très certainement. Elles seront convaincantes et valorisantes. Toutefois ce point ne fait pas du candidat un espion. Tous cherchent à se démarquer avec des recommandations notamment.
    Il est à noter que les entreprises qui n’existent plus sur un profil ayant plus de 40 c’est courant!
  • Il a postulé en spontané : Pas forcément ! En revanche la notion de proactivité est forte avec la cooptation. Cela est très fréquent chez un infiltré.

images (3)

L’infiltration en entreprise se fait par objectif défini par des individus intéressés qui peuvent être un ou plusieurs des éléments suivants : un nouveau produit, des informations, des contrats, la connaissance et savoir (voire savoir-faire), le fichier client, des contacts, des données personnelles ou professionnelles, fusion acquisition, etc…

De fait, le candidat infiltré sera choisi suivant son profil et métier qui intéressera l’entreprise…. en quantité à savoir, plus la cible doit être infiltrée et plus il y aura de potentiels « taupe ».

Je donne des détails dans mon livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels », mais sans professionnels de la détection de ce genre d’individu, s’ils veulent la cible, ils l’auront.

Plusieurs cas ont été observés dont dernièrement dans un groupe du CAC 40 qui se croyait, et se croit encore, protégé. Un infiltré est un profil très fin et pointu qui ne se décèle pas facilement.

L’accent d’optimiser le risque en recrutement est mis sur des postes stratégiques, des règlements intérieurs, des tests à tire-larigot  et des « je le sens bien »… erreur! si votre structure est une cible, même un fournisseur externe obtiendra ce qu’il voudra. Ils sont entraînés à pouvoir déjouer tout ce que vous pensez mettre en place afin de contrôler s’ils sont fiables ou pas.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

>>>

Recruitment: identify an industrial spy!

I discovered a very interesting article because it highlights the concept of infiltration company. The article provides opportunities for infiltration through the company about Chems Akrouf. I have no doubting the words of this outstanding professional.

The vital importance of the subject requires me to make an article. 

The identikit of the perfect candidate spy does not really look like what is shown in this article. I retake some points.

 – It has a perfect resume: Yes and no. It will not necessarily too much graduate but more with what immediately convince the recruiter with degrees , missions and recommendations adapted.

 He speaks several languages: … and Arabic. However, again I do not share this crucial point not accordingly that it would have a tendency not to mention not to attract attention to himself.

– It was difficult to verify the liability: I doubt above all that companies verify and it’s easy nowadays. I think on the contrary that has references and more than others certainly. They will be convincing and rewarding. However this is not the candidate a spy. All seek to stand out with particular recommendations.
It’s common that it should be noted that companies that no longer exist on a profile that is more than 40 !

 He postulated in spontaneous: Not necessarily! However the concept of proactivity is strong with the cooptation. This is very common among a spy.

Infiltration is done by corporate objective defined by interested individuals who may be one or more of the following: a new product, information, contracts, knowledge and know (or know-how), customer file, contacts, personal or business data, merger and acquisition, etc …

In fact, the candidate will be chosen according infiltrated profile and business that will interest the company …. namely in quantity, the more the target must be infiltrated the more there will be potential « mole ».

I give some details in my book « Net-Profiling: behavioral analysis of cybercriminals, » but without of the detection professionals of such individual, if they want to target, they will have it.

Several cases have been observed most recently in a CAC 40 company that believed, and still believes, protected. Undercover is a very fineand sharp profile that are not easily detected.

The focus of optimizing the recruitment risk is on strategic positions, rules of procedure,  left and right tests and « I feel good » … wrong! if your structure is a target, even an external provider will get what he wants. They are trained to be able to outsmart all you think put in place to check whether they are reliable or not.

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

Au Royaume Uni, une consœur profiler analyse tout nouvel entrant dans le pays qui suscite l’intérêt.

Il est simple et rapide pour un expert profiler d’analyser une photo ou vidéo afin de déceler en quelques minutes si la personne est suspecte suivant l’objectif et comment mener un interrogatoire ou une action par la suite par la profiler ou ses collègues enquêteurs, etc.

A quand en France?!

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/12255-attaquesparis-attentats-evites-derniers-royaume-assure.html

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler
>>>

In the UK, a profiler learned colleague analyzes any new entrant in the country that arouses the interest.

It is simple and fast for an expert profiler to analyze a photo or video to detect within minutes whether the person is a suspect following the objective and how to conduct an interview or shares thereafter by the profiler or its investigators colleagues etc.

To when in France ?!

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

RIP  aux victimes, un prompt rétablissement aux blessés et j’apporte tout mon soutien aux familles.

L’heure est au recueillement. Il est important de se rappeler que cette guerre est bien présente depuis longtemps et dans notre pays, et dans le monde. Chaque attentat subit sera de plus en plus violents et puissants. Ils sont plus intelligents et organisés que la presse et certains de nos politiques ont bien voulu le dire. Tirer les leçons de ces attaques à Paris commencent par accepter que « Nous sommes en guerre et devons nous comporter comme tel! ». Les gens vivent comme si de rien n’était, combien d’attaques faudra t-il encore pour que le réveil et l’action se fassent ! C’est aussi pour cela que leur attaque a autant de valeur à leurs yeux parce qu’on les a sous-estimé et que notre comportement est laxiste.

2d231e73-aa0a-4d78-bfe6-56cba9068f3f-original

Pour ma part, cela fait des mois presque des années que je le dis. Mais à quand l’action, les combattre réellement et pas que sur leur territoire ?!

Maintenant, quel coût la France va-t-elle mettre pour sécuriser son peuple et son territoire ? Je ne parle pas que de coût financier ! L’énergie que l’on met à combattre des pacotilles seraient mieux utilisée à nous unir pour combattre notre réel ennemi.

Merci à mes collègues et amis français et étrangers pour leurs messages de soutiens. Pensons avant tous aux victimes.

Vive la France
https://www.youtube.com/watch?v=221UWotqwdo

Nadine TOUZEAU

RIP to the victims a speedy recovery to the wounded and all my support for families.

Time for contemplation It is important to remember that this war is present for a long time and in our country and the world. Each attack undergo will become more violent and powerful. They are more intelligent and organized than the press and some of our politicians were willing to say. Learning from these attacks in Paris begin by to accept that « We are at war and must behave as such! ». People live as if nothing had happened, how many attacks he take for the alarm and the action to do! This is also why their attack has as much value in their eyes because we underestimated them and that our behavior is lax.

Personally, it’s been months almost years I say. But when the action, fighting and not really on their territory?

Now what cost France is going to put _ to secure its people and its territory? I speak not only financial cost! The energy that is put to fight « cheap junk » would be better used to unite to fight our real enemy.

Thank you to my foreigner colleagues and friends for their support foreign messages. Think before all the victims.

Vive la France https://www.youtube.com/watch?v=221UWotqwdo
Nadine TOUZEAU

Voici la couverture (création Katherine de Chaillé) de mon livre « Net-Profiling : l’analyse comportementale des cybercriminels » ©. en format Kindle.

Nadine Touzeau net-profiler

Nadine Touzeau net-profiler
Couverture format Kindle « Net-Profiling : l’analyse comportementale des cybercriminels » ©. Le livre de Nadine TOUZEAU

Le livre est également disponible par clé USB au format carte de visite avec dédicace, réservez le!

Nadine Touzeau net-profiler Couverture format clé USB

Nadine Touzeau net-profiler
Couverture format clé USB « Net-Profiling : l’analyse comportementale des cybercriminels » ©. Le livre de Nadine TOUZEAU

Edition sous maximum 15 jours

Profilement Vôtre

Nadine TOUZEAU
Profiler, net-profiler

CITATION NADINE TOUZEAU, Profiler

Publié: 3 novembre 2015 dans Non classé
Nadine TOUZEAU

Nadine TOUZEAU

Citation extraite du livre à paraître en novembre 2015 de Nadine TOUZEAU, préfacé par Christophe NAUDIN, Criminologue

« Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels »

Document crée par Katherine de Chaillé

Citation extraite livre "Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels" de Nadine Touzeau

Citation extraite livre « Net-profiling : analyse comportementale des cybercriminels » de Nadine Touzeau

Je suis ravie ! Toutefois j’attire l’attention sur plusieurs points :

  • Qui analysera les vidéos même si il n’y a eu aucune interpellation, aucun accrochage, afin d’être dans le proactif sur des zones sensibles?
  • Juridiquement comment cela va t’il se gérer?
  • Pour être efficace en proactivité voire prédictif, les professionnels qui analyseront ces vidéos devront être formés à la détection de signes, est-ce prévu?
  • Si tel est le cas, reconnaîtrons-nous enfin en France les sciences du comportement pour compléter le Forensic dénué de ceci actuellement?

http://www.bfmtv.com/societe/les-cameras-bientot-generalisees-sur-les-policiers-925086.html

A suivre

Nadine TOUZEAU
Analyste comportemental, profiler, net-profiler

VIDEO ON POLICEMEN IN FRANCE

I am glad ! However, I draw the attention to several points:

> Which will analyze the videos even if there was no interpellation, no attachment, in order to be proactive on sensitive areas?
> Legally how will you handle it?
> To be efficient in proactivity and even predictive, professionals who analyze these videos should be trained to detect signs, is it planned?
> If this is the case, shall we finally recognize in France behavioral sciences to complement the Forensic devoid of this now?

Nadine TOUZEAU
Behavior analyst, profiler, net-profiler

Le comportemental prend sa place dans notre société sans compenser le retard accumulé en France dans certains secteurs d’activité (investigations par exemple). Ces étapes grillées occultent des informations essentielles pour mieux appréhender l’Intelligence Emotionnelle. Le corps ne ment pas, mais il réagit face aux différents facteurs qui l’entourent : du son, à l’odeur, au bruit, à la voix, l’interprétation des émotions, de comportement, etc.

Tous ces facteurs ne peuvent être modélisés, d’autant que l’humain interprète et réagit en fonction d’autres éléments : la peur, la colère, l’incompréhension, la fatigue…

Dans l’article ci-dessous (très bien construit et de qualité du reste), une vidéo met en avant un échange verbal entre un homme réel et une femme virtuelle.  Pour un néophyte, on s’y croirait, pas pour un professionnel du comportement. Il y a de très nombreuses incongruences qui montrent combien le décalage est grand entre l’homme et la machine. On constate par exemple dès le début le « Hi », elle ferme les yeux, met la tête en arrière. A 0.15 », « how are you today? », le personnage virtuel tente une expression proche du questionnement de type enquête, alors qu’une expression joviale, conviviale ou courtoise lors d’une conversation entre deux personnes tel que suggéré par l’homme semble de mise. A 0.20 », elle est carrément pas dans la conversation avec un semblant de questionnement de ses yeux… Mais c’est un bon début!

L’interprétation d’autrui se fait en fonction de ses propres schémas : quelqu’un qui cligne l’oeil de telle manière est interprété différemment selon les profils, humeurs, contextes, etc. et traduit parfois le contraire de ce qu’on veut faire passer comme message. Sachant que l’effet de mode et culture est à prendre en compte : un salut de la main peut faire que le geste est considéré comme une insulte dans une autre culture. D’où l’intérêt pour certain de faire du comportement un langage corporel unique et universel, soit modéliser le comportemental ! Ce qui serait dangereux pour la survie de l’Homme.

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/10/12/intelligence-artificielle-une-machine-peut-elle-ressentir-de-l-emotion_4787837_4408996.html#hAooWEMZpwxi8yU4.99

Dans la mesure où l’humain est unique, je ne vois que deux solutions concernant l’avenir de cette Intelligence Emotionnelle :

  • soi l’humain se synchronisera dans le temps avec la machine Intelligente Émotionnellement et donc oui la machine aura le dessus sur l’homme qui quant à lui déclinera,
  • soi l’humain garde sa place et n’est pas remplacé par les machines qui resteront limitées en modélisation  de la reproduction de l’humain! C’est à mon avis tout l’enjeu des années à venir.

Le sujet est préoccupant sachant que l’homme est considéré comme le pire prédateur. Le sera-t il aussi pour lui-même?

Toujours est-il, c’est que notre métier devra tôt ou tard travailler sur l’émotionnel des robots.

Nadine TOUZEAU
Net-profiler

>>>

The behavior take its place in our society without compensating the delay by France in some sectors (eg investigations). Giving these steps a miss detain essential information to better understand Emotional Intelligence. The body does not lie, but it reacts to different factors that surround it: the sound, the smell, noise, voice, interpretation of emotions, behavior, etc.

All these factors can not be modelized, especially as the human interprets and reacts to other things: fear, anger, misunderstanding, tiredness …

In the article below (built very well and quality), video highlights a verbal exchange between a real man and a virtual woman. For a neophyte, we believe, not for professional behavior. There are many incongruities that show how the gap is large between man and machine. For example, we see from the beginning the « Hi », she closes her eyes, put her head back. A 0.15  », ‘how are you today? « , The virtual character tries a similar expression of the type of survey questions, then an expression jovial, friendly and courteous during a conversation between two people as suggested by the man seems appropriate. A 0.20  », it is not altogether in the semblance of a conversation with questioning eyes … But it’s a good start!

The interpretation of others is according to its own patterns: someone who winks the eye so is interpreted differently in different profiles, moods, environments, etc. sometimes translated the opposite of what we want to convey as a message. Knowing that fashion and culture effect is taken into account: a salvation from the hand can make that gesture is considered an insult in another culture. Hence the interest to make sure the behavior a single universal body language, or behavioral model! Which would be dangerous for the survival of humanity.

To the extent that the human is unique, I see only two solutions regarding the future of the Emotional Intelligence:

  • the human will synchronize time with Emotionally Intelligent Machine and so yes the machine will have the upper hand on the man for his decline,
  • the human self keeps its place and is not replaced by machines that will remain limited in modeling the reproduction of the human! This is in my opinion the challenge of coming years.

The subject is worrysome knowing that the man is considered as the worst predator. Will it be also for himself?

Still, our business will sooner or later work on the emotional robots.

Nadine TOUZEAU
Net-profiler